RAND PAUL, UN CANDIDAT PAS COMME LES AUTRES

Rand Paul, jeune sénateur du Kentucky, parviendra-t-il à créer la surprise dans le camp républicain? Portrait d’un candidat atypique que le prestigieux magazine TIME qualifiait récemment d’homme politique le plus intéressant des Etats-Unis. 

SA CARRIÈRE POLITIQUE EN UN COUP D’ŒIL

Sénateur du Kentucky (depuis 2011)

SON PARCOURS

Randal Howard Paul voit le jour le 7 janvier 1963 à Pittsburgh mais il grandira au Texas où ses parents s’installent alors qu’il a à peine cinq ans. Son père n’est autre que Ron Paul, homme politique et figure emblématique du courant libertarien. On ne sait pas grand-chose de la jeunesse de Rand. S’il a probablement été influencé par les idées politiques de son père, il ne semble pas vouloir suivre le même chemin que lui. Il ne se destine pas à la politique mais à la médecine. Il obtient son diplôme d’ophtalmologie à la Duke Medical School. Il s’installe ensuite dans le Kentucky avec sa femme Kelley. Ils emménagent dans la petite ville de Bowling Green et auront trois fils: William, Duncan et Robert. Rand exerce sa profession d’ophtalmologue avec passion et fonde la Southern Kentucky Lions Eye Clinic en 1995. Cette clinique propose des examens de la vue ainsi que de la chirurgie aux individus à faible revenu.

photo1

Rand se déplace aussi parfois pour des missions médicales à l’étranger. Il s’est ainsi rendu récemment au Guatemala pour opérer gratuitement des personnes atteintes par la cataracte.

En 2010, il décide finalement de se lancer en politique. Sans aucune expérience, il parvient à se faire élire sénateur du Kentucky. Il se fait connaître du grand public en 2013 grâce à un filibuster de 13 heures ayant pour but de protester contre la politique des drones menée par l’administration Obama. (Pour en savoir plus, lire notre article Le filibuster ou l’art de l’obstruction parlementaire).

En octobre 2014, le prestigieux magazine TIME lui consacre sa Une et le qualifie d’homme politique le plus intéressant des Etats-Unis.

rand-paul2

Il est vrai que Rand Paul est un personnage atypique qui n’hésite pas à mettre de nouvelles idées sur la table ou à défendre des positions qui ne correspondent pas forcément à la ligne officielle de son parti.

SON HÉRITAGE LIBERTARIEN

On peut difficilement parler de Rand Paul sans évoquer son père et l’héritage politique qu’il lui a laissé. Ron Paul est en effet un homme politique célèbre aux Etats-Unis. Il a été député du Texas à la Chambre des Représentants durant de très nombreuses années (1976-1977, 1979-1985 et 1997-2013). Il s’est présenté à l’élection présidentielle de 1988 sous les couleurs du Parti Libertarien dont il était alors le chef de file. Il s’est par la suite rallié au Parti Républicain et était candidat aux primaires républicaines pour les élections présidentielles de 2008 et 2012.

Ron Paul
Ron Paul

Le principal combat de Ron Paul tout au long de sa carrière a été de militer pour une politique étrangère américaine isolationniste. En 2008 et 2012, il a d’ailleurs refusé d’apporter son soutien au candidat républicain ayant remporté les primaires du parti (auxquelles il avait pourtant lui-même participé) parce qu’il estimait que celui-ci n’apporterait pas plus de changement à la politique étrangère du pays que son opposant démocrate. Aujourd’hui, Ron Paul est toujours considéré comme une figure emblématique du courant libertarien aux Etats-Unis.

Mais qu’est-ce que le libertarianisme? Il s’agit d’un courant de pensée politique dont la priorité absolue est la défense de la liberté. Le slogan du Parti Libertarien est Minimum Government, Maximum Freedom. Les libertariens militent pour une liberté individuelle totale ainsi que pour la disparition (ou presque) de l’Etat. Celui-ci représente à leurs yeux un danger puisqu’il restreint les libertés individuelles par toute une série de normes. En pratique, les libertariens sont donc favorables au libéralisme économique le plus total et à une intervention minimum de l’Etat dans l’économie. Ils sont favorables au port d’armes mais aussi à la légalisation des drogues, à l’avortement et au mariage homosexuel. Enfin, ils militent pour une politique étrangère non-interventionniste.

Logo officiel du Parti Libertarien
Logo officiel du Parti Libertarien

Le Parti Libertarien a été fondé en 1971 et est aujourd’hui le troisième parti des Etats-Unis. Néanmoins, ses scores aux élections restent très largement insuffisants pour obtenir une quelconque représentation au niveau national dans le système de scrutin majoritaire américain. C’est pourquoi certains libertariens comme Ron Paul choisissent de rallier l’un des deux grands partis (le plus souvent le Parti Républicain) afin d’avoir une chance d’être élu et ainsi, de mieux faire entendre sa voix.

Rand Paul est-il libertarien? Contrairement à son père, il n’a jamais été membre du Parti Libertarien et certains considèrent qu’il n’est pas un libertarien pur et dur en raison de ses positions conservatrices sur certaines questions de société. Il est par exemple clairement opposé à l’avortement. Mais il partage le credo principal des libertariens : plus de liberté individuelle et une réduction drastique du rôle de l’Etat. Il incarne donc bien une tendance libertarienne au sein du Parti Républicain.

L’ANNONCE DE SA CANDIDATURE

Rand Paul a annoncé sa candidature à la présidence le 7 avril dernier lors d’un discours prononcé à Louisville, dans le Kentucky.

LE DISCOURS DE LOUISVILLE

Pour son discours inaugural, Rand Paul avait choisi la salle de réception d’un hôtel de Louisville.

Tout d’abord, il faut noter la volonté de Rand Paul de s’adresser à tous les américains, comme en témoigne la phrase suivante :

The message of liberty, opportunity and justice is for all Americans, whether you wear a suit, a uniform or overalls, whether you’re white or black, rich or poor. (Le message de liberté, d’opportunité et de justice est pour tous les américains, que vous portiez un costume, un uniforme ou un bleu de travail, que vous soyez blanc ou noir, riche ou pauvre)

Que faut-il retenir d’autre du discours de Louisville ?

  • Un candidat anti-système

Rand Paul s’attaque à ce qu’il appelle « la machine de Washington ». Il critique un système qui a permis de transformer les hommes politiques en véritables professionnels accordant plus d’importance à leur carrière personnelle qu’à servir l’intérêt général. Et sa critique vise bien la classe politique dans son ensemble, y compris les membres de son propre parti. Il le dit très clairement:

It seems to me that both parties and the entire political system are to blame. (Il me semble que les deux partis et le système politique dans son ensemble sont à blâmer)

Il tient à se présenter comme un candidat différent qui ne ferait pas partie du système. Il se décrit avant tout comme un ophtalmologue qui n’avait pas besoin de faire carrière en politique pour réussir sa vie professionnelle. S’il s’est lancé en politique, c’est uniquement dans le but d’améliorer la vie de ses concitoyens comme il le faisait déjà en tant que médecin.

Afin de réformer le système qu’il juge déficient, il fait d’ores et déjà deux promesses :

  1. Limiter le nombre de mandats que pourraient exercer les membres du Congrès.
  2. Adopter un Read the Bills Act qui rendrait obligatoire la lecture de l’entièreté de chaque proposition de loi (qui peut parfois faire plus de 1000 pages) par tous les membres du Congrès avant le vote.
  • Un candidat attaché à réconcilier les deux Amériques

Rand Paul reprend à son compte les propos de Martin Luther King qui parlait de l’existence de deux Amériques vivant côte à côte sans jamais vraiment se rencontrer. Il affirme que cette division est toujours d’actualité. La première Amérique est celle du rêve américain alors que dans la deuxième Amérique, celui-ci n’est qu’un mirage. Il veut être le candidat qui réduira le fossé séparant ces deux Amériques.

Those of us who have enjoyed the American dream must break down the wall that separates us from the other America. I want all our children to have the same opportunities that I had. (Ceux d’entre nous qui ont pu profité du rêve américain doivent abattre le mur qui nous sépare de l’autre Amérique. Je veux que tous nos enfants aient les mêmes opportunités que celles que j’ai eues)

Et abattre ce mur entre les deux Amériques passe notamment par une réforme du système judiciaire.

I see an America where criminal justice is applied equally and any law that disproportionately incarcerates people of color is repealed. (Je vois une Amérique où la justice criminelle est appliquée équitablement et où toute loi qui incarcère disproportionnellement des personnes de couleur est abrogée)

  • Une vision particulière de la politique étrangère

Rand Paul passe une bonne partie de son discours à évoquer le thème de la politique étrangère. Il identifie l’Islam radical comme l’ennemi à combattre. Mais il explique ensuite ne pas croire au nation-building, c’est-à-dire la capacité des Etats-Unis de pouvoir remplacer par la force un régime dictatorial par un régime démocratique. Il dit vouloir une défense américaine forte mais non encombrée de nation-building à l’étranger. Autrement dit, il n’entend intervenir que lorsque les intérêts américains sont clairement menacés.

Il évoque également l’aide internationale américaine (foreign aid) et dit vouloir y mettre fin. Il explique être en colère lorsqu’il voit des manifestations anti-américaines dans un pays auquel l’Amérique prête des millions de dollars d’aide. Pour lui, cet argent serait bien plus utile pour faire des investissements aux Etats-Unis.

  • L’opposition à la NSA

Rand Paul qualifie les écoutes pratiquées par la National Security Agency (NSA) d’illégales et contraires aux valeurs américaines.

Warrantless searches of Americans’ phones and computer records are un-American and a threat to our civil liberties. I say that your phone records are yours. I say the phone records of law-abiding citizens are none of their damn business. (Les fouilles sans mandat des enregistrements téléphoniques et informatiques des Américains sont anti-américaines et une menace à nos libertés civiles. Je dis que vos enregistrements téléphoniques sont à vous. Je dis que les enregistrements téléphoniques des citoyens respectueux de la loi ne les regardent pas)

Il promet que la première mesure qu’il prendra s’il est élu président sera de mettre fin à la surveillance massive des citoyens par la NSA.

Rand Paul termine son discours en annonçant sa candidature à la Maison Blanche :

Today I announce with God’s help, with the help of liberty lovers everywhere, that I am putting myself forward as a candidate for president of the United States of America. (Aujourd’hui j’annonce avec l’aide de Dieu, avec l’aide des amoureux de la liberté partout, que je me porte volontaire comme candidat pour le poste de président des Etats-Unis d’Amérique)

Notons que c’est la seule et unique fois où Rand Paul fait référence à Dieu lors de son discours.

LE TWEET

IMG_20150514_221719

LOGO ET SLOGAN DE CAMPAGNE

Le logo de campagne de Rand Paul est composé de son prénom surmonté d’une flamme évoquant celle de la statue de la liberté.rand-paul-2016-banner

Son slogan principal est Defeat the Washington Machine.

LE SITE WEB OFFICIEL

La page d’accueil du site randpaul.com affiche en grand DR. Rand Paul. Defeat the Washington Machine. Il est intéressant de constater qu’il insiste sur son identité de médecin, peut-être pour rappeler qu’il n’a pas fait toute sa carrière professionnelle en politique.

On retrouve les liens habituels vers les réseaux sociaux ou pour faire un don à la campagne mais les deux rubriques les plus importantes du site sont celles intitulées About Rand Paul et Issues.

Dans la rubrique About Rand Paul, on retrouve un texte biographique retraçant brièvement son parcours mais aussi une vidéo issue d’une émission où sa femme Kelley parle de lui. Elle explique comment ils se sont rencontrés, elle décrit quel genre d’homme et de père il est etc.

On retrouve également une série de photos.

Dans la rubrique Issues, une liste de sujets s’affiche. Cela va de la dette à l’éducation en passant par l’immigration ou la politique étrangère. Pour chacun des sujets, Rand Paul explique quelle est sa position et quelles sont les mesures principales qu’il entend prendre s’il est élu président. Même si les explications restent parfois superflues, ce programme est assez complet si on le compare à celui de beaucoup d’autres candidats. On connaît au moins sa position sur les sujets importants, ainsi que ses priorités s’il est élu.

Mais justement quelles sont les principales idées qui caractérisent le candidat Rand Paul ?

SON PROGRAMME

Certains points du programme de Rand Paul ne sont pas surprenants pour un candidat républicain.

LUTTE CONTRE L’AVORTEMENT

Rand Paul pense que la vie débute dès la conception et que l’avortement revient donc à ôter la vie à un être humain innocent. Il cite le chiffre de 50 millions d’enfants qui auraient été « tués » depuis la légalisation de l’avortement. Or la Constitution prévoit que le gouvernement doit protéger la droit à la vie. Il s’engage donc à ne plus financer des groupes qui pratiquent ou encouragent l’avortement.

IMMIGRATION

Il veut renforcer la sécurité aux frontières afin de lutter contre l’immigration illégale et s’oppose à une amnistie pour les clandestins résidant aux Etats-Unis.

PORT D’ARMES

Il défend le droit des citoyens à porter des armes, qui est une liberté garantie par le second amendement de la Constitution.

RÉDUCTION DE LA DETTE PUBLIQUE ET DES DÉPENSES DE L’ETAT

Pour Rand Paul, l’augmentation de la dette est un sujet majeur. Il explique sur son site web que la dette actuelle des Etats-Unis s’élève à 18 mille milliards de dollars et que le gouvernement dépense 7 millions de dollars par minute. Il promet qu’en tant que président, il travaillera à équilibrer le budget  et réduira les dépenses du gouvernement fédéral dans tous les secteurs. Si tous les candidats républicains prévoient de réduire drastiquement les dépenses du gouvernement fédéral, Rand Paul est sans doute celui qui a l’intention d’aller le plus loin dans ce domaine. On peut bien sûr y voir une empreinte d’idéologie libertarienne. Il a par exemple déclaré vouloir réduire le budget de la NASA de 20% et celui du Département d’Etat de 60% !

RÉDUCTION DES IMPÔTS

Rand Paul promet la plus grande réduction d’impôts de l’histoire du pays. Cette réduction d’impôts permettra selon lui de créer de l’emploi et de favoriser la création d’entreprises.

AUDIT THE FED

La Federal Reserve (FED), l’équivalent de la banque centrale aux Etats-Unis, a trop de pouvoir au goût de Rand Paul. Elle décide souvent de la politique économique et monétaire du pays sans devoir rendre de comptes à personne. Il veut rendre obligatoire des auditions régulières des responsables de la Fed par le Congrès.

Venons-en maintenant aux points du programme de Rand Paul qui le différencient des autres candidats républicains et sur lesquels il axe d’ailleurs majoritairement sa campagne jusqu’ici.

LUTTE CONTRE LA NSA

IMG_20150514_221632-1

C’est le point que Rand Paul met le plus en avant en ce début de campagne. Il est le seul candidat à vouloir mettre fin à l’entièreté du programme d’espionnage des citoyens américains par la NSA.

IMG_20150514_221602

Alors que les autres candidats s’accordent pour dire qu’un tel programme de renseignement est indispensable dans la lutte contre le terrorisme, Rand Paul s’oppose à l’idée même selon laquelle les citoyens devraient accepter de renoncer à certaines de leurs libertés pour garantir leur sécurité. Il cite la fameuse phrase de Benjamin Franklin:

Any society that would give up a little liberty to gain a little security will deserve neither and lose both. (Toute société qui abandonnerait un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mériterait ni l’une ni l’autre et perdrait les deux)

LIMITE DES MANDATS

Comme il l’a mentionné lors de son discours inaugural, Rand Paul entend modifier le système politique américain. Il estime notamment que la politique ne devrait pas être un métier que l’on peut exercer toute sa vie, car les hommes politiques ne pensent alors plus qu’à leur intérêt personnel plutôt qu’à servir l’intérêt général. C’est pour cette raison qu’il propose de limiter le nombre de mandats qu’un député au Congrès pourrait effectuer. Il propose également d’adopter un Read the Bills Act afin que tous les membres du Congrès soient légalement obligés de lire l’entièreté des propositions de loi avant de les voter.

LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE

Rand Paul a une position bien particulière concernant la politique étrangère que devraient mener les Etats-Unis. Tout d’abord, il estime que la décision d’envoyer des soldats mourir à la guerre ne peut pas être prise à la légère. Cela ne peut donc pas être une décision prise unilatéralement par un seul homme. C’est pourquoi il s’engage, s’il est élu président, à toujours faire voter le Congrès avant d’envoyer des troupes à l’étranger. Il estime également que toutes les solutions diplomatiques doivent toujours être explorées avant de recourir à la force armée. La guerre doit rester l’ultime recours.

Il ne croit pas au nation-building, c’est-à-dire à la capacité des Etats-Unis d’imposer par la force un changement de régime dans un pays étranger. Il estime d’ailleurs que les Etats-Unis ont fait une erreur en renversant des dictateurs comme Saddam Hussein ou Mouammar Kadhafi. Selon lui, cela a permis à des extrémistes religieux de s’imposer dans les pays concernés et de rendre la situation encore plus dangereuse qu’auparavant. Il s’engage donc à ne pas reproduire ce type d’interventions et de n’intervenir que dans les cas où la sécurité des Etats-Unis est directement menacée. Il n’hésite d’ailleurs pas à critiquer ses collègues républicains trop interventionnistes:

There’s a group of folks in our party who would have troops in six countries right now – maybe more. This is something, if you watch closely, that will separate me from many other Republicans. The other Republicans will criticize Hillary Clinton and the president for their foreign policy, but they would have done the same thing – just 10 times over ! (Il y a des gens dans notre parti qui auraient des troupes dans six pays à l’heure actuelle – peut-être plus. C’est quelque chose, si vous regardez bien, qui va me distinguer de beaucoup d’autres républicains. Les autres républicains vont critiquer Hillary Clinton et le président pour leur politique étrangère, mais ils auraient fait la même chose – en 10 fois pire)

Concernant la Syrie, il estime qu’armer les rebelles a été une erreur de la part de l’administration Obama. Il aurait mieux valu ne pas intervenir du tout dans ce conflit puisque les Etats-Unis n’étaient pas directement menacés. Au lieu de cela, les armes fournies aux rebelles se sont retrouvées entre les mains des combattants de l’Etat Islamique. Celui-ci menaçant aujourd’hui directement les Etats-Unis, il est favorable aux bombardements contre le groupe mais il s’oppose à l’envoi de troupes au sol.

Lors de son discours inaugural, Rand Paul a également proposé de mettre fin au programme d’aide internationale américain (foreign aid). Mais il ne mentionne curieusement pas ce point sur son site web.

Notons enfin qu’il consacre une rubrique à Israël sur son site web, en plus de la rubrique consacrée à la politique étrangère. Après avoir affiché certaines positions modérées, il tient sans doute à rassurer en réaffirmant son soutien indéfectible à l’état d’Israël. Il ne remet en aucun cas en question la politique de colonisation israélienne et propose même de faire voter une loi qui interdirait le prêt d’argent à l’Autorité Palestinienne tant que celle-ci serait alliée au Hamas.

En résumé : Rand Paul ne voit pas les Etats-Unis comme un gendarme du monde devant intervenir partout pour que le monde soit meilleur. Il estime qu’il vaut mieux consacrer de l’argent à des investissements au pays. Mais il entend tout de même garder une armée forte capable d’intervenir en dernier recours si la sécurité des Etats-Unis est directement menacée. Cette vision de la politique étrangère le différencie fortement des autres candidats républicains et pourrait peut-être relancer le débat sur la guerre contre le terrorisme lors des primaires.

LA RÉFORME DU SYSTÈME JUDICIAIRE

Rand Paul ne cache pas sa volonté de réformer la justice criminelle américaine, qu’il qualifie d’injuste. Il reconnaît que la communauté noire est encore victime de discrimination, notamment dans le système judiciaire. Lors d’un récent discours à la Bowie State University, il déclarait : « There is still significant segregation in our society » (Il y a encore une ségrégation importante au sein de notre société). Lorsque des émeutes avaient éclaté à Ferguson suite à la mort de Michael Brown, un jeune homme noir de 18 ans abattu par la police, il avait déclaré que ces émeutes n’étaient pas uniquement le résultat de la mort d’un homme mais d’une frustration accumulée depuis des années. Il a rédigé une tribune dans le TIME, intitulée We Must Demilitarize The Police (Nous devons démilitariser la police). Il y critique tout d’abord la constante militarisation de la police américaine :

There is a legitimate role for the police to keep the peace, but there should be a difference between a police response and a military response. The images and scenes we continue to see in Ferguson resemble war more than traditional police action. (La police détient le rôle légitime de maintenir la paix, mais il devrait y avoir une différence entre une réaction policière et une réaction militaire. Les images et scènes que nous continuons de voir à Ferguson ressemblent davantage à une guerre qu’à une action policière traditionnelle)

Mais il déclare aussi que le problème racial est bien présent.

Anyone who thinks that race does not still, even if inadvertently, skew the application of criminal justice in this country is just not paying close enough attention. Our prisons are full of black and brown men and women who are serving inappropriately long and harsh sentences for non-violent mistakes in their youth. (Quiconque pense que la race ne fausse pas, même incidemment, l’application de la justice criminelle dans ce pays ne prête simplement pas assez attention. Nos prisons sont remplies d’hommes et de femmes noirs qui purgent de longues et sévères peines pour des erreurs non-violentes dans leur jeunesse)

Cette simple prise de position est déjà en soi osée pour un candidat républicain. Mais Rand Paul ne s’arrête pas là. Depuis qu’il occupe son poste de sénateur, il a déjà travaillé avec des collègues démocrates sur des propositions de loi visant à réformer le système judiciaire.

Ses deux propositions les plus importantes sont les suivantes :

  1. Une loi qui permettrait aux adultes convaincus de crimes non violents d’avoir leur casier judiciaire à nouveau vierge après avoir purgé leur peine. Cela favoriserait leur réintégration dans le monde du travail après leur sortie de prison.
  2. Rétablir le droit de vote aux élections fédérales pour les criminels non-violents après qu’ils aient purgé leur peine. Cette mesure pourrait avoir un impact important puisqu’on estime qu’un afro-américain sur 13 est privé du droit de vote suite à ce type de condamnation !

SES ATOUTS ET SES POINTS FAIBLES

Rand Paul jouit d’une certaine notoriété depuis son fameux filibuster de 2013. Il est très actif sur les réseaux sociaux, où il n’hésite pas à manier l’humour. On a pu s’en rendre compte en décembre dernier lorsqu’il a partagé ses Airing of Grievances avec les américains (une tradition aux Etats-Unis veut que chaque 23 décembre, les américains partagent avec leurs proches les déceptions de l’année écoulée). Il a notamment publié ce tweet où il explique être déçu que de nombreux américains critiquent son apparence capillaire.

IMG_20150514_221513

Grâce à une bonne stratégie de communication et à l’intérêt des médias pour sa personne, Rand Paul a réussi à se construire une image positive. Celle d’un homme politique différent, proche des citoyens et qui n’hésite pas à défendre ses positions même lorsqu’elles ne plaisent pas à la direction de son propre parti. Cette image positive est bien sûr l’un de ses atouts principaux.

Pour le reste, les idées fortes qu’il défend et qui le différencient des autres candidats républicains constituent à la fois un atout et sa principale faiblesse. S’il veut remporter les primaires, il lui faudra obtenir les voix d’électeurs plus conservateurs que la base de sympathisants libertariens qu’il s’est constituée jusqu’ici. C’est le principal défi qu’il est amené à relever. Et ses adversaires ne se priveront sans doute pas de l’attaquer sur certaines de ses positions qu’ils jugent extrêmes, comme la volonté de mettre totalement fin au programme d’écoutes de la NSA. Ils pourraient aussi lui reprocher son manque d’expérience.

CONCLUSION

Rand Paul est un candidat atypique qui jouit en ce moment d’une certaine popularité. Il ne cache pas sa volonté de ramener vers le Parti Républicain des électeurs que celui-ci a tendance à délaisser, notamment les plus jeunes. En raison de ses tendances libertariennes qui ne correspondent pas à la pensée de la majorité des électeurs, il n’est pas considéré comme l’un des favoris à l’investiture républicaine. Mais d’après les derniers sondages, son début de campagne lui a fait gagner des points. S’il sera difficile pour lui de l’emporter, il n’est pas impossible qu’il crée la surprise dans certains états.


NOTE DE DERNIÈRE MINUTE

Au moment de clôturer cet article, nous apprenons que Rand Paul a l’intention de mener un nouveau filibuster au Sénat. Cette fois-ci pour s’opposer à la reconduction du Patriot Act qui doit avoir lieu dans les jours à venir. C’est bien sûr ce Patriot Act qui est à l’origine du programme d’écoutes de la NSA qu’il combat si vigoureusement. Ce nouveau filibuster sera pour lui une manière d’attirer à nouveau toute l’attention des médias et des réseaux sociaux sur sa personne pendant quelques heures…

Une réflexion sur “RAND PAUL, UN CANDIDAT PAS COMME LES AUTRES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.