WEEKLY NEWS FLASH #178

Édition light du Weekly News Flash cette semaine. L’actualité s’est en effet révélée assez calme du côté de Washington durant le déplacement du président Trump en Europe.

L’ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE

Le voyage de Donald Trump en Europe, pour une visite d’état au Royaume-Uni et une participation aux commémorations du 75ème anniversaire du D-Day en Normandie. Vous pouvez lire notre article à ce sujet en cliquant ici.

LE TWEET DE LA SEMAINE

Le président Trump n’était pas le seul représentant des Etats-Unis à assister aux commémorations du D-Day en Normandie. Une délégation parlementaire avait également effectué le déplacement, emmenée par la Speaker Nancy Pelosi. Cette délégation a passé quatre jours en France. Les parlementaires américains se sont notamment rendus à Paris pour visiter l’Assemblée Nationale française.

La députée démocrate Jackie Speier, qui faisait partie de la délégation, a publié une vidéo qui a été partagée plus de 53,000 fois sur Twitter. On y voit la technique appliquée pour faire ressortir les noms des soldats américains tombés lors du D-Day sur leurs pierres tombales.

LA TAXE SUR LES PRODUITS MEXICAINS N’ENTRERA FINALEMENT PAS EN VIGUEUR CE LUNDI

La semaine dernière, nous vous parlions de l’annonce de la Maison Blanche selon laquelle une taxe de 5% allait être mise en place sur toutes les importations mexicaines à partir de ce lundi 10 juin, et ce jusqu’à ce que le Mexique en fasse davantage pour empêcher les migrants venus d’Amérique Centrale de traverser son territoire et de parvenir à la frontière américaine. Finalement, le président Trump a annoncé qu’il renonçait à mettre cette taxe en place parce qu’un accord avait été trouvé avec les autorités mexicaines. Le Mexique a notamment accepté de déployer 6,000 soldats sur son territoire pour lutter contre l’immigration illégale. Bon nombre d’entre eux seront déployés près de la frontière sud du Mexique avec le Guatemala.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

4 millions. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), plus de 4 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015, dont 1 million depuis le mois de novembre dernier. La plupart se sont réfugiés dans d’autres pays d’Amérique Latine. Ils sont plus de 1,298,000 en Colombie, 768,000 au Pérou, 288,000 au Chili, 263,000 en Équateur, 168,000 au Brésil, 130,000 en Argentine et 94,000 au Panama.

LA MANIFESTATION DE LA SEMAINE

50

Plus d’un million de Hongkongais (!) ont manifesté ce dimanche pour protester contre une loi qui permettrait les extraditions vers la Chine continentale. Cette loi est défendue par les dirigeants de Hong Kong, proches de Pékin, et devrait être adoptée très prochainement par le parlement local. Les manifestants craignent que le système judiciaire indépendant encore en vigueur à Hong Kong soit irrémédiablement menacé si cette loi est adoptée. Ils craignent également que la Chine réclame l’extradition d’opposants politiques au régime de Pékin, qui jouissent encore d’une certaine liberté d’expression à Hong Kong.

En 1997, les Britanniques ont restitué Hong Kong à la Chine mais un système dit du « un pays, deux systèmes » avait été promis aux Hongkongais. En vertu de ce système, Hong Kong dispose d’une certaine autonomie politique et d’institutions judiciaires indépendantes. La Chine tente cependant depuis plusieurs années de restreindre de plus en plus l’autonomie de Hong Kong.

51

Pour l’instant, la Maison Blanche n’a pas officiellement réagi. Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait en revanche critiqué la Chine quelques jours plus tôt, à l’occasion du 30ème anniversaire du massacre de la place Tiananmen. Mike Pompeo a notamment affirmé que le Parti Communiste chinois ne tolérait toujours aucune opposition politique et a rappelé que plus d’un million d’Ouïghours étaient actuellement détenus dans des camps de concentration dans la province du Xinjiang. Le ministre des Affaires Étrangères chinois a répliqué que les Etats-Unis n’avaient pas à se mêler des affaires internes chinoises et que « les bredouillements dérangés de ces gens finiront dans la poubelle de l’histoire ».

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

When it was admitted to the World Trade Organization, the expectation was that China would embrace the rules of the global order, including, eventually, respect for human rights. It’s done the opposite, imprisoning millions in re-education camps, brutally repressing dissent, censoring the media and Internet, seizing land and sea that don’t belong to it and flouting the global rules of free and fair competition. (Après son admission au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce, l’espérance était de voir la Chine adopter les règles de l’ordre mondial, y compris, au final, le respect des droits de l’homme. Elle a fait l’inverse, en emprisonnant des millions de personnes dans des camps de rééducation, en réprimant brutalement toute différence d’opinion, en censurant les médias et Internet, en s’emparant de terres et de mers qui ne lui appartiennent pas et en bafouant les règles mondiales de compétition libre et juste)

Mitt Romney lors d’un discours au Sénat. Le sénateur de l’Utah a aussi déclaré que la Russie, bien que toujours très dangereuse, n’était plus le premier adversaire géopolitique des Etats-Unis. Cette place appartient désormais, selon lui, à la Chine.

L’INFOGRAPHIE DE LA SEMAINE

Si vous nous lisez régulièrement, vous avez peut-être l’impression que les démissions et les intérims à des postes importants de l’administration américaine sont bien plus nombreux sous la présidence Trump qu’habituellement. Ce n’est pas seulement une impression.

Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, le nombre de jours durant lesquels au moins un poste ministériel important était vacant s’élève à 1,397 (chiffres arrêtés au 6 juin). C’est bien plus que sous n’importe quelle présidence récente, comme vous pourrez le constater sur l’infographie ci-dessous (Source: Axios).

52

ROAD TO 2020

J-16 avant le premier débat télévisé entre candidats démocrates à la présidence…

  • Le flip flop de la semaine

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce terme, les Américains parlent d’un flip flop lorsqu’un candidat à une élection ou un élu change subitement d’avis sur un sujet. Et c’est ce qu’a fait Joe Biden cette semaine en affirmant qu’il était favorable à la suppression du Hyde Amendment, auquel il s’était pourtant jusqu’ici toujours déclaré favorable.

Le Hyde Amendment est un amendement qui interdit l’utilisation de fonds fédéraux pour financer des avortements (sauf en cas de viol, d’inceste ou de danger pour la santé de la mère). L’idée de base des défenseurs de cet amendement est que les impôts des Américains opposés à l’avortement ne doivent pas servir à en financer la pratique. Autrement dit, les femmes désirant avorter doivent financer elles-mêmes leur avortement. Le Hyde Amendment est inséré dans chaque loi budgétaire adoptée par le Congrès depuis plus de quarante ans. Les détracteurs de cet amendement estiment qu’il rend l’accès à l’avortement plus difficile pour les personnes les plus défavorisées, dont l’assurance santé est assurée par un programme fédéral comme Medicaid. La plupart des élus démocrates se disent aujourd’hui opposés au Hyde Amendment et voudraient l’abroger. C’est aussi la position officielle du Parti Démocrate.

Joe Biden s’était quant à lui toujours déclaré favorable à cet amendement. Jusqu’à ce que, lors d’un récent meeting, il réponde « oui » à la question d’une femme lui demandant s’il était favorable à sa suppression. Après que la vidéo de cette déclaration ait été partagée sur les réseaux sociaux, des membres de l’équipe de campagne de Joe Biden ont rectifié le tir, affirmant sur les plateaux de télévision que l’ancien vice-président avait mal compris la question et qu’il était toujours un supporter du Hyde Amendment. Plusieurs de ses adversaires à la primaire démocrate ont alors pris la parole pour le critiquer. Trois jours plus tard, Biden déclarait qu’il avait changé d’avis et ne soutenait plus le Hyde Amendment parce que « les circonstances ont changé ». Moyennement convaincant.

  •  Le tacle de la semaine

Seth Moulton, l’un des adversaires de Joe Biden aux primaires démocrates, a taclé l’ancien vice-président sur Twitter. Il l’a félicité d’avoir changé d’avis au sujet du Hyde Amendment, avant d’ajouter qu’il devrait aussi reconnaître qu’il a eu tort de soutenir la guerre en Irak.

53
Traduction: Bravo à Joe Biden d’avoir fait la bonne chose et d’être revenu sur son soutien de longue date au Hyde Amendment. Il faut du courage pour admettre qu’on a tort, particulièrement quand il s’agit de décisions qui affectent des millions de personnes. Maintenant au tour de la guerre en Irak.

Pas de doute, la campagne électorale a véritablement commencé.

  • Le sondage de la semaine

Intentions de vote au caucus démocrate de l’Iowa (CNN/Des Moines Register)

Joe Biden 24%

Bernie Sanders 16%

Elizabeth Warren 15%

Pete Buttigieg 14%

Kamala Harris 7%

Beto O’Rourke 2%

Amy Klobuchar 2%

Tous les autres candidats <2%

  • La photo de la semaine

54

Kirsten Gillibrand en compagnie d’une drag queen à la Pride de Des Moines, Iowa. Plusieurs candidats démocrates à la présidence participaient à l’événement.

  • John James retente sa chance pour le Sénat

John James avait été l’une des révélations républicaines de la campagne pour les midterms de novembre 2018. Ce vétéran afro-américain était candidat au Sénat dans le Michigan. Malgré une campagne remarquée, il n’avait finalement pas réussi à battre la sénatrice démocrate sortante Debbie Stabenow. L’année prochaine, c’est l’autre siège du Michigan au Sénat qui sera en jeu et John James a annoncé qu’il était à nouveau candidat. Il affrontera cette fois-ci le sénateur démocrate sortant Gary Peters.

  • Le défi de la semaine

Spencer Cox, actuel lieutenant-gouverneur républicain de l’Utah, a annoncé sa candidature au poste de gouverneur. Et il a décidé de relever un défi peu ordinaire: visiter TOUTES les villes et autres localités de son état au cours de sa campagne, soit 248 au total. Il demande aussi à ses concitoyens de lui proposer de participer à des activités d’intérêt général lors de ses visites.

MEANWHILE, IN LOS ANGELES…

D’après un récent rapport officiel de la Los Angeles Homeless Services Authority, le nombre de personnes sans-abris dans le comté de Los Angeles a augmenté de 12% au cours des douze derniers mois. 59,000 sans-abris vivent désormais dans les rues de ce comté, qui comprend la ville de Los Angeles et ses alentours et est le plus peuplé des Etats-Unis.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.