WEEKLY NEWS FLASH #210

Les Kansas City Chiefs ont remporté le SuperBowl 2020 cette nuit, en battant les San Francisco 49ers. Le match avait lieu à Miami. Mais venons-en tout de suite à la politique.

L’ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE

La deuxième semaine du procès de Donald Trump au Sénat. Cliquez sur le lien suivant pour lire notre résumé: Impeachment Trial, Semaine 2.

L’AUTRE ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE

Le plan de paix de la Maison Blanche pour le Proche-Orient. La Maison Blanche a rendu public son plan de paix pour le Proche-Orient cette semaine. Un plan sur lequel Jared Kushner travaillait activement depuis l’arrivée de son beau-père à la Maison Blanche. Il s’agit en fait ici de la partie politique du plan, destinée à régler le conflit israélo-palestinien. La partie économique du plan avait déjà été dévoilée l’été dernier.

Le président Trump a dévoilé les grandes lignes de ce plan aux côtés du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, invité à la Maison Blanche pour l’occasion. Benny Gantz, le principal adversaire de Netanyahu pour les prochaines élections législatives qui auront lieu en Israël au mois de mars, a également été reçu par Donald Trump à la Maison Blanche, mais il n’est pas apparu aux côtés de Trump et Netanyahu lors de la conférence de presse organisée pour présenter le plan de paix. De leur côté, les Palestiniens n’ont pas été associés à l’événement. Il faut dire qu’ils ont rompu toute négociation avec Washington depuis que le président Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et y a fait transférer l’ambassade américaine en 2017. Les Palestiniens ont immédiatement rejeté le plan de l’administration Trump, considéré comme biaisé en faveur d’Israël. Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a déclaré que « Jérusalem n’est pas à vendre ».

Le président Trump qualifie quant à lui son plan de « solution à deux états réaliste ». Il a aussi affirmé qu’il s’agissait peut-être de la dernière chance des Palestiniens d’obtenir un état. Le plan prévoit effectivement la création d’un état palestinien ayant pour capitale une partie des faubourgs de Jérusalem-Est. Néanmoins, les colonies israéliennes établies en Cisjordanie seraient toutes reconnues comme faisant partie de l’état d’Israël. Autrement dit, Israël pourrait annexer une partie de la Cisjordanie et conserverait le contrôle de Jérusalem.

Le plan (à lire ici, 181 pages) inclut cette carte d’un projet d’état palestinien.

1

Lors d’une interview accordée à CNN, Jared Kushner, qui s’exprime très rarement dans les médias, a déclaré que les Palestiniens ne devraient pas laisser passer cette opportunité comme ils l’ont trop souvent fait par le passé. Kushner a ajouté que le plan présenté constituait une offre de base et que si les Palestiniens acceptaient de rejoindre la table des négociations, ils pourraient demander des ajustements.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

50 ou le nombre de soldats américains auxquels des lésions cérébrales ont été diagnostiquées depuis l’attaque perpétrée par l’Iran contre deux bases militaires américaines en Irak. Ce chiffre ne cesse d’augmenter au fil des semaines.

Le Pentagone a aussi confirmé que l’ambassade américaine de Bagdad avait été touchée par trois roquettes cette semaine. Une personne a été blessée. L’attaque n’a pas été revendiquée.

LE DÉPARTEMENT D’ÉTAT DÉCONSEILLE AUX AMÉRICAINS DE SE RENDRE EN CHINE EN RAISON DE L’ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS

Cette semaine, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré l’état d’urgence internationale en raison de l’épidémie de coronavirus qui frappe la Chine. Les premiers cas de cette nouvelle maladie auraient été diagnostiqués dans la ville chinoise de Wuhan. Les autorités chinoises ont pris des mesures drastiques pour endiguer le phénomène. Elles reconnaissent que plus de 14,000 personnes sont déjà atteintes de la maladie en Chine et que 304 personnes en sont déjà décédées. Plusieurs cas ont également été recensés dans de nombreux pays à travers le monde, dont huit cas aux Etats-Unis.

Le Département d’Etat américain a officiellement déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Chine. Sur l’échelle des pays où il est déconseillé de voyager, le Département d’Etat classe désormais la Chine au même niveau que l’Irak et l’Afghanistan. Une partie du personnel diplomatique américain en Chine a également été autorisée à rentrer aux Etats-Unis.

2

D’autre part, le Secrétaire à la Santé, Alex Azar, a annoncé que les Etats-Unis refuseraient temporairement l’entrée sur leur territoire à toute personne ayant récemment visité la Chine.

Enfin, 195 citoyens américains rentrés de Wuhan à bord d’un même avion ont été placés en quarantaine pendant 15 jours sur une base militaire de Californie.

L’IMAGE DE LA SEMAINE

3

Juan Guaidó était en meeting à Miami ce samedi. Plusieurs milliers de membres de la communauté vénézuélienne de la ville s’étaient rassemblés pour l’écouter. De nombreux élus américains étaient également venus le soutenir, notamment les sénateurs républicains de Floride Marco Rubio et Rick Scott, le député républicain de Floride Mario Diaz-Balart et les députées démocrates de Floride Donna Shalala et Debbie Wasserman-Schultz. Pas de trace en revanche du président Trump, qui passait pourtant le week-end non loin de là, au Mar-a-Lago.

4
Traduction: Je viens de conclure ma réunion avec le Président Juan Guaidó. Je suis impatient de le revoir un jour dans un Venezuela libre.

Le maire républicain de Miami, Francis Suarez, a aussi remis symboliquement les clés de la ville à Juan Guaidó.

5
Traduction: Ce fut un honneur énorme de recevoir le vrai et légitime président du Venezuela à Miami, Juan Guaidó. Nous serons toujours à ses côtés dans la lutte pour un Venezuela libre et démocratique.

Juan Guaidó a répété que son objectif ultime était d’obtenir la démission de Nicolas Maduro et de rétablir la démocratie au Venezuela. « Nous avons un plan, nous avons une stratégie, et nous avons le soutien du monde », a-t-il déclaré. Lors de son meeting, Guaidó a été interrompu à plusieurs reprises par les chants de la foule criant Libertad! et réclamant même une intervention militaire américaine pour chasser Maduro du pouvoir.

Guaidó a quitté le Venezuela le 19 janvier dernier pour effectuer une tournée internationale visant à plaider sa cause auprès des dirigeants du monde entier. Il s’est notamment rendu en Colombie, au Forum Economique Mondial de Davos et au Canada, avant d’atterrir à Miami. Il devrait bientôt rentrer dans son pays, où il est susceptible d’être arrêté par les autorités puisque le gouvernement de Nicolas Maduro lui avait interdit de quitter le territoire. Les Etats-Unis ont toutefois fait savoir que l’arrestation de Guaidó constituait une ligne rouge à ne pas franchir.

LA SIGNATURE DE LA SEMAINE

Le président Trump a signé le USMCA, nouvel accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Le traité avait été récemment ratifié par la Chambre des Représentants et le Sénat. Il va désormais pouvoir entrer en vigueur.

ROAD TO 2020

C’est le Jour J ! Le caucus de l’Iowa a lieu ce lundi 3 février. Décalage horaire oblige, nous n’en connaîtrons le résultat que tard dans la nuit ou demain matin. Le suspense est à son comble puisque les sondages ont toujours été très serrés depuis le début de la campagne. De plus, nous avons été privés de la publication du tout dernier sondage Des Moines Register/CNN. Le Des Moines Register et CNN ont décidé de ne pas publier les résultats de leur sondage en raison d’un doute quant au fait qu’il ait été réalisé correctement. Quelqu’un les a en effet averti qu’il avait été interrogé et que le nom de Pete Buttigieg ne lui avait pas été proposé parmi les candidats potentiels. Le Des Moines Register et CNN affirment qu’il s’agissait sans doute d’un oubli unique de la part d’un sondeur distrait, mais que, par précaution, il valait mieux ne pas publier les résultats d’un sondage potentiellement biaisé.

En attendant les résultats du caucus de l’Iowa, revenons sur ce qu’il s’est passé dans le cadre de la campagne ces sept derniers jours.

  • John Delaney met un terme à sa campagne présidentielle

Trois jours avant le caucus de l’Iowa, John Delaney a annoncé qu’il mettait fin à sa campagne présidentielle. L’ancien député avait été le tout premier candidat à se déclarer, en juillet 2017 ! Il aura donc fait campagne pendant deux ans et demi, sans grand succès.

  • Le point sur la liste des candidats encore en lice

Il reste encore 11 candidats en lice à l’investiture démocrate en ce jour de caucus de l’Iowa (classés ci-dessous en fonction de la date d’annonce de leur candidature, de la plus ancienne à la plus récente):

Andrew Yang, entrepreneur

Tulsi Gabbard, députée d’Hawaï

Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts

Amy Klobuchar, sénatrice du Minnesota

Bernie Sanders, sénateur du Vermont

Pete Buttigieg, ex-maire de South Bend, Indiana

Joe Biden, ex-vice-président de Barack Obama

Michael Bennet, sénateur du Colorado

Tom Steyer, homme d’affaires

Deval Patrick, ex-gouverneur du Massachusetts

Michael Bloomberg, ex-maire de New York

Côté républicain, Donald Trump a deux adversaires à l’investiture républicaine:

Bill Weld, ex-gouverneur du Massachusetts

Joe Walsh, ex-député de l’Illinois

Ils n’ont quasiment aucune chance de l’emporter, d’autant plus que les primaires républicaines ont été annulées dans plusieurs états. Ce n’est pas le cas en Iowa.

  • Seth Moulton apporte son soutien à Joe Biden

Le député du Massachusetts, qui avait mis fin à sa propre campagne présidentielle au mois d’août dernier, a apporté son soutien à Joe Biden. Seth Moulton est le deuxième ex-adversaire de Biden à lui apporter son soutien, après le député de l’Ohio Tim Ryan.

  • Rashida Tlaib encourage le public à huer Hillary Clinton lors d’un meeting de Bernie Sanders

Alors que Bernie Sanders assistait au procès de Donald Trump à Washington, les députées Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Pramila Jayapal, qui soutiennent sa candidature, participaient en son nom à une réunion avec des électeurs en Iowa. La réunion était animée par un modérateur. Il s’agissait davantage d’une conférence-débat que d’un meeting à proprement parler.

Lorsque le modérateur a demandé à Rashida Tlaib de réagir aux récentes critiques adressées par Hillary Clinton à Bernie Sanders, le public a commencé à huer l’ex-First Lady. Le modérateur a demandé aux gens de cesser, mais Tlaib a répliqué: « Non, non, je vais la huer aussi ». Elle a ensuite encouragé les gens présents dans la salle à continuer de huer Hillary Clinton avec elle. « Ceux qui nous détestent se tairont lundi lorsque nous gagnerons [le caucus de l’Iowa] », a-t-elle ajouté. Ilhan Omar et Pramila Jayapal n’ont pas hué Clinton mais ont rigolé et n’ont rien fait pour stopper leur collègue.

  • Martin O’Malley critique Bernie Sanders

Après Hillary Clinton, c’est au tour de Martin O’Malley de critiquer Bernie Sanders. L’ancien gouverneur du Maryland et candidat démocate à la présidence en 2016 a déclaré au Guardian qu’il craignait que les électeurs démocrates choisissent Sanders et fassent basculer le parti trop à gauche. D’après lui, Sanders ne serait pas un bon candidat pour vaincre Donald Trump.

Comme Hillary Clinton, O’Malley a déclaré que Sanders n’était pas parvenu à obtenir beaucoup de résultats probants lors de sa longue carrière au Congrès.

He’s a man who never has accomplished anything in public office, who has I believe demonstrated his inability to forge a governing consensus. (C’est un homme qui n’a jamais rien accompli en tant qu’élu et qui, je crois, a démontré qu’il était incapable de forger un consensus pour gouverner)

O’Malley, qui a enseigné dans plusieurs universités depuis la fin de sa campagne de 2016, a aussi affirmé qu’il avait demandé à plusieurs reprises à ses jeunes étudiants comment ils pouvaient « se faire avoir par l’arnaque Sanders ».

Enfin, il a aussi affirmé que les médias étaient trop conciliants avec le sénateur du Vermont.

LE TWEET DE LA SEMAINE

Sur Twitter, la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, qui a fait campagne à plusieurs reprises aux côtés de Bernie Sanders, a ouvertement affirmé que le programme du Parti Républicain était « incompatible avec la démocratie » et que le projet du GOP était de « démanteler la démocratie ». Elle réagissait au refus des sénateurs républicains de convoquer des témoins lors du procès du président Trump.

6
Traduction: L’abdication de ses responsabilités par le Sénat représente une menace beaucoup plus profonde pour notre démocratie, nos institutions, et notre république. Le GOP sait que son programme est incompatible avec la démocratie, donc son projet est de la démanteler.

L’AUTRE TWEET DE LA SEMAINE

Juste après le coup de sifflet final du SuperBowl, le président Trump s’est empressé de publier un tweet pour féliciter les vainqueurs. Dans ce tweet, Donald Trump félicite les Kansas City Chiefs et affirme qu’ils ont très bien représenté l’état du Kansas. Problème? Kansas City, comme son nom ne l’indique pas, est une ville située dans l’état du Missouri et non dans l’état du Kansas. Oups.

7
Traduction: Félicitations aux Kansas City Chiefs pour leur beau match et leur fantastique comeback, malgré la pression immense. Vous avez tellement bien représenté le grand état du Kansas et, en réalité, l’ensemble des Etats-Unis. Notre pays est FIER DE VOUS!

Le tweet du président a désormais été effacé et remplacé par une nouvelle version corrigée.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.