WEEKLY NEWS FLASH #167

Dans cette nouvelle édition du Weekly News Flash, nous parlerons notamment de la défaite de l’État Islamique, du Brésil, du fantôme de John McCain et de la nouvelle mission de Scott Walker. Vous saurez aussi quel est le candidat démocrate à la présidence qui est allé voir un film pornographique au cinéma avec sa mère lorsqu’il avait 18 ans 🔞😳

BREAKING NEWS – LE PROCUREUR MUELLER A TERMINÉ SON ENQUÊTE !!!

Après vingt-deux mois d’enquête, le procureur spécial Robert Mueller a rendu son rapport au ministre de la Justice, William Barr. Ce dernier a résumé les principales conclusions de ce rapport dans un document de quatre pages qu’il a fait parvenir au Congrès et qui a également été rendu public ce dimanche. Nous sommes encore en train d’examiner ce document et nous publierons un article à ce sujet dans les prochaines heures. Encore un tout petit peu de patience…

En attendant, revenons sur le reste de l’actualité de la semaine.

LA VICTOIRE DE LA SEMAINE

1

Les Forces Démocratiques Syriennes, soutenues par les Etats-Unis et la coalition internationale, ont définitivement vaincu l’État Islamique ce week-end. Elles ont libéré la dernière enclave encore contrôlée par l’organisation terroriste en Syrie. C’était la dernière partie encore existante du califat autoproclamé par l’État Islamique en 2014 et qui s’est étendu durant plusieurs années sur une bonne partie du territoire de la Syrie et de l’Irak.

La guerre contre l’État Islamique aura duré cinq ans, au cours desquels les forces de la coalition internationale ont effectué plus de 100,000 frappes aériennes.

Le président Trump s’est réjoui de cette victoire contre l’État Islamique. Quelques jours avant l’issue victorieuse de la dernière bataille, il s’était présenté devant les journalistes avec un document montrant, d’une part, l’étendue du califat au moment de son accession à la présidence et, d’autre part, son étendue à l’heure actuelle. Il avait affirmé à juste titre que la dernière petite enclave encore dominée par l’organisation terroriste tomberait au cours des heures suivantes.

2

Si l’on peut se réjouir de la défaite de l’État Islamique en Syrie et de la disparition du califat, n’oublions toutefois pas que l’organisation terroriste n’est pas morte pour autant. Certains de ses membres sont toujours en vie et désormais cachés parmi la population en Syrie et en Irak. Le groupe a aussi créé des filiales dans d’autres pays, notamment en Afghanistan. Enfin, l’EI est toujours bien présent sur Internet et sa propagande continue à séduire des apprentis terroristes dans de nombreux pays, y compris occidentaux. Certains experts pensent même que ceux-ci pourraient être plus enclins à passer à l’action en commettant des attaques dans leurs pays à la suite de la chute du califat.

DONALD TRUMP ANNONCE VOULOIR RECONNAÎTRE LA SOUVERAINETÉ D’ISRAËL SUR LE GOLAN

3
Traduction: Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui est d’une importance stratégique et sécuritaire critique pour l’État d’Israël et la stabilité dans la région!

Donald Trump a annoncé sur Twitter qu’il était temps pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan, une partie de territoire syrien dont l’état juif a pris le contrôle en 1967 (à la suite de la Guerre des Six Jours) et qu’il a ensuite annexée en 1981. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale, qui considère le Golan comme un territoire occupé. C’était aussi jusqu’ici la position des Etats-Unis. Reste désormais à savoir si le tweet de Donald Trump sera suivi d’effet. Mais, puisque le président américain a déjà transféré l’ambassade américaine à Jérusalem, il n’y a pas vraiment de raison d’en douter.

JAIR BOLSONARO À LA MAISON BLANCHE POUR OFFICIALISER LE RENFORCEMENT DES LIENS ENTRE LE BRÉSIL ET LES ETATS-UNIS 🇧🇷🇺🇸

Jair Bolsonaro était en visite à Washington cette semaine. Le président brésilien a été reçu par Donald Trump à la Maison Blanche et lui a offert un maillot de l’équipe nationale brésilienne de football floqué à son nom. Numéro 10, bien évidemment.

4

Bolsonaro a également visité le siège de la CIA et la Chambre de Commerce des Etats-Unis. Sa visite était une manière d’officialiser un renforcement très important des relations diplomatiques et commerciales entre le Brésil et les Etats-Unis. Ce rapprochement entre les deux pays est significatif. Le Brésil a effectivement longtemps été quelque peu suspicieux à l’égard de la puissance américaine et n’a jamais caché sa volonté de devenir une puissance à part entière sur la scène internationale. Mais Jair Bolsonaro, contrairement à ses récents prédécesseurs, est très pro-américain. Il se méfie aussi grandement de la Chine. Au cours de sa campagne électorale, il avait ouvertement affirmé que la Chine avait trop d’influence sur l’économie brésilienne. Il avait même déclaré que « La Chine ne fait pas ses achats au Brésil, elle achète le Brésil ».

Jair Bolsonaro semble donc bien décidé à attirer les investisseurs américains et à promouvoir le commerce avec les Etats-Unis, tout en réduisant l’importance des échanges entre son pays et la Chine. Il pourrait bien s’agir d’un réalignement géopolitique majeur. Le graphique ci-dessous montre qu’actuellement, le Brésil effectue le quart de ses échanges commerciaux avec la Chine, contre 14% avec les Etats-Unis.

5

Enfin, preuve de la nouvelle amitié entre son pays et le Brésil, le président Trump a annoncé lors de sa conférence de presse commune avec Jair Bolsonaro à la Maison Blanche que les Etats-Unis allaient désigner le Brésil comme un major non-NATO ally. Ce titre est attribué par les Etats-Unis aux pays qu’ils considèrent comme leurs principaux alliés hors de l’OTAN. Des pays comme la Corée du Sud, le Japon, l’Australie, Israël, l’Egypte, la Jordanie ou l’Argentine bénéficient déjà de ce statut. Et il n’est pas que symbolique. Il est aussi généralement synonyme d’étroite coopération militaire.

LA RUSSIE ENVOIE DES AVIONS ET DES TROUPES AU VENEZUELA 🇻🇪

Au Venezuela, le chef de cabinet de Juan Guaidó a été arrêté par les services de renseignement cette semaine. Les Etats-Unis ont réclamé sa libération immédiate.

6
Traduction: Les Etats-Unis condamnent les raids effectués par les services de sécurité de Maduro et la détention de Roberto Marrero, le chef de cabinet du Président par intérim Juan Guaido. Nous appelons à sa libération immédiate. Nous sanctionnerons les responsables.

D’autre part, deux avions russes transportant une centaine de soldats et 35 tonnes d’équipement militaire sont également arrivés sur place. L’arrivée de personnel militaire russe dans un pays d’Amérique Latine n’est évidemment pas bien perçue du tout par les Etats-Unis.

LE SONDAGE DE LA SEMAINE

D’après une nouvelle étude du Pew Research Center, les Américains restent globalement optimistes concernant l’avenir de leur pays (56%). Cependant, le tableau ne s’avère pas tout rose lorsque l’on pose des questions plus précises aux Américains. Ils sont ainsi 73% à penser que le fossé entre les riches et les pauvres va s’accentuer aux Etats-Unis d’ici 2050, 60% à penser que les Etats-Unis auront moins de poids dans le monde en 2050 et 65% à penser que les divisions politiques au sein de la société américaine vont s’accentuer au cours des 30 prochaines années.

7
Source: Axios, d’après les chiffres du Pew Research Center

Le sondage montre aussi que 60% des Américains pensent qu’une attaque terroriste de grande ampleur (au moins aussi meurtrière que le 11 septembre 2001, voire plus) se produira sur le sol américain d’ici 2050.

Enfin, l’étude montre que 46% des Américains blancs pensent que le fait que la population américaine ne sera plus majoritairement blanche en 2050 (ce qui est prévu par les estimations) affaiblira la culture américaine. Seulement 25% des Hispaniques et 18% des Afro-Américains pensent la même chose.

8

LA GUERRE DES CONWAY

Assistera-t-on au divorce de Kellyanne et George Conway avant la fin du mandat de Donald Trump? L’ambiance au sein de leur couple n’est en tout cas pas au beau fixe.

Pour rappel, Kellyanne Conway est l’une des conseillères du président Trump à la Maison Blanche. Elle fut aussi sa directrice de campagne en 2016. Elle défend régulièrement le président sur les plateaux de télévision. Son mari, George Conway, est avocat. Il est Républicain mais se montre régulièrement très critique à l’encontre du président Trump sur Twitter.

Si nous ne vous avons pas parlé de George Conway et de ses tweets jusqu’à présent, c’est que nous considérions que le sujet était quelque peu secondaire. Après tout, il était loin d’être le seul conservateur anti-Trump à critiquer le président. Et il n’occupait aucune fonction politique. Mais nous ne pouvons désormais plus ignorer ce dossier puisque Donald Trump a publiquement réagi cette semaine. Il faut dire que George Conway venait de publier de nouveaux tweets insinuant clairement que le président souffrirait de troubles mentaux ! L’un de ces tweets contenait la photo d’un texte reprenant la définition médicale du trouble de la personnalité narcissique. C’en était trop pour Donald Trump. Il a répliqué en accusant George Conway d’être tout simplement jaloux de la réussite de son épouse et mécontent de ne pas avoir lui aussi obtenu un emploi à la Maison Blanche.

9
Traduction: George Conway, souvent qualifié de Mr. Kellyanne Conway par ceux qui le connaissent, est TRÈS jaloux du succès de sa femme & furieux que, avec l’aide de celle-ci, je ne lui ai pas offert l’emploi qu’il voulait absolument. Je le connais à peine mais jetez un œil, c’est un PERDANT complet & le pire des maris!

Le plus surprenant est peut-être que Kellyanne Conway ait pris la défense du président lorsqu’elle a été interrogée par des journalistes. Elle a déclaré que Donald Trump avait le droit de répondre lorsqu’on l’accusait injustement d’être un malade mental.

You think he shouldn’t respond when somebody, a non-medical professional, accuses him of having a mental disorder? (Vous pensez qu’il ne devrait pas répondre lorsque quelqu’un, qui n’est pas un professionnel de la santé, l’accuse d’avoir une maladie mentale?)

Elle a précisé que cela faisait longtemps que le président voulait répondre à George Conway mais qu’il ne l’avait pas fait jusqu’ici par respect pour elle. Elle a aussi critiqué son mari qui s’improvise psychiatre alors qu’il ne l’est pas.

LE TWEET DE LA SEMAINE

Ce tweet d’une journaliste politique travaillant pour le magazine TIME fut à notre avis le plus pertinent de la semaine.

10
Traduction: Le mariage des Conway est une métaphore parfaite pour décrire le Parti Républicain actuel, divisé entre ceux qui voient Trump comme une opportunité et ceux qui le considèrent comme une horreur – et pourtant, tant bien que mal, ils restent ensemble.

LE FANTÔME DE LA SEMAINE

Donald Trump n’est pas seulement en colère contre George Conway. Tout au long de la semaine, il a aussi renouvelé ses attaques contre le défunt sénateur John McCain. Lors de plusieurs interventions face à la presse et lors d’un meeting dans l’Ohio, le président a déclaré qu’il n’avait jamais été un fan de McCain et qu’il ne le serait jamais.

I was never a fan of John McCain and I never will be. (Je n’ai jamais été un fan de John McCain et je ne le serai jamais)

Il a notamment déclaré que McCain avait terminé « dernier de sa classe » à la Naval Academy, l’a accusé d’avoir poussé le président Bush à intervenir en Irak et s’est plaint de ne pas avoir été remercié pour lui avoir accordé les funérailles qu’il désirait.

La fille de John McCain, qui est chroniqueuse dans l’émission télévisée The View sur ABC, a déclaré que le comportement du président Trump était « pathétique » et qu’il continuait de s’en prendre à un grand homme parce qu’il était frustré de ne pas en être un.

Si l’indignation n’a pas pris la même ampleur qu’en 2015 dans le monde politique (lorsque Donald Trump, pendant la campagne électorale, avait critiqué John McCain pour la première fois en déclarant qu’il n’était pas un héros parce qu’il avait été capturé par l’ennemi pendant la guerre), certains élus républicains ont tout de même réagi pour se distancer du président. Voyez par exemple ces tweets de Mitt Romney et Mitch McConnell.

12
Traduction: Je ne comprends pas pourquoi le Président dénigre encore une fois un homme aussi exemplaire que mon ami John McCain: héroïque, courageux, patriote, honorable, modeste, altruiste, capable de faire preuve d’empathie, et motivé par le devoir envers sa famille, son pays, et Dieu.
13
Traduction: Aujourd’hui et chaque jour, mon bon ami John McCain me manque. Ce fut une bénédiction de servir aux côtés d’un patriote unique et d’un véritable héros américain au Sénat. Son souvenir continue de me rappeler chaque jour que notre nation est maintenue par les sacrifices de héros.

La critique la plus féroce est venue du sénateur républicain Johnny Isakson. Ce dernier a qualifié l’attitude du président Trump de « déplorable » lors d’une interview.

The country deserves better, the McCain family deserves better. I don’t care if he’s President of the United States, owns all the real estate in New York or is building the greatest immigration system in the world. Nothing is more important than the integrity of the country and those who fought and risked their lives for all of us. (Le pays mérite mieux que cela, la famille McCain mérite mieux que cela. Je me fiche qu’il soit président des Etats-Unis, qu’il détienne tout l’immobilier de New York ou qu’il construise le meilleur système d’immigration du monde. Rien n’est plus important que l’intégrité du pays et de ceux qui ont combattu et risqué leur vie pour nous tous)

Le sénateur démocrate Chuck Schumer a quant à lui indiqué qu’il allait réintroduire sa proposition de loi visant à renommer le Senate Russell Building en hommage à John McCain.

14

Schumer avait déjà proposé de rebaptiser le bâtiment qui abrite les bureaux des sénateurs à la suite du décès de McCain, mais sa proposition n’avait pas pu être prise en considération avant la fin de la dernière législature. C’est pourquoi elle doit être réintroduite.

LE DESSIN DE LA SEMAINE

15

Ce dessin publié dans le journal canadien Toronto Star a pas mal circulé sur les réseaux sociaux après les dernières attaques de Donald Trump contre John McCain. La fille du défunt sénateur de l’Arizona l’a elle-même partagé sur son compte Instagram.

LE DISCOURS DE LA SEMAINE

George W. Bush a participé à une cérémonie de naturalisation de nouveaux citoyens américains à Dallas. Lors de son allocution, l’ancien président a rappelé que les Etats-Unis étaient une nation d’immigrants et a appelé à une réforme bipartisane du système d’immigration.

The United States of America is in many ways the most successful of nations. Historically, where immigration is concerned, we are also the most welcoming of nations. And these two facts are related. (Les Etats-Unis d’Amérique sont à bien des égards la plus prospère des nations. Historiquement, en ce qui concerne l’immigration, nous sommes aussi la plus accueillante des nations. Et ces deux faits sont liés)

Generations of new arrivals left their mark on our national character, in traits that friends abroad still recognize as distinctly American: our optimism, our independence and openness to the new, our willingness to strive and to risk, our sense of life as an adventure, dignified by personal freedom and personal responsibility. (Des générations de nouveaux arrivants ont laissé leur marque dans notre caractère national, dans des traits que nos amis à l’étranger reconnaissent encore aujourd’hui comme distinctement américains: notre optimisme, notre indépendance et notre ouverture d’esprit face à la nouveauté, notre volonté de lutter et de prendre des risques, notre façon de voir la vie comme une aventure, rendue digne par la liberté personnelle et la responsabilité personnelle)

Across the world, good men and women still dream of starting life anew in America – people who bring energy, and talent, and faith in the future. Often they bring a special love of freedom, because they have seen how life works without it. (À travers le monde, des hommes et des femmes rêvent encore de recommencer une nouvelle vie en Amérique – des gens qui nous apportent de l’énergie, du talent, et de la foi dans le futur. Ils apportent aussi souvent un amour spécial pour la liberté, parce qu’ils ont vu ce qu’était la vie sans elle)

The great yearning of so many to live in our country presents a significant challenge. America’s elected representatives have a duty to regulate who comes in and when. In meeting this responsibility, it helps to remember that America’s immigrant history made us who we are. Amid all the complications of policy, may we never forget that immigration is a blessing and a strength. (Le désir ardent de tant de gens de vivre dans notre pays représente un défi important. Les élus de l’Amérique ont le devoir de réglementer qui peut venir et quand. Tout en assumant cette responsabilité, il est utile de se souvenir que l’histoire des immigrants en Amérique a fait de nous ce que nous sommes. Au milieu des complications de la politique, n’oublions jamais que l’immigration est une chance et une force)

Bush a également incité les nouveaux citoyens qui l’écoutaient à s’exprimer et à participer aux élections.

I guess you’ve noticed by now that Americans like to speak their minds. You’ve just signed up with a boisterous democracy and my hope is that you take the duties of citizenship seriously. Participate and vote. (Je suppose que vous avez désormais constaté que les Américains aiment s’exprimer et dire ce qu’ils pensent. Vous venez de vous inscrire au sein d’une démocratie turbulente et mon espoir est que vous preniez vos responsabilités de citoyens au sérieux. Participez et votez)

LE RECORD DE LA SEMAINE

Jimmy Carter est désormais l’ex-président américain le plus âgé de l’histoire. À plus de 94 ans, il vient de battre le record jusqu’ici détenu par George H.W. Bush.

RIP ALAN KRUEGER

Alan Krueger, célèbre économiste ayant entre autres occupé la fonction de conseiller économique de Barack Obama à la Maison Blanche, est décédé cette semaine. Il s’est suicidé. Il avait 58 ans.

DES NOUVELLES DE SCOTT WALKER…

L’ex-gouverneur républicain du Wisconsin et ex-candidat à l’élection présidentielle en 2016 a rejoint un groupe de pression (le Center for State-led National Debt Solutions) dont l’objectif est de convaincre les parlements des différents états américains de réclamer l’organisation d’une Convention visant à modifier la Constitution américaine afin d’y inclure un amendement contraignant le gouvernement fédéral à adopter un budget en équilibre chaque année. Il faut dire que le problème de la dette est de plus en plus inquiétant aux Etats-Unis. Elle atteint désormais 22 mille milliards de dollars !

L’accroissement de la dette n’est certes pas un phénomène nouveau mais elle a continué d’augmenter depuis l’accession au pouvoir de Donald Trump, alors que les Républicains avaient fait de sa réduction l’un de leurs combats durant la présidence de Barack Obama. On les entend aujourd’hui beaucoup moins à ce sujet.

Scott Walker, qui n’a pas hésité à prendre des mesures parfois impopulaires pour réduire les dépenses de l’état du Wisconsin lorsqu’il en était le gouverneur, veut remettre ce débat sur le devant de la scène. Il va donc se rendre dans plusieurs états pour tenter de convaincre les personnalités politiques locales de réclamer l’organisation d’une Convention constitutionnelle. Il faudrait que 2/3 des états américains réclament l’organisation d’une telle convention pour que celle-ci ait lieu. C’est loin d’être gagné. Cependant, Walker pourra toujours se targuer d’avoir défendu cette cause et d’avoir travaillé pour la faire aboutir. Il aura ainsi entretenu sa réputation de politicien attaché à la « responsabilité fiscale ». Une réputation qu’il s’est construire en tant que gouverneur. Une telle image pourrait bien lui servir s’il décidait un jour de se représenter à une élection.

N’oublions pas que Scott Walker n’a que 51 ans et a longtemps été considéré comme l’un des grands talents du Parti Républicain, avant de décevoir en 2016. Il a d’ailleurs lui-même confié à un journaliste du Washington Post qu’il n’excluait pas de se présenter de nouveau à une élection dans le futur. Il a même évoqué la possibilité de se présenter au Sénat en 2022 si l’actuel sénateur du Wisconsin Ron Johnson décidait de ne pas briguer un nouveau mandat.

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

They had it as children. They were miserable for a few days and they all turned out fine. (Ils l’ont tous attrapée quand ils étaient enfants. Ils ont été très malades pendant quelques jours et ils s’en sont tous sortis)

Le gouverneur républicain du Kentucky Matt Bevin au sujet de la varicelle et de sa décision de ne jamais avoir vacciné ses enfants contre cette maladie. « Nous sommes en Amérique. Le gouvernement fédéral n’a pas à forcer les gens à se faire vacciner », a-t-il ajouté.

Cette déclaration d’un élu de premier plan intervient au moment où les professionnels de la santé s’inquiètent de plus en plus de la progression d’une « idéologie anti-vaccins ».

ROAD TO 2020

Pas de nouvelle candidature à la présidence à signaler cette semaine. Mais il y a des choses à dire sur celles et ceux qui font déjà campagne.

  • Elizabeth Warren veut abolir le Collège Électoral

16

Elizabeth Warren propose d’abolir le Collège Électoral. Rappelons que lorsque les Américains votent pour élire leur président, ils élisent en réalité des Grands Électeurs qui forment le Collège Électoral. Celui-ci élit ensuite le président. Chaque état américain dispose d’un nombre variable de Grands Électeurs, proportionnel à l’importance de sa population. Le candidat qui arrive en tête des suffrages dans un état le jour de l’élection présidentielle remporte l’ensemble des Grands Électeurs de cet état. L’existence de ce système électoral très particulier implique que le candidat qui remporte le vote populaire, c’est-à-dire le plus grand nombre de voix au niveau national, ne remporte pas toujours la majorité des voix au Collège Électoral et n’est donc pas toujours déclaré vainqueur. C’est ce qu’il s’est passé en 2016. Donald Trump a été élu par le Collège Électoral alors qu’Hillary Clinton avait remporté plus de voix que lui au niveau national.

Cela fait des années que des voix s’élèvent pour critiquer ce système et réclamer son abolition. Les détracteurs du Collège Électoral voudraient que l’élection présidentielle américaine se déroule comme se déroulent les élections présidentielles dans la plupart des autres pays démocratiques, c’est-à-dire que l’ensemble des suffrages exprimés soient comptabilisés et que le candidat ayant remporté le plus grand nombre de voix soit tout simplement déclaré vainqueur. C’est aussi ce qu’a proposé Elizabeth Warren cette semaine. En incluant cette problématique dans son programme électoral, elle fait en sorte que cette question devienne l’un des thèmes de la campagne.

Plusieurs autres candidats démocrates ont d’ores et déjà déclaré qu’ils étaient d’accord avec Elizabeth Warren. Les Républicains sont quant à eux majoritairement opposés à l’abolition du Collège Électoral.

  • Le chiffre de la semaine

6,1 millions de dollars. C’est la somme récoltée par Beto O’Rourke au cours des 24 premières heures ayant suivi l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle ! C’est mieux que Bernie Sanders (5,9 millions), qui détenait de loin la meilleure performance jusqu’ici.

On sait que l’argent joue un rôle crucial dans les campagnes électorales américaines. Les candidats doivent récolter des sommes importantes pour financer l’organisation de leur campagne (salaires des membres de l’équipe de campagne, financement de tous les déplacements et de tous les meetings, réalisation de publicités électorales, etc.). Les dons récoltés permettent aussi en partie de juger de la popularité d’un candidat.

La somme d’argent récoltée par O’Rourke en à peine 24 heures donne le tournis. Pour vous donner une petite idée de son importance, ces 6,1 millions de dollars représentent une somme plus élevée que celle récoltée par les candidats républicains Bobby Jindal (1,2 million), Rick Perry (1,3 million), Rick Santorum (1,9 million), Mike Huckabee (4,2 millions) et Lindsey Graham (4,9 millions) au cours de l’entièreté de leur campagne en 2016 !

  • Le journaliste David Sirota rejoint l’équipe de campagne de Bernie Sanders

Bernie Sanders a recruté un journaliste comme conseiller et rédacteur de ses discours. Il s’agit de David Sirota, qui a notamment travaillé pour le magazine Newsweek et écrivait une colonne mensuelle dans le Guardian. Certains observateurs n’ont pas manqué de souligner que Sirota avait publié des articles élogieux au sujet d’Hugo Chavez et de sa révolution socialiste il y a quelques années.

17

  • Le mot de la semaine

Coward. Traduction: lâche. C’est le mot utilisé par Kirsten Gillibrand pour désigner Donald Trump lors d’un discours prononcé devant le Trump International Hotel de New York à l’occasion de son premier meeting de campagne.

He puts his name in bold on every building. He does all of this because he wants you to believe he is strong. He is not. Our President is a coward. (Il grave son nom en lettres dorées sur chaque building. Il fait tout cela parce qu’il veut vous faire croire qu’il est fort. Il ne l’est pas. Notre Président est un lâche)

  • Quand il avait 18 ans, John Hickenlooper est allé voir un film pornographique avec sa mère au cinéma

Le plus étonnant dans cette histoire est peut-être que l’ex-gouverneur du Colorado en ait parlé dans son autobiographie. S’il ne l’avait pas fait, personne n’aurait été au courant.

Un électeur potentiel ayant lu son autobiographie a posé une question à ce sujet à Hickenlooper lors d’un town hall télévisé diffusé sur CNN. L’ex-gouverneur du Colorado a donc raconté comment il avait invité sa mère à venir voir le célèbre film Deep Throat avec lui et l’un de ses amis au cinéma en 1972. Le film était classé X mais Hickenlooper affirme qu’il ne savait pas ce que cela signifiait à l’époque. Il avait 18 ans. Il a expliqué qu’il avait été très gêné dès les premières scènes et avait proposé à sa mère de quitter la salle. Celle-ci a refusé de partir alors qu’elle avait payé son billet.

Cette anecdote n’est sans doute pas très importante politiquement parlant, mais elle a suscité de nombreuses réactions amusées sur les réseaux sociaux. Et, malheureusement (ou heureusement?) pour John Hickenlooper, c’était la première fois que l’on parlait autant de lui depuis qu’il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle.

Et ce n’est pas tout… Lors de ce même town hall, la journaliste Dana Bash a demandé à Hickenlooper s’il pourrait choisir une femme comme colistière. Sa réponse? « Bien sûr. Mais pourquoi ne demandons-nous pas plus souvent aux femmes, « Seriez-vous prêtes à choisir un homme comme colistier? ». Oups. À l’heure du mouvement #MeToo, la remarque d’Hickenlooper a immédiatement été très critiquée. La porte-parole du candidat a rapidement précisé que la remarque du gouverneur avait été mal interprétée. Il aurait en réalité voulu souligner le fait que les journalistes n’interrogent généralement pas les femmes candidates à l’élection présidentielle sur leur futur colistier, comme s’ils partaient du principe qu’elles n’avaient aucune chance de l’emporter.

  • La photo de la semaine

Pete Buttigieg et l’un de ses chiens. La photo a été publiée par le mari du maire de South Bend sur son compte Twitter.

18

Pete Buttigieg n’est pas encore officiellement candidat à l’élection présidentielle de 2020 mais a formé un comité exploratoire. Tout indique qu’il devrait bientôt passer aux choses sérieuses et devenir ainsi le premier homosexuel à briguer la présidence des Etats-Unis.

PAUL RYAN REJOINT LA FOX CORPORATION

L’ex-Speaker de la Chambre des Représentants a rejoint le conseil d’administration de la maison mère de Fox News.

DONNA BRAZILE DEVIENT ANALYSTE SUR FOX NEWS

L’ex-présidente par intérim du Parti Démocrate a accepté de rejoindre Fox News en tant qu’analyste politique. Elle interviendra dans plusieurs émissions. Son choix est très critiqué au sein de son propre camp. Certains Démocrates estiment en effet que Fox News est devenue un véritable instrument de propagande de l’administration Trump et que les Démocrates devraient boycotter la chaîne. Le Parti Démocrate a d’ailleurs récemment indiqué qu’il ne permettrait pas à Fox News d’organiser l’un des débats entre candidats démocrates à l’élection présidentielle. De son côté, Donna Brazile estime que les Démocrates doivent continuer à s’adresser aux nombreux Américains qui s’informent principalement en regardant Fox News.

LA POLÉMIQUE DE LA SEMAINE

Et Steve King fit de nouveau parler de lui… Le très controversé député républicain de l’Iowa, régulièrement accusé de tenir des propos racistes, a publié cette semaine sur sa page Facebook (avant de l’effacer) une illustration évoquant la possibilité d’une nouvelle guerre civile aux Etats-Unis, entre états démocrates et républicains. On pouvait y lire que « l’un des deux camps possède 8 mille milliards de balles, alors que l’autre camp ne sait pas quelles toilettes utiliser ». Steve King avait ajouté comme commentaire, « Je me demande qui gagnerait… ».

20

LA PLAINTE DE LA SEMAINE

Terminons par une info qui prouve que l’on vit vraiment une drôle d’époque.

Le député républicain de Californie Devin Nunes, fervent allié de Donald Trump au Congrès, a décidé de porter plainte contre Twitter et deux utilisateurs anonymes du réseau social dont les comptes s’appellent @DevinNunesMom et @DevinCow. Il s’agit bien évidemment de comptes parodiques comme il en existe beaucoup sur Twitter. En se faisant passer respectivement pour la mère et la vache de Devin Nunes (ndlr: sa famille possède un ranch), les deux comptes publient régulièrement des messages moqueurs et parfois désobligeants à l’encontre du député. Nunes estime qu’il s’agit d’une campagne de diffamation visant clairement à lui nuire. Il réclame 250 millions de dollars de dommages et intérêts ! Il a peu de chances d’obtenir gain de cause puisque la liberté d’expression est très protégée aux Etats-Unis, notamment à l’encontre des personnalités publiques. En revanche, la plainte de Nunes aura contribué à faire davantage connaître les comptes parodiques concernés. Ainsi, le compte @DevinCow ne comptait que 1,200 abonnés avant que le député porte plainte. Un jour plus tard, après que l’affaire ait été reprise par la presse, le compte comptait 467,000 abonnés, soit davantage que le compte officiel de Devin Nunes (395,000 abonnés) ¯\_(ツ)_/¯

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.