đŸ‡șđŸ‡žđŸ‡°đŸ‡” LE SOMMET DE SINGAPOUR đŸ‡°đŸ‡”đŸ‡ș🇾

Donald Trump et Kim Jong-Un se sont retrouvĂ©s pour un sommet historique Ă  Singapour. C’Ă©tait la premiĂšre fois qu’un prĂ©sident amĂ©ricain rencontrait un leader nord-corĂ©en. DĂ©cryptage. 

QUE S’EST-IL PASSÉ À SINGAPOUR?

Le sommet avait lieu le mardi 12 juin au Capella Hotel, un hĂŽtel de luxe situĂ© sur l’Ăźle de Sentosa. Cette Ăźle fait partie de la RĂ©publique de Singapour et accueille plusieurs millions de touristes par an. On y trouve de nombreux hĂŽtels, une grande plage, deux parcours de golf et un parc d’attractions.

12
Le Capella Hotel oĂč s’est dĂ©roulĂ©e la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-Un

Voici comment s’est dĂ©roulĂ© le sommet, Ă©tape par Ă©tape.

1 – Une poignĂ©e de main historique

À 9h00 du matin (heure locale), Donald Trump et Kim Jong-Un ont donnĂ© le coup d’envoi du sommet en se serrant la main devant les journalistes du monde entier. On pouvait apercevoir derriĂšre eux de grands drapeaux des Etats-Unis et de la CorĂ©e du Nord placĂ©s cĂŽte Ă  cĂŽte.

2

2 – Un long entretien privĂ©

AprĂšs avoir posĂ© devant les photographes, Donald Trump et Kim Jong-Un se sont isolĂ©s pour une discussion en tĂȘte-Ă -tĂȘte. Elle a durĂ© 38 minutes. Les deux hommes n’Ă©taient accompagnĂ©s que de deux traducteurs leur permettant de communiquer. Aucun conseiller n’Ă©tait prĂ©sent, alors que c’est gĂ©nĂ©ralement le cas lors de telles rencontres.

À la suite de cette longue discussion, les deux chefs d’Ă©tat ont fait une petite ballade dans les couloirs et les jardins du Capella Hotel, saluant de loin les journalistes prĂ©sents. On a tout de mĂȘme pu entendre Kim Jong-Un dire au prĂ©sident amĂ©ricain que « beaucoup de gens dans le monde vont croire que ceci est un film de science-fiction ».

3 – Une rĂ©union de travail suivie d’un lunch

Donald Trump et Kim Jong-Un ont ensuite Ă©tĂ© rejoints par un petit groupe de conseillers pour une nouvelle discussion suivie d’un repas. CĂŽtĂ© amĂ©ricain, le prĂ©sident Ă©tait accompagnĂ© du SecrĂ©taire d’Etat Mike Pompeo, de son conseiller Ă  la sĂ©curitĂ© nationale John Bolton et de son chef de cabinet John Kelly. CĂŽtĂ© nord-corĂ©en, Kim Jong-Un Ă©tait accompagnĂ© de son ministre des Affaires ÉtrangĂšres Ri Yong Ho, du diplomate Kim Yong Chol (qui avait rĂ©cemment remis une lettre Ă  Donald Trump dans le Bureau Ovale) et du vice-prĂ©sident du comitĂ© central du parti des travailleurs de CorĂ©e du Nord Ri Su Yong.

La porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders, ainsi que le diplomate amĂ©ricain Sung Kim (qui a en grande partie gĂ©rĂ© l’organisation du sommet) et le spĂ©cialiste de l’Asie au sein du conseil Ă  la sĂ©curitĂ© nationale Matt Pottinger n’Ă©taient pas prĂ©sents Ă  la premiĂšre rĂ©union mais ont participĂ© au repas. Celui-ci Ă©tait composĂ© d’un mĂ©lange de plats occidentaux et corĂ©ens.

4 – Un coup d’Ɠil Ă  The Beast

AprĂšs le repas, Donald Trump a emmenĂ© Kim Jong-Un jusqu’Ă  sa limousine prĂ©sidentielle, laissant mĂȘme le leader nord-corĂ©en jeter briĂšvement un Ɠil Ă  l’intĂ©rieur.

5 – La signature d’une dĂ©claration commune

Le sommet touchant Ă  sa fin, Donald Trump et Kim Jong-Un ont signĂ© et prĂ©sentĂ© Ă  la presse une dĂ©claration commune. Le document d’une seule page n’est pas trĂšs dĂ©taillĂ©. Il s’agit avant tout d’une dĂ©claration de bonnes intentions. Kim Jong-Un y rĂ©itĂšre son « engagement Ă  la dĂ©nuclĂ©arisation complĂšte de la pĂ©ninsule corĂ©enne », sans plus de prĂ©cisions. Le document ne mentionne pas la « dĂ©nuclĂ©arisation complĂšte, vĂ©rifiable et irrĂ©versible » jusqu’ici prĂ©sentĂ©e par les AmĂ©ricains comme l’objectif Ă  atteindre lors du sommet. De son cĂŽtĂ©, Donald Trump s’engage Ă  « fournir des garanties de sĂ©curitĂ© » Ă  la CorĂ©e du Nord. Le document ne prĂ©cise pas de quoi il s’agit mais lors de sa confĂ©rence de presse (voir-ci-dessous), Donald Trump a indiquĂ© qu’il allait mettre un terme aux exercices militaires communs que les AmĂ©ricains organisent rĂ©guliĂšrement avec la CorĂ©e du Sud. Le document affirme aussi que les Etats-Unis et la CorĂ©e du Nord vont travailler Ă  l’identification et au rapatriement des restes de soldats amĂ©ricains qui se trouvent encore en CorĂ©e du Nord.

11

6 – La confĂ©rence de presse de Donald Trump

Elle a durĂ© plus d’une heure. Donald Trump s’est rĂ©joui du bon dĂ©roulement du sommet et a notamment affirmĂ© que:

The past does not have to define the future. Yesterday’s conflict does not have to be tomorrow’s war. As history has proved over and over, adversaries can become friends. (Le passĂ© ne doit pas dĂ©finir l’avenir. Le conflit d’aujourd’hui ne doit pas ĂȘtre la guerre de demain. Comme l’histoire l’a prouvĂ© Ă  de nombreuses reprises, des adversaires peuvent devenir des amis)

C’est aussi lors de cette confĂ©rence de presse que Donald Trump a annoncĂ© qu’il allait mettre fin aux exercices militaires communs avec la CorĂ©e du Sud. Cet engagement ne figurait pourtant pas dans la dĂ©claration commune signĂ©e par le prĂ©sident amĂ©ricain et Kim Jong-Un. La CorĂ©e du Sud n’avait semble-t-il pas non plus Ă©tĂ© informĂ©e de cette dĂ©cision. Donald Trump a mĂȘme qualifiĂ© ces exercices militaires de « provocateurs » et « inappropriĂ©s », reprenant ainsi la rhĂ©torique habituelle des dirigeants nord-corĂ©ens. Il a aussi affirmĂ© que le fait de mettre fin Ă  ces exercices militaires ferait faire des Ă©conomies aux Etats-Unis.

Donald Trump a aussi montrĂ© aux journalistes une vidĂ©o assez ahurissante qu’il affirme avoir montrĂ©e Ă  Kim Jong-Un sur un iPad au cours de leurs discussions. La vidĂ©o a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par le conseil Ă  la sĂ©curitĂ© nationale du prĂ©sident amĂ©ricain mais ressemble davantage Ă  une vidĂ©o de propagande nord-corĂ©enne…. La vidĂ©o est rĂ©alisĂ©e comme la bande-annonce d’un film dont Donald Trump et Kim Jong-Un seraient les principaux protagonistes ayant la possibilitĂ© d’amĂ©liorer l’avenir du monde. La vidĂ©o montre aussi ce que la CorĂ©e du Nord pourrait aspirer Ă  devenir si elle choisissait la bonne voie, c’est-Ă -dire celle de l’ouverture et du capitalisme.

Lors de sa confĂ©rence de presse, Donald Trump n’a d’ailleurs pas hĂ©sitĂ© Ă  dĂ©clarer qu’il y avait de trĂšs belles plages en CorĂ©e du Nord et qu’on pourrait y construire « les meilleurs hĂŽtels du monde ». Le prĂ©sident amĂ©ricain n’a en revanche guĂšre Ă©voquĂ© l’avenir des citoyens nord-corĂ©ens enfermĂ©s dans des camps de concentration et/ou victimes de malnutrition.

La question des droits de l’homme n’a pas beaucoup Ă©tĂ© Ă©voquĂ©e lors du sommet de Singapour. C’est d’ailleurs l’une des principales critiques adressĂ©es au prĂ©sident Trump aux Etats-Unis. D’autant plus que Donald Trump a complimentĂ© Kim Jong-Un Ă  plusieurs reprises, affirmant qu’il avait beaucoup de talent ou encore qu’il « aimait son peuple ». Des commentaires qui n’ont pas plu Ă  tout le monde. Voici par exemple comment Mike Murphy, un stratĂšge rĂ©publicain ayant notamment participĂ© Ă  la campagne de Jeb Bush pour la prĂ©sidentielle de 2016, a rĂ©agi sur Twitter Ă  la dĂ©claration de Donald Trump selon laquelle Kim Jong-Un « aime son peuple ».

6
Traduction: Plus de 100,000 personnes dans des goulags, et une famine de masse. Les DVDs sud-coréens de contrebande sont populaires, alors la police secrÚte de Kim coupe parfois le courant dans un immeuble, puis passe dans chaque appartement pour voir ce qui se trouve coincé dans chaque lecteur de DVD. Une cassette sud-coréenne/occidentale = la mort ou le camp de travail.

Et voici un tweet du sĂ©nateur rĂ©publicain Marco Rubio rĂ©agissant aux propos de Donald Trump selon lesquels Kim Jong-Un est « talentueux » parce qu’il a repris les rĂȘnes de son pays aprĂšs le dĂ©cĂšs de son pĂšre alors qu’il n’avait que 27 ans et que « tout le monde n’en aurait pas Ă©tĂ© capable ».

8
Traduction: Une derniĂšre chose au sujet de Kim Jong-Un. Je sais que le PrĂ©sident essaye de lui cirer les pompes pour obtenir un bon deal, mais Kim Jong-Un n’est PAS un homme talentueux. Il a hĂ©ritĂ© du business familial de son pĂšre & de son grand-pĂšre. C’est un tordu complet qui ne pourrait jamais ĂȘtre Ă©lu Ă  un quelconque poste dans n’importe laquelle des dĂ©mocraties.

C’est Ă©videmment beaucoup moins diplomatique.

7 – Le retour Ă  Washington

AprĂšs sa confĂ©rence de presse, Donald Trump a pris l’avion pour rentrer aux Etats-Unis. À peine arrivĂ© Ă  Washington, il publiait un tweet dans lequel il affirmait que la CorĂ©e du Nord ne reprĂ©sentait plus aucune menace nuclĂ©aire. Une dĂ©claration quelque peu prĂ©maturĂ©e puisque, comme nous l’avons vu, Kim Jong-Un s’est vaguement engagĂ© Ă  Ɠuvrer pour la dĂ©nuclĂ©arisation mais le processus n’est pas encore engagĂ©. Pour l’instant, la CorĂ©e du Nord est toujours en possession de son armement nuclĂ©aire.

10
Traduction: Je viens d’atterrir – un long voyage, mais tout le monde peut maintenant se sentir beaucoup plus en sĂ©curitĂ© que le jour oĂč je suis devenu prĂ©sident. Il n’y a plus de Menace NuclĂ©aire nord-corĂ©enne. La rencontre avec Kim Jong-Un Ă©tait une expĂ©rience intĂ©ressante et trĂšs positive. La CorĂ©e du Nord a un grand potentiel pour le futur!

POLÉMIQUES POST-SOMMET

Alors que les mĂ©dias amĂ©ricains continuaient Ă  analyser le sommet de Singapour, deux polĂ©miques sont venues s’ajouter au dĂ©bat aprĂšs le retour de Donald Trump Ă  la Maison Blanche.

1 – Une image qui en a fait s’Ă©trangler plus d’un outre-Atlantique

3

Cette image est issue d’une vidĂ©o qui a Ă©tĂ© diffusĂ©e par la tĂ©lĂ©vision d’Ă©tat nord-corĂ©enne quelques jours aprĂšs le sommet de Singapour. On y voit Donald Trump en train de saluer un gĂ©nĂ©ral de l’armĂ©e nord-corĂ©enne en uniforme, sous les yeux de Kim Jong-Un.

Si l’image fĂąche aux Etats-Unis, c’est parce que le geste est interprĂ©tĂ© comme un geste de respect inappropriĂ© face Ă  un membre de l’armĂ©e d’un pays dictatorial et ennemi (officiellement, la CorĂ©e du Nord est toujours en guerre avec la CorĂ©e du Sud, alliĂ©e des Etats-Unis). Autrement dit, ce geste pourrait presque ĂȘtre considĂ©rĂ© comme de la haute trahison. En faisant ce geste, Donald Trump a aussi fourni du matĂ©riel de propagande supplĂ©mentaire au rĂ©gime nord-corĂ©en alors que c’Ă©tait totalement Ă©vitable.

La porte-parole de la Maison Blanche a toutefois dĂ©clarĂ© que Donald Trump n’avait fait que rĂ©pondre poliment au gĂ©nĂ©ral qui l’avait saluĂ© en premier.

2 – Une dĂ©claration qui fĂąche

Trois jours aprĂšs le sommet de Singapour, lors d’une interview accordĂ©e Ă  Fox News, Donald Trump a dĂ©clarĂ© ceci au sujet de Kim Jong-Un:

He’s the head of a country and I mean he’s the strong head. Don’t let anyone think anything different. He speaks and his people sit up at attention. I want my people to do the same. (Il est le leader du pays et un leader fort. Il ne laisse personne penser quelque chose de diffĂ©rent. Il parle et son peuple l’Ă©coute avec attention. Je veux que mon peuple en fasse autant)

Attention ! Nous avons traduit le my people de Donald Trump par mon peuple mais il est aussi possible que le prĂ©sident amĂ©ricain ait seulement voulu dĂ©signer les gens qui travaillent pour lui Ă  la Maison Blanche (cf. l’interview se dĂ©roulait devant la Maison Blanche et le prĂ©sident a pointĂ© le bĂątiment du doigt) et non l’ensemble du peuple amĂ©ricain.

Quoi qu’il en soit, la remarque a Ă©tĂ© interprĂ©tĂ©e comme une nouvelle preuve de la fascination de Donald Trump pour les dictateurs.

InterrogĂ© plus tard au sujet de cette dĂ©claration, le prĂ©sident a dĂ©clarĂ© qu’il s’agissait d’une plaisanterie et que les journalistes ne comprenaient pas « les sarcasmes ».

CE QU’IL FAUT RETENIR

En bref, le sommet de Singapour a permis d’apaiser les tensions entre les Etats-Unis et la CorĂ©e du Nord (du moins, Ă  court terme) et d’entamer un dialogue qui pourrait aboutir Ă  la dĂ©nuclĂ©arisation de la CorĂ©e du Nord. Le conditionnel est de rigueur puisque Kim Jong-Un n’a pour l’instant encore pris aucun engagement vĂ©ritablement sĂ©rieux, ferme et dĂ©finitif. Le sommet de Singapour n’Ă©tait que le premier chapitre de longues nĂ©gociations qui vont se poursuivre dans les mois qui viennent et qui seront menĂ©es par le SecrĂ©taire d’Etat Mike Pompeo. La question est de savoir si elles aboutiront Ă  un rĂ©sultat concluant. Beaucoup d’observateurs sont sceptiques.

Dans l’immĂ©diat, presque tout le monde s’accorde Ă  dire que Kim Jong-Un est le grand vainqueur du sommet de Singapour. Il n’a pris aucun engagement concret (hormis le rapatriement des restes de soldats amĂ©ricains) et a obtenu de la part de Donald Trump:

∗ L’arrĂȘt des exercices militaires menĂ©s par les Etats-Unis avec la CorĂ©e du Sud

∗ Une nouvelle lĂ©gitimitĂ© sur la scĂšne internationale

5

Aux Etats-Unis, les nombreux compliments de Donald Trump Ă  l’Ă©gard de Kim Jong-Un ont trĂšs majoritairement dĂ©plu et inquiĂ©tĂ©, mĂȘme chez les partisans du dialogue avec la CorĂ©e du Nord et de l’organisation du sommet de Singapour. Le raisonnement Ă©tant grosso modo le suivant: S’il est vrai qu’il est parfois nĂ©cessaire de dialoguer avec les dictateurs, fallait-il vraiment qualifier Kim Jong-Un d’homme talentueux et de trĂšs grand leader, lui faire des tonnes de compliments, le traiter avec plus de respect que des alliĂ©s de longue date (comme ce fut le cas quelques jours auparavant au sommet du G7) ou lui montrer fiĂšrement la limousine prĂ©sidentielle? Et fallait-il saluer un gĂ©nĂ©ral nord-corĂ©en?

Erick Erickson, une figure connue au sein du mouvement conservateur amĂ©ricain, a dĂ©clarĂ© que si Barack Obama s’Ă©tait comportĂ© comme Donald Trump Ă  Singapour, « le Parti RĂ©publicain aurait rĂ©clamĂ© sa destitution ».


PS: WHAT A TIME TO BE ALIVE

Pour terminer, nous ne pouvons pas ne pas Ă©voquer l’interview surrĂ©aliste de Dennis Rodman sur CNN. L’ancien joueur de la NBA, qui s’est rendu Ă  plusieurs reprises en CorĂ©e du Nord et qualifie Kim Jong-Un d’ami, Ă©tait prĂ©sent Ă  Singapour. Il ne faisait pas partie de la dĂ©lĂ©gation amĂ©ricaine mais s’Ă©tait rendu sur place par ses propres moyens. Il a accordĂ© une interview Ă  CNN, vĂȘtu d’une casquette Make America Great Again. Il a fondu en larmes au cours de cette interview, affirmant que c’Ă©tait un trĂšs grand jour et qu’il Ă©tait trĂšs heureux de voir Donald Trump et Kim Jong-Un entamer un dialogue.

4

Et le plus drĂŽle, c’est que des internautes ont alors retrouvĂ© ce vieux tweet publiĂ© par Donald Trump en 2014. (Il faut savoir que Dennis Rodman a participĂ© il y a plusieurs annĂ©es Ă  l’Ă©mission de tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© de Donald Trump, The Apprentice).

9
Traduction: Dennis Rodman Ă©tait soit saoul soit sous l’emprise de la drogue (dĂ©lirant) lorsqu’il a dĂ©clarĂ© que je voulais aller en CorĂ©e du Nord avec lui. Je suis content de l’avoir virĂ© de The Apprentice!

¯\_(ツ)_/¯

 

Une réflexion sur “đŸ‡șđŸ‡žđŸ‡°đŸ‡” LE SOMMET DE SINGAPOUR đŸ‡°đŸ‡”đŸ‡ș🇾

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.