LE GUIDE DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

J-7 ! À cette occasion, nous vous proposons ce petit guide qui devrait vous permettre de réviser vos fondamentaux et de vous préparer pour affronter la nuit électorale de la semaine prochaine dans de bonnes conditions. 

1. QUAND L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE A-T-ELLE LIEU ?

Le jour de l’élection (Election Day) est fixé au mardi 8 novembre 2016. L’élection présidentielle américaine a lieu tous les quatre ans et est toujours organisée le mardi suivant le premier lundi du mois de novembre. Néanmoins, dans de nombreux états, les américains qui le souhaitent peuvent voter à l’avance. Cela s’appelle le early voting et il séduit de plus en plus de monde. À l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 24 millions d’américains ont déjà voté.

2. L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE, COMMENT ÇA MARCHE ?

Tout d’abord, rappelons qu’il y a en quelque sorte cinquante élections présidentielles différentes puisque tout se joue au niveau des états. Certaines règles varient d’ailleurs d’un état à l’autre. Par exemple, la date limite d’inscription sur les listes électorales n’est pas la même dans tous les états. Certains états utilisent le vote papier, d’autres le vote électronique. Certains états interdisent de se prendre en photo avec son bulletin de vote dans l’isoloir, d’autres pas. Etc.

Les états où il est légal/illégal de prendre un selfie avec son bulletin de vote (Source: Vox)
Les états où il est légal/illégal de prendre un selfie avec son bulletin de vote (Source: Vox)

Rappelons également que les américains ne votent pas pour un seul candidat mais pour un ticket, composé des noms du candidat à la présidence et du candidat à la vice-présidence. Cette année, le ticket démocrate est composé d’Hillary Clinton et de Tim Kaine. Le ticket républicain de Donald Trump et de Mike Pence.

Venons-en maintenant au fonctionnement relativement complexe de l’élection présidentielle. Il s’agit d’une élection indirecte. Bien que ce soit les noms des candidats à la présidence et à la vice-présidence qui figurent sur les bulletins de vote, les américains élisent en réalité un Collège Électoral, qui élit ensuite à son tour le président. Ce Collège Électoral est composé de 538 Grands Électeurs provenant des différents états. Ces Grands Électeurs sont le plus souvent des élus locaux désignés par les partis. Chaque état a droit à un nombre de Grands Électeurs correspondant à son nombre de députés au Congrès, qui varie en fonction de sa population. Autrement dit, plus un état est peuplé et plus il compte de représentants au Congrès et de Grands Électeurs au Collège Électoral. Les états les moins peuplés, comme le Wyoming, n’ont que trois Grands Électeurs, alors que la Californie, l’état le plus peuplé du pays, en compte cinquante-cinq. Certains états sont donc plus importants que d’autres pour les candidats puisqu’ils permettent de remporter un plus grand nombre de Grands Électeurs.

Nombre de Grands Electeurs par état
Nombre de Grands Électeurs par état

D’autre part, certains états sont considérés comme des red states, c’est-à-dire des états acquis à la cause du Parti Républicain, et d’autres comme des blue states, acquis à la cause du Parti Démocrate. Par exemple, le Texas est un red state. La dernière victoire d’un candidat démocrate y remonte à 1976. À l’inverse, la Californie est un blue state. La dernière victoire républicaine y remonte à 1988. Généralement, le candidat démocrate ne passe pas beaucoup de temps à faire campagne dans les red states et vice-versa. D’où l’importance des swing states ou battleground states, ces états qui sont susceptibles de basculer dans le camp démocrate ou dans le camp républicain à chaque élection. Il s’agit, entre autres, de la Floride, de l’Ohio, de la Virginie, de la Pennsylvanie, du Wisconsin, du Michigan ou de l’Iowa. Voici la carte de cette année, régulièrement mise à jour par CNN en fonction de la moyenne des sondages effectués dans les différents états. Vous pouvez voir que d’après ces sondages, Hillary Clinton est presque assurée de remporter certains swing states (Virginie, Pennsylvanie, Wisconsin, Michigan). C’est pourquoi CNN les a faits basculer du jaune vers le bleu. À l’inverse, certains états qui ne sont habituellement pas des battleground states sont considérés comme tels cette année. C’est le cas de l’Arizona et de l’Utah, habituellement très républicains mais dont les sondages indiquent qu’ils pourraient basculer dans le camp démocrate cette année. Ce serait évidemment une grosse surprise !

102-1

Le soir de l’élection, il faut donc analyser les résultats état par état. Hormis dans le Nebraska et dans le Maine, qui ont introduit une dose de proportionnelle*, c’est la règle du winner takes all qui s’applique. Cela signifie que le candidat qui arrive en tête des votes (même s’il n’atteint pas 50% des voix) remporte TOUS les Grands Électeurs de l’état. Exemple: Si le candidat démocrate obtient 48% des voix en Californie et son adversaire républicain 47%, c’est le candidat démocrate qui remporte les 55 Grands Électeurs californiens.

*Dans le Maine, deux des quatre Grands Électeurs reviendront au candidat qui aura obtenu le plus de voix à l’échelle de l’état. Les deux autres reviendront au candidat arrivé en tête dans chacune des deux circonscriptions électorales de l’état. Dans le Nebraska, deux Grands Électeurs sur cinq reviendront au candidat qui aura obtenu le plus de voix à l’échelle de l’état. Les trois autres reviendront au candidat arrivé en tête dans chacune des trois circonscriptions électorales de l’état.

Pour remporter l’élection présidentielle, un candidat doit obtenir un minimum de 270 voix sur 538 au Collège Électoral. Autrement dit, 270 Grands Électeurs. Le soir de l’élection, en calculant le nombre de Grands Électeurs remporté par chaque candidat, on peut donc déjà savoir qui sera le prochain président des Etats-Unis. Néanmoins, le président n’est formellement élu qu’en décembre par le Collège Électoral et ne prend ses fonctions qu’au mois de janvier.

Résultats des élections présidentielles américaines depuis 1980 (Source: AFP)
Résultats des élections présidentielles américaines depuis 1980 (Source: AFP)

3. CE SYSTÈME ÉLECTORAL COMPLEXE A-T-IL DES LIMITES ?

Oui. Il fait l’objet de deux critiques principales.

1. Le vote électoral (electoral vote), c’est-à-dire le nombre de Grands Électeurs obtenu par les candidats, est plus important que le vote populaire (popular vote), c’est-à-dire le pourcentage de voix obtenu par les candidats dans tout le pays. Autrement dit, l’existence du Collège Électoral rend possible l’élection d’un candidat ayant obtenu moins de voix que son adversaire au niveau national. Ce cas de figure s’est produit quatre fois dans l’histoire: en 1824, 1876, 1888 et 2000. En 2000, George W. Bush a obtenu 540 000 voix de moins que son opposant démocrate Al Gore mais il a obtenu 271 voix contre 266 au Collège Électoral. Il a donc été élu président. Étant donné qu’un tel scénario ne s’était plus produit depuis la fin du XIXe siècle, cela a relancé le débat sur la nécessité de réformer le système et de supprimer le Collège Électoral. Une telle réforme a pourtant très peu de chances d’aboutir. Le processus électoral est déterminé par la Constitution et on sait à quel point les américains attachent un caractère presque sacré à ce document.

NB: Il arrive également parfois que le président élu ait remporté le vote électoral et le vote populaire mais n’ait pas obtenu 50% des voix au niveau national. Dans ce cas, il est bien élu en ayant remporté plus de voix que son adversaire, mais sans avoir remporté les voix d’une majorité de la population. Ce fut le cas de Bill Clinton lors de ses deux victoires en 1992 et 1996.

2. L’autre critique fréquemment adressée au système électoral américain est que la règle du winner takes all rend quasiment impossible la victoire d’un candidat représentant un autre parti que le Parti Démocrate ou le Parti Républicain. En effet, même lorsque le candidat d’un petit parti ou un candidat indépendant parvient à remporter un pourcentage significatif de voix, il n’est pas assuré d’être représenté au Collège Électoral. Pour cela, il faut arriver en tête dans au moins un état. Exemple: En 1992, le candidat indépendant Ross Perot a recueilli 19% des voix au niveau national mais n’est arrivé en tête dans aucun des cinquante états. Par conséquent, il n’a obtenu aucun Grand Électeur et n’était donc pas du tout représenté au Collège Électoral. Cependant, même si c’est extrêmement rare, il n’est pas impossible de voir plus de deux candidats représentés au Collège Électoral. En 1968, le candidat indépendant George Wallace avait remporté cinq états du Sud du pays (Alabama, Géorgie, Mississippi, Louisiane et Arkansas). Cette année, vu l’impopularité de Donald Trump et d’Hillary Clinton, nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise. Le candidat indépendant Evan McMullin pourrait l’emporter en Utah et le libertarien Gary Johnson au Nouveau Mexique, dont il a été le gouverneur. Deux états à surveiller de près le 8 novembre.

4. LA PRÉSIDENTIELLE SERA-T-ELLE LA SEULE ÉLECTION LE 8 NOVEMBRE ?

Pas du tout. Le 8 novembre, les américains voteront pour élire leur nouveau président mais aussi leurs députés et sénateurs. Ces élections législatives sont très importantes puisqu’elles détermineront la couleur politique du prochain Congrès. Dans certains états, les électeurs voteront également pour élire leur gouverneur et/ou pour d’autres élections locales. Enfin, des référendums d’initiative populaire (ballot initiatives) sont aussi organisés dans plusieurs états, sur des thèmes très variés. Quelques exemples :

– Les habitants de cinq états (Californie, Arizona, Nevada, Massachusetts et Maine) devront se prononcer pour ou contre la dépénalisation du cannabis. Les états où le oui l’emportera rejoindront le Colorado, l’état de Washington, l’Oregon et l’Alaska, qui sont pour l’instant les quatre seuls états à avoir déjà franchi le pas de la légalisation de cette drogue douce.

105-1-1

– En Californie et au Nebraska, les électeurs devront se prononcer pour ou contre l’abolition de la peine de mort. Si le oui l’emporte, ils rejoindront la liste des dix-neuf états ayant déjà aboli la peine capitale.

– Dans l’état de Washington, les électeurs devront se prononcer pour ou contre l’adoption d’une taxe carbone. Si le oui l’emportait, ce serait la première fois qu’une telle taxe serait mise en place par un état américain.

– Au Massachusetts, les électeurs pourraient décider de l’adoption d’une loi garantissant aux animaux d’élevage de meilleurs conditions de vie. La proposition est soutenue par les associations de défense des animaux.

5. QUELQUES NOMS À RETENIR

Outre Clinton et Trump, voici d’autres personnalités dont il faudra particulièrement surveiller le score le 8 novembre.

Gary Johnson et Evan McMullin pourraient créer la surprise en l’emportant respectivement au Nouveau Mexique et en Utah. Nous parlons ici de l’élection présidentielle.

Marco Rubio joue sa réélection au Sénat en Floride. Son opposant démocrate se nomme Patrick Murphy. Pour le moment, Rubio est donné vainqueur dans les sondages.

Rand Paul, autre ex-adversaire de Trump lors des primaires républicaines pour la présidence, joue également sa réélection au Sénat. Cela se passe dans le Kentucky. Il est opposé au démocrate Jim Gray.

John McCain joue sa réélection au Sénat en Arizona. L’ex-candidat républicain à la présidence occupe son poste de sénateur depuis le 3 janvier 1987, soit près de 30 ans ! Il a donc déjà été réélu à quatre reprises. Il devrait encore une fois l’emporter, si l’on en croit les sondages. Son opposante démocrate se nomme Ann Kirkpatrick.

Mark Kirk fait partie des sénateurs républicains qui ne soutiennent pas Donald Trump pour la présidentielle. Il joue sa réélection en Illinois. Il est en grande difficulté et pourrait bien perdre son siège. Son opposante démocrate Tammy Duckworth est créditée de plus de cinq points d’avance dans les sondages.

Liz Cheney, la fille de Dick Cheney, est candidate à la Chambre des Représentants au Wyoming. En tant que Républicaine, elle a toutes les chances de l’emporter dans cet état. La fille d’un ancien vice-président pourrait donc bien débarquer à Washington.

Kamala Harris est candidate au Sénat en Californie, où elle occupe pour le moment le poste d’Attorney General. Si elle était élue, cette Démocrate serait la première sénatrice à la fois afro-américaine ET asiatique-américaine. Son père est en effet d’origine jamaïcaine et sa mère est née à Chennai, en Inde.

Bao Nguyen, actuellement maire de la ville de Garden Grove, en Californie, est candidat à la Chambre des Représentants. Il est démocrate. S’il était élu, il deviendrait le deuxième américain d’origine vietnamienne à siéger au Congrès. Et ce n’est pas tout. Nguyen est né dans un camp de réfugiés géré par les Nations Unies en Thaïlande.

***VIVEMENT LE 8 NOVEMBRE***

2 réflexions sur “LE GUIDE DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

  1. Hello ! J’ai découvert ton blog grâce à ton interview sur Lost in the USA 🙂 je le trouve super intéressant, c’est vrai que c’est particulier de se passionner pour la politique américaine mais tu le fais très bien. Tout est super bien expliqué, ton blog est super utile (je l’ai envoyé à ma mère ahaha !)
    Je vais continuer à te suivre, je suis pas aussi passionnée que toi, mais tout de même, les USA c’est mon dada aussi 😉 d’ailleurs je m’abonne à ton compte twitter pour suivre ton livetweet le 8 (moi aussi je serai probablement devant ma télé à manger des granola cookie ahaha)
    Sinon une petite question de curiosité : comptes-tu continuer ton blog après l’élection ?

    Stéphanie

    J'aime

    1. Salut Stephanie ! Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir ! Pour le livetweet du 8 novembre, il vaut peut-être mieux que tu t’abonnes à mon compte Twitter perso @AxelleHaz. Je pense que je serai plus active sur ce compte-là 😉
      Et oui, je vais continuer le blog après l’élection. Mais vu que la campagne sera finie, le rythme sera moins intensif. Je vais continuer le Weekly News Flash 1x/semaine + écrire l’un ou l’autre article de temps en temps s’il se passe vraiment quelque chose d’important dans l’actu ou si quelque chose m’inspire particulièrement.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.