WEEKLY NEWS FLASH #163

Green Book a remporté l’Oscar du meilleur film la nuit dernière à Los Angeles. Ce film raconte l’histoire vraie du pianiste noir Don Shirley effectuant une tournée à travers les états du Midwest puis du Sud des Etats-Unis en 1962, accompagné de son chauffeur blanc. Avis aux amateurs de cinéma et d’histoire américaine. Mais, avant de vous précipiter dans la salle la plus proche, n’oubliez pas de lire notre résumé de l’actualité des sept derniers jours, nettement dominée par la crise au Venezuela et la candidature de Bernie Sanders à l’élection présidentielle de 2020.

L’ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE 🇻🇪

Pour démarrer ce récap’ de l’actualité de la semaine, nous vous emmenons au Venezuela, où la mobilisation contre Nicolas Maduro ne faiblit pas et où des événements importants se sont déroulés ce week-end.

Lundi 18 février. Le président Trump se rend à Miami et y prononce un discours devant la communauté vénézuélienne de la ville. Un message vidéo de Juan Guaidó est diffusé sur des écrans géants.

1

Durant son allocution, Donald Trump appelle les militaires vénézuéliens à cesser d’obéir aux ordres de Nicolas Maduro et à laisser entrer l’aide humanitaire envoyée par les Etats-Unis au Venezuela. Le discours du président américain se transforme ensuite rapidement en discours anti-socialiste.

Socialism is not about justice, it’s not about equality, it’s not about lifting up the poor. Socialism is about one thing only: power for the ruling class. And the more power they get, the more they crave. They want to run health care, run transportation and finance, run energy, education – run everything. (Le socialisme n’a rien à voir avec la justice, avec l’égalité, avec la lutte contre la pauvreté. Le socialisme est synonyme d’une seule chose: le pouvoir pour la classe dirigeante. Et plus ils ont de pouvoir, plus ils en désirent. Ils veulent diriger les soins de santé, les transports et la finance, l’énergie, l’éducation – ils veulent tout diriger)

All of us here today know that there is nothing less democratic than socialism. Everywhere and anywhere it appears, socialism advances under the banner of progress, but in the end it delivers only corruption, exploitation and decay. (Toutes les personnes présentes ici aujourd’hui savent qu’il n’y a rien de moins démocratique que le socialisme. Partout et quel que soit le moment où il apparaît, le socialisme avance sous la bannière du progrès, mais au final ne délivre que la corruption, l’exploitation et le déclin)

Vendredi 22 février. Alors qu’une grande journée de mobilisation nationale est prévue le lendemain (Juan Guaidó a appelé les Vénézuéliens à manifester le samedi 23 février pour réclamer l’entrée de l’aide humanitaire dans le pays), l’armée vénézuélienne ouvre le feu sur des civils qui tentaient d’empêcher la fermeture de la frontière entre le Venezuela et le Brésil, décrétée par Nicolas Maduro pour empêcher la livraison de l’aide humanitaire. L’affrontement fait au moins deux morts et douze blessés. Dans le même temps, un convoi transportant de nombreux députés de l’Assemblée Nationale fait route vers la frontière avec la Colombie. Le but de ces élus est d’aller chercher l’aide humanitaire se trouvant en Colombie pour la ramener au Venezuela. Le convoi est souvent acclamé par la foule sur son passage.

Dans la soirée, un grand concert de soutien au peuple vénézuélien est organisé à Cucuta, cette ville colombienne située tout près de la frontière avec le Venezuela et où est entreposée une grande partie de l’aide humanitaire américaine destinée à la population vénézuélienne. Le concert a été organisé par le milliardaire Richard Branson. De nombreux artistes très célèbres dans le monde hispanophone participent à l’événement, comme Alejandro Sanz ou Juanes. Le concert rassemble près de 200,000 personnes ! Juan Guaidó crée la surprise en y apparaissant, alors que Nicolas Maduro lui a interdit de quitter le Venezuela. En se rendant ainsi en Colombie, Guaidó choisit de s’exposer à une possible arrestation à son retour au pays.

2

Pendant ce temps-là, le régime de Nicolas Maduro organisait un autre concert de l’autre côté de la frontière. Quelques dizaines de personnes seulement y ont assisté.

Samedi 23 février. La grande journée de manifestation pour réclamer l’entrée de l’aide humanitaire au Venezuela débute. Elle est organisée exactement un mois après les premières grandes manifestations anti-Maduro du 23 janvier, lors desquelles Juan Guaidó avait prêté serment avant d’être reconnu comme président par intérim par Donald Trump et plusieurs autres chefs d’état. Des milliers de manifestants défilent dans les rues et se rassemblent autour des bases militaires pour supplier l’armée de désobéir à Maduro et de laisser les convois d’aide humanitaire entrer dans le pays. De son côté, Maduro affirme toujours qu’il n’y a aucune crise humanitaire au Venezuela et que les convois d’aide humanitaire font partie d’un complot américain visant à le chasser du pouvoir. Sa vice-présidente déclare même que la nourriture envoyée par les Américains contient du poison. Pour les opposants de Maduro, celui-ci prouve surtout qu’il est un dictateur prêt à laisser son peuple mourir de faim plutôt que de reconnaître l’échec de son gouvernement.

Tout au long de la journée, des affrontements ont lieu entre manifestants et membres des forces armées vénézuéliennes. Au final, un seul camion transportant de l’aide humanitaire parviendra à franchir la frontière et à pénétrer au Venezuela, depuis le Brésil. Tous les camions stationnés à la frontière colombienne y resteront bloqués. Sur l’un des ponts reliant la Colombie au Venezuela, deux camions seront même incendiés lors d’affrontements entre forces armées et manifestants.

3

Au total, selon le ministre colombien des Affaires Étrangères, 285 personnes ont été blessées à la frontière entre la Colombie et le Venezuela. Quatre manifestants ont aussi été tués par les forces de sécurité vénézuéliennes à la frontière avec le Brésil.

Tout au long de la journée, on a aussi pu voir plusieurs dizaines de soldats et policiers vénézuéliens traverser la frontière pour se réfugier en Colombie. Ils s’y sont placés sous les ordres de Juan Guaidó. Ce dernier a promis l’amnistie à tous les militaires qui suivraient cet exemple.

Pendant ce temps-là, Nicolas Maduro a participé à un meeting à Caracas lors duquel on a pu le voir danser. Il a également rompu les relations diplomatiques avec la Colombie et menacé de tirer sur un bateau transportant de l’aide humanitaire. Ce navire était parti de Porto Rico et faisait route vers les côtes vénézuéliennes. Face aux menaces, le gouverneur de Porto Rico a ordonné au navire de faire demi-tour.

En conclusion. Malgré plusieurs dizaines de désertions, l’armée vénézuélienne est restée loyale à Maduro ce week-end et a empêché les convois d’aide humanitaire d’entrer au Venezuela. Or, l’opposition espérait que, sous la pression populaire, l’armée lâche enfin Maduro et le force ainsi à quitter le pouvoir. Ce plan n’ayant pas fonctionné, une intervention militaire américaine est-elle désormais envisageable? Les Etats-Unis ont toujours déclaré que toutes les options étaient sur la table. Cependant, les autres pays qui ont reconnu Juan Guaidó comme président légitime du Venezuela se disent défavorables à la solution de l’intervention armée. Ce lundi, le vice-président Mike Pence doit se rendre en Colombie et y rencontrer Juan Guaidó. Affaire à suivre…

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

200 ou le nombre de soldats américains qui resteront finalement en Syrie. En décembre, le président Trump avait pourtant annoncé le retrait complet des troupes américaines de Syrie, ce qui avait provoqué de nombreuses réactions négatives.

LA NOMINATION DE LA SEMAINE

Donald Trump a nommé Kelly Knight Craft au poste d’ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies. Craft est actuellement ambassadrice des Etats-Unis au Canada. Sa nomination à l’ONU devra être confirmée par le Sénat.

LE COME-BACK DE LA SEMAINE

Depuis le début de la présidence Trump, nous avons l’habitude de voir des gens quitter la Maison Blanche. Il est beaucoup plus rare qu’ils y reviennent. C’est pourtant ce que va faire Marc Short, qui occupait le poste de directeur des affaires législatives de la Maison Blanche jusqu’à sa démission l’été dernier. Le vice-président Mike Pence a annoncé qu’il l’avait recruté comme nouveau chef de cabinet.

4
Traduction: Je suis heureux d’annoncer que Marc Short va revenir à la Maison Blanche pour être mon chef de cabinet. Marc rejoindra le Bureau de la vice-présidence en mars et nous sommes impatients de lui souhaiter la bienvenue au sein de notre équipe!

LE DÉLAI DE LA SEMAINE

Michael Cohen, l’ex-avocat de Donald Trump, entamera sa peine de trois ans de prison le 6 mai au lieu du 6 mars. Ce délai de deux mois lui a été accordé par une juge fédérale, afin qu’il puisse mieux récupérer d’une récente opération chirurgicale et qu’il puisse préparer les différents témoignages qu’il doit délivrer devant plusieurs comités du Congrès dans les semaines à venir.

RIP KARL LAGERFELD

Le célèbre styliste de la maison Chanel s’est éteint cette semaine. La First Lady Melania Trump, ex-mannequin, lui a rendu hommage sur Twitter, en publiant notamment le dessin d’une tenue réalisée pour elle par Lagerfeld et qu’elle a portée pour accueillir le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche en février 2017.

7

ROAD TO 2020

It’s Bernie time !

  • Bernie Sanders est candidat à l’élection présidentielle de 2020

Bernie Sanders a annoncé qu’il était de nouveau candidat à l’élection présidentielle. Le sénateur du Vermont était déjà candidat en 2016 mais avait perdu les primaires démocrates face à Hillary Clinton. Alors qu’il était à l’époque un véritable outsider, Sanders fait cette fois-ci partie des favoris à l’investiture. Il devra néanmoins faire face à une concurrence plus importante qu’il y a quatre ans. Il affirme que sa volonté est de « transformer notre pays et créer un gouvernement basé sur les principes de justice économique, sociale, raciale et environnementale ».

Moins de quatre heures après l’annonce de sa candidature, la campagne de Bernie Sanders avait déjà recueilli plus d’un million de dollars de dons. En 24 heures, 6 millions de dollars avaient été récoltés !

  • Bernie Sanders, call your office

Plusieurs anciennes vidéos de Bernie Sanders ont refait surface sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de sa candidature. On peut y voir Sanders vanter les mérites de plusieurs dirigeants communistes et critiquer l’impérialisme américain.

Vidéo n°1.

Dans cette interview datant de 1985, Bernie Sanders explique qu’il s’est rendu au Nicaragua pour rencontrer Daniel Ortega et qu’il lui a donné des conseils pour améliorer sa stratégie de communication. Selon Sanders, le régime communiste d’Ortega devait trouver un moyen d’expliquer au peuple américain ce qu’il essayait de réaliser, afin de contrer la propagande négative du président Reagan.

Vidéo n° 2.

Bernie Sanders évoque ici son voyage en URSS en 1988. Il explique que l’Union Soviétique a un merveilleux réseau de transports et de merveilleux programmes culturels pour les jeunes. Son épouse prend ensuite la parole et vante à son tour les programmes culturels mis en place par l’état soviétique.

Vidéo n°3.

Bernie Sanders s’exprime en 1985 lors d’un meeting organisé pour célébrer le septième anniversaire de la révolution sandiniste au Nicaragua. Il y a été invité par le régime. Il y critique la politique impérialiste des Etats-Unis, qui considèrent que l’Amérique Latine devrait être une « colonie » du gouvernement américain. Il affirme également que les Etats-Unis renversent systématiquement les dirigeants latino-américains qui tentent de s’opposer à cette politique impérialiste pour le bien de leur peuple.

Vidéo n°4.

Bernie Sanders s’exprime à l’Université du Vermont en 1986. Il déclare qu’il était très enthousiaste lorsque la révolution cubaine a éclaté et que le peuple cubain s’est dressé contre ceux qu’il qualifie de « ugly rich people ». Il critique aussi le président Kennedy et sa volonté à l’époque de renverser Fidel Castro.

  • Le point sur les candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020

Bernie Sanders est déjà le dixième candidat déclaré aux primaires démocrates.

✅John Delaney

✅Andrew Yang

✅Tulsi Gabbard

✅Julián Castro

✅Kamala Harris

✅Marianne Williamson

✅Cory Booker

✅Elizabeth Warren

✅Amy Klobuchar

✅Bernie Sanders

  • L’anecdote de la semaine

Voici une anecdote qui a beaucoup fait réagir les amateurs de politique américaine sur Twitter cette semaine. Dans un article du New York Times, on pouvait lire que la sénatrice Amy Klobuchar, candidate à l’élection présidentielle de 2020 et qui doit faire face depuis l’annonce de sa candidature à des accusations de « maltraitance » de la part de plusieurs anciens collaborateurs, s’est un jour servie de son peigne pour manger une salade à bord d’un avion !

8

MEANWHILE, IN NORTH CAROLINA…

Vous vous souvenez peut-être qu’à la suite des élections de mi-mandat, un résultat n’avait pas été validé dans la 9ème circonscription de Caroline du Nord. La commission électorale locale avait décidé d’ouvrir une enquête concernant ce scrutin entaché de soupçons de fraude électorale. Cette commission a rendu les conclusions de son enquête cette semaine et a confirmé qu’il y avait bien eu fraude. Un membre de l’équipe de campagne du candidat républicain Mark Harris – qui l’avait emporté de justesse – a bien payé des gens pour qu’ils aillent recueillir des bulletins de vote par correspondance au domicile des citoyens, ce qui est illégal. Certains bulletins de vote ont aussi été falsifiés. Mark Harris affirme toujours qu’il n’était au courant de rien et a lui-même appelé à l’organisation d’une nouvelle élection. La commission électorale a décidé d’organiser un nouveau scrutin mais la date de ce dernier n’a pas encore été fixée. En attendant, le siège de la 9ème circonscription de Caroline du Nord restera vacant à la Chambre des Représentants.

L’ARRESTATION DE LA SEMAINE

Un employé de la U.S. Coast Guard a été arrêté à son domicile pour possession illégale d’armes et de drogue. Il projetait de mener des attaques terroristes aux Etats-Unis, visant notamment des politiciens et des journalistes. L’homme se décrit comme un suprémaciste blanc et aurait déclaré: « Je rêve de tuer presque chaque personne sur Terre ». Les enquêteurs affirment qu’il avait commencé à établir une liste de personnalités politiques à éliminer, sur laquelle figurait notamment le nom de la Speaker Nancy Pelosi. Il projetait aussi de s’inspirer de l’attaque terroriste menée par Anders Behring Breivik en Norvège en 2011.

LA PHOTO DE LA SEMAINE

9

De la neige à Las Vegas ! Non, vous ne rêvez pas. Des flocons sont déjà tombés à trois reprises sur Sin City depuis le début du mois. Ce qui est extrêmement rare.

LE TWEET DE LA SEMAINE

Des nouvelles de Jeff Flake. L’ex-sénateur semble bien profiter de la vie loin de Washington, D.C. Et il sait comment nous donner envie de retourner en Arizona…

10

LA PHRASE DE LA SEMAINE

Terminons par la phrase de la semaine.

If you are very confident about your sexuality, you don’t have to have eight women around you twerking. (Lorsque vous êtes très confiant au sujet de votre sexualité, vous n’avez pas besoin d’avoir huit femmes en train de twerker autour de vous)

C’est ce qu’a déclaré Barack Obama lors d’une conférence en Californie. À méditer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.