RIP JOHN MCCAIN ūüíĒ

Pour quiconque suivait attentivement la politique am√©ricaine, John McCain √©tait une personnalit√© incontournable. C’est donc avec beaucoup d’√©motion que nous avons appris son d√©c√®s ce dimanche matin au r√©veil. RIP.

JOHN MCCAIN

29 AO√õT 1936 – 25 AO√õT 2018

En juillet 2017, John McCain avait annonc√© qu’il souffrait d’une tumeur au cerveau. Vendredi, sa famille expliquait qu’apr√®s s’√™tre battu pendant plus d’un an contre la maladie, il avait d√©cid√© de mettre un terme √† son traitement m√©dical. Le lendemain, le s√©nateur s’√©teignait √† son domicile, pr√®s de Sedona, en Arizona.

John McCain n’√©tait plus apparu publiquement depuis le mois de d√©cembre dernier. Mais ceux qui suivent ce blog savent qu’il aura continu√© jusqu’au bout √† s’exprimer via communiqu√© et sur Twitter, notamment pour critiquer le pr√©sident Trump. On se souviendra d’ailleurs certainement de lui comme de l’un des plus f√©roces critiques de Donald Trump au sein du Parti R√©publicain. Mais John McCain ne se r√©sumait √©videmment pas qu’√† cela. Revenons quelques instants sur le parcours de cet homme un peu rebelle dont les Am√©ricains avaient appris √† appr√©cier le franc parler.

John Sidney McCain III est n√© le 29 ao√Ľt 1936 au Panama. Son p√®re, membre de la U.S. Navy, √©tait en effet √† cette √©poque stationn√© dans la zone du canal de Panama.

Comme son p√®re et son grand-p√®re avant lui, John McCain s’engage dans l’arm√©e. Il √©tudie √† la U.S. Naval Academy, une prestigieuse acad√©mie militaire situ√©e √† Annapolis, dans le Maryland. Conform√©ment √† ses derni√®res volont√©s, c’est d’ailleurs dans le cimeti√®re de cette acad√©mie qu’il sera enterr√©, et non au cimeti√®re national d’Arlington, un honneur auquel il aurait pu pr√©tendre.

En 1967, John McCain participe aux missions de combat au Vietnam. Son avion est abattu par les troupes nord-vietnamiennes. Il survit au crash en s’√©jectant √† temps de l’appareil avec son parachute mais il se casse les deux bras et une jambe. Il est fait prisonnier par les soldats communistes du Nord-Vietnam. Il est enferm√© avec d’autres prisonniers de guerre am√©ricains dans une prison de Hanoi, surnomm√©e ironiquement le Hanoi Hilton. John McCain passera cinq ans et demi en captivit√© et sera r√©guli√®rement tortur√©. Il gardera des s√©quelles physiques de cette torture, notamment un bras partiellement paralys√© qu’il ne pouvait plus soulever. En 1968, les nord-vietnamiens, apr√®s avoir d√©couvert que son p√®re √©tait amiral dans la marine am√©ricaine et dirigeait des op√©rations de combat, propos√®rent √† John McCain de le lib√©rer. Il refusa de partir sans ses camarades, ce qui forgea sa l√©gende de h√©ros am√©ricain. Il fut finalement lib√©r√© avec d’autres prisonniers en 1973.

2
John McCain (en bas √† droite) et ses compagnons d’armes en 1965
3
John McCain le jour de sa libération, en 1973

« Je suis tomb√© v√©ritablement amoureux de mon pays lorsque j’ai √©t√© fait prisonnier ailleurs », a-t-il expliqu√© bien des ann√©es plus tard, lors de la Convention Nationale R√©publicaine de 2008. « Ce n’√©tait pas seulement un endroit, mais une id√©e, une cause pour laquelle il valait la peine de se battre ».

Quelques ann√©es apr√®s son retour au pays, John McCain rencontre Cindy Lou Hensley. Ils tombent amoureux. Quelques mois plus tard, John McCain, qui √©tait mari√©, demande le divorce. Il quitte sa premi√®re √©pouse pour rejoindre Cindy et ne plus jamais la quitter. En 1981, il quitte la Navy et s’installe avec sa nouvelle √©pouse en Arizona, √©tat dont elle est originaire. John McCain devient un Arizonien d’adoption et c’est cet √©tat du sud-ouest des Etats-Unis qu’il repr√©sentera pendant plusieurs d√©cennies au Congr√®s.

John McCain fait son entr√©e au Congr√®s en 1983. Il est d’abord d√©put√© √† la Chambre des Repr√©sentants. En 1986, il devient s√©nateur. Un poste qu’il occupera sans discontinuer jusqu’√† la fin de ses jours. Il avait √©t√© r√©√©lu en 2016 pour un sixi√®me mandat.

Au d√©but de sa carri√®re de s√©nateur, McCain collaborera √©troitement avec son coll√®gue d√©mocrate John Kerry, lui aussi v√©t√©ran de la guerre du Vietnam, pour mettre fin √† l’embargo am√©ricain encore en vigueur contre l’ancien ennemi. McCain et Kerry ont fortement contribu√© √† r√©tablir des liens diplomatiques entre les Etats-Unis et le Vietnam.

En 2000, John McCain d√©cide de se pr√©senter √† l’√©lection pr√©sidentielle. Les primaires r√©publicaines l’opposent √† George W. Bush. McCain cr√©e la surprise en remportant la primaire du New Hampshire, mais chute ensuite, victime d’attaques assez violentes de la part du camp Bush. George W. Bush remporte l’investiture r√©publicaine et est ensuite √©lu pr√©sident.

La relation entre le pr√©sident Bush et John McCain sera faite de hauts et de bas. McCain appartient clairement √† l’aile interventionniste du Parti R√©publicain. C’est un faucon, comme on les appelle aux Etats-Unis. Il soutient donc fortement le pr√©sident Bush lorsque celui-ci d√©cide d’attaquer l’Afghanistan en 2001 et l’Irak en 2003. Dans son dernier livre paru il y a quelques mois, McCain reconna√ģt toutefois que la guerre en Irak a √©t√© une grave erreur puisqu’il s’est av√©r√© que Saddam Hussein ne poss√©dait finalement pas d’armes de destruction massive.

Tout en soutenant l’intervention en Irak, McCain s’oppose vigoureusement √† l’usage de la torture par la CIA. Il critiquera fortement l’administration Bush sur ce point, devenant ainsi un rebelle au sein de son propre parti. Invoquant son pass√© de prisonnier de guerre tortur√©, McCain ne cessait d’affirmer que la torture ne servirait √† rien et √©tait contraire aux valeurs de l’Am√©rique. Il craignait aussi que l’image des Etats-Unis √† l’√©tranger soit fortement et durablement ternie.

La politique √©trang√®re et la d√©fense sont toujours rest√©s les domaines de pr√©dilection de John McCain au S√©nat, mais il s’est aussi fortement impliqu√© sur le dossier de l’immigration. √Ä plusieurs reprises, il a fait partie de groupes bipartisans qui ont tent√© de r√©former le syst√®me d’immigration et de r√©gulariser la situation de tr√®s nombreux sans-papiers r√©sidant aux Etats-Unis depuis plusieurs ann√©es. Le pr√©sident Bush √©tait lui aussi favorable √† une telle r√©forme. Mais ce n’√©tait pas le cas de tout le monde au sein du Parti R√©publicain et toutes les tentatives se sont sold√©es par un √©chec.

En 2008, John McCain se pr√©sente une seconde fois √† l’√©lection pr√©sidentielle. Cette fois-ci, il remporte les primaires r√©publicaines. Apr√®s avoir remport√© l’investiture de son parti, il choisit Sarah Palin, gouverneure de l’Alaska, comme colisti√®re. Ce choix fait encore et toujours l’objet de d√©bats aujourd’hui. Dans un premier temps, le choix tr√®s audacieux de McCain a √©t√© plut√īt consid√©r√© comme une id√©e brillante. En effet, McCain √©tait d√©j√† relativement √Ęg√© et devait faire face √† la jeunesse et √† la popularit√© grandissante de Barack Obama. Il √©tait aussi consid√©r√© comme trop mod√©r√© par certains √©lecteurs conservateurs, en raison notamment de ses positions sur l’immigration. Sarah Palin √©tait plus jeune et plus conservatrice. En s’associant √† elle, McCain √©quilibrait le ticket pr√©sidentiel r√©publicain. Il donnait aussi la possibilit√© √† une femme de pr√©tendre √† la vice-pr√©sidence des Etats-Unis, ce qui n’√©tait pas anodin*.

*Sarah Palin est la seule femme √† avoir jamais figur√© sur un ticket pr√©sidentiel c√īt√© r√©publicain. C√īt√© d√©mocrate, une seule femme avait √©t√© nomm√©e candidate √† la vice-pr√©sidence auparavant (Geraldine Ferraro en 1984). En 2016, Hillary Clinton est devenue la premi√®re femme √† √™tre d√©sign√©e candidate √† la pr√©sidence par l’un des deux grands partis politiques am√©ricains.

Le discours de Sarah Palin lors de la Convention Nationale R√©publicaine fit sensation. Mais, par la suite, elle fut l’auteure de plusieurs bourdes rest√©es c√©l√®bres et qui ont certainement nui √† la campagne de John McCain. D’autant plus que la strat√©gie de McCain face √† Obama √©tait de se pr√©senter comme bien plus qualifi√© et exp√©riment√© que son jeune rival. Sarah Palin n’a pas contribu√© √† renforcer l’image de comp√©tence que McCain voulait donner √† sa candidature.

McCain aurait-il gagn√© face √† Obama s’il avait choisi quelqu’un d’autre que Sarah Palin comme colistier? On ne le saura √©videmment jamais. C’est toutefois loin d’√™tre certain. Palin ou non, n’oublions pas que McCain √©tait le candidat du parti du pr√©sident sortant, George W. Bush, alors historiquement impopulaire. Et qu’il devait faire face au ph√©nom√®ne Obama.

Dans son dernier livre, John McCain avoue qu’il regrette de ne pas avoir d√©sign√© son ami Joe Lieberman, s√©nateur du Connecticut autrefois membre du Parti D√©mocrate et devenu Ind√©pendant, comme colistier. Il explique que c’√©tait son premier choix mais qu’il a fini par √©couter ses conseillers qui le poussaient √† opter pour Sarah Palin.

John McCain perdra l’√©lection pr√©sidentielle face √† Barack Obama. L’une des images marquantes de la campagne √©lectorale ayant oppos√© les deux hommes restera celle de John McCain interrompant l’une de ses supportrices qui, lors d’un meeting, lui expliquait qu’elle ne pouvait pas faire confiance √† Obama parce que c’√©tait un « arabe ». Cette dame confondait certainement les mots « arabe » et « musulman ». Dans certains cercles conservateurs, des rumeurs infond√©es avaient en effet commenc√© √† se r√©pandre au sujet d’Obama, notamment celle selon laquelle il ne serait en r√©alit√© pas chr√©tien mais musulman.

Si John McCain n’a jamais vers√© dans ce genre de th√©ories du complot, il fut tr√®s critique vis-√†-vis de la politique √©trang√®re de Barack Obama tout au long de la pr√©sidence de ce dernier.

En 2016, John McCain est r√©√©lu pour un sixi√®me mandat au S√©nat. Depuis deux ans, il critiquait r√©guli√®rement le pr√©sident Trump, qui avait d√©clar√© pendant sa campagne que McCain n’√©tait pas un h√©ros parce qu’il avait √©t√© fait prisonnier au Vietnam. « J’aime les h√©ros qui n’ont pas √©t√© captur√©s », avait-il dit.

Pendant les premiers mois de la pr√©sidence Trump, avant que sa tumeur au cerveau ne soit diagnostiqu√©e, John McCain a voyag√© dans plus de quinze pays diff√©rents pour tenter de rassurer les alli√©s de l’Am√©rique, leur expliquant que les positions d√©fendues par Donald Trump ne l’√©taient pas forc√©ment par le Congr√®s.

John McCain s’est √©teint ce samedi 25 ao√Ľt 2018. Il avait 81 ans. Il laisse derri√®re lui sa femme Cindy et ses sept enfants, dont trois fils qui sont actuellement en service au sein de l’arm√©e am√©ricaine. Sa fille Meghan est quant √† elle devenue un personnage public. Elle est animatrice sur la cha√ģne ABC et s’exprime r√©guli√®rement sur la politique.

Aussi incroyable que cela puisse para√ģtre, la m√®re de John McCain est √©galement toujours en vie. Elle est √Ęg√©e de 106 ans.

En septembre 2017, le journaliste Jake Tapper avait demand√© √† John McCain comment il aimerait qu’on se souvienne de lui. Voici ce qu’il avait r√©pondu:

He served his country, and not always right – made a lot of mistakes, made a lot of errors – but served his country, and I hope we could add honorably. (Il a servi son pays, et pas toujours correctement – il a fait beaucoup d’erreurs – mais il a servi son pays, et j’esp√®re qu’on peut ajouter honorablement)

 

Une réflexion sur “RIP JOHN MCCAIN ūüíĒ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonn√©es ci-dessous ou cliquez sur une ic√īne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez √† l'aide de votre compte WordPress.com. D√©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez √† l'aide de votre compte Google+. D√©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez √† l'aide de votre compte Twitter. D√©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez √† l'aide de votre compte Facebook. D√©connexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.