WEEKLY NEWS FLASH #5

Cette semaine aux Etats-Unis, on a rendu hommage pour la quatorzième fois aux victimes des attentats du 11 septembre 2001. Mais ce n’est pas tout, loin de là. Comme chaque lundi, tout ce que vous devez savoir est dans le Weekly News Flash

L’ABANDON DE LA SEMAINE

Premier abandon dans la course à la Maison Blanche cette semaine ! Après seulement trois mois de campagne, Rick Perry a en effet annoncé qu’il jetait l’éponge. Depuis l’annonce de sa candidature le 4 juin, l’ex-gouverneur du Texas n’est jamais parvenu à décoller dans les sondages. Mais surtout, il n’est pas parvenu à récolter suffisamment d’argent pour financer sa campagne. Cela faisait d’ailleurs déjà quelques semaines que ses collaborateurs n’étaient plus rémunérés. On retiendra essentiellement de sa courte campagne son discours musclé contre Donald Trump, qu’il a qualifié de « cancer » pour le Parti Républicain.

Rick Perry a annoncé sa décision de se retirer de la course à la présidence lors d’un discours. Il en a profité pour faire deux avertissements aux électeurs républicains :

1) Il faut élire un candidat ayant prouvé qu’il était capable d’agir et pas seulement de parler

2) Il ne faut pas élire quelqu’un qui divise la nation

We need to get back to the central constitutional principle that in America, it is the content of your character that matters, not the color of your skin* – that it doesn’t matter where you come from, but where you are going. In an America blind to color, that champions the individual, that recognizes merit, there is no room for debate that denigrates certain people based on their heritage or origin. (Nous devons revenir au principe constitutionnel central selon lequel en Amérique, c’est le contenu de votre caractère qui importe, et non la couleur de votre peau – que ce n’est pas d’où vous venez qui importe, mais où vous allez. Dans une Amérique aveugle à la couleur, qui défend l’individu, qui reconnaît le mérite, il n’y a pas de place pour un débat qui dénigre certaines personnes en fonction de leur patrimoine ou de leur origine)

*Hommage au célèbre discours I Have A Dream de Martin Luther King Jr. dont l’une des phrases marquantes était « I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character » (Je fais le rêve que mes quatre petits enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau mais pour le contenu de leur caractère).

Même s’il ne l’a pas nommé directement, il semble assez évident que Rick Perry visait encore une fois Donald Trump.

Au-delà de la course à la présidence, le discours de Perry semblait aussi être un adieu à la vie politique en général.

And as I approach the next chapter in life, I do so with the love of my life by my side, Anita Perry. We have our house in the country, we have two beautiful children and two adorable grandchildren, four dogs, and the best sunset from our front porch that you could ever imagine. Life is good. And I am a blessed man. (Et alors que j’aborde le prochain chapitre de ma vie, je le fais avec l’amour de ma vie à mes côtés, Anita Perry. Nous avons notre maison, nous avons deux beaux enfants et deux adorable petits-enfants, quatre chiens, et le meilleur coucher de soleil que vous puissiez imaginer depuis notre perron. La vie est belle. Et je suis un homme chanceux)

Les autres candidats républicains à la présidence ont réagi à l’annonce de Rick Perry en lui rendant hommage et en lui souhaitant beaucoup de bonheur. Et aussi étrange que cela puisse paraître, même Donald Trump s’est joint à ce concert de louanges !

Traduction: Rick Perry est un mec formidable et je lui souhaite du bien - je sais qu'il aura un grand futur !
Traduction: Rick Perry est un mec formidable et je lui souhaite du bien – je sais qu’il aura un grand futur !

#CNNDEBATE, J-2

Le second débat entre candidats républicains, organisé par CNN, aura lieu ce mercredi 16 septembre ! La liste des participants a été rendue publique par la chaîne. Grâce aux nouvelles règles d’admission dont nous vous parlions la semaine dernière, Carly Fiorina participera bien au débat principal. Celui-ci réunira onze candidats : Fiorina et les dix candidats qui avaient déjà participé au débat principal de Fox News.

Source: CNN
Source: CNN

Quatre autres candidats (Jindal, Santorum, Graham et Pataki) s’affronteront lors d’un Happy Hour Debate.

Source: CNN
Source: CNN

Rick Perry aurait également participé à ce Happy Hour Debate s’il n’avait pas décidé de mettre fin à sa campagne. Par contre, Jim Gilmore n’aura pas droit à la parole (alors qu’il avait pu participer au Happy Hour Debate de Fox News). Il n’a en effet pas rempli la condition fixée par CNN de recueillir au moins 1% des intentions de vote dans minimum trois des quatorze sondages pris en considération.

Notons enfin que Donald Trump a envoyé une lettre au président de CNN afin de lui demander de reverser les bénéfices qui seront générés par les publicités diffusées lors du débat à des associations de vétérans. Trump explique très modestement que c’est uniquement en raison de sa présence que le débat suscite l’intérêt et que CNN va pouvoir demander des prix très élevés pour la diffusion des publicités (this tremendous increase in viewer interest and advertising is due 100% to « Donald  J. Trump »). Par conséquent, il désire que les revenus supplémentaires que la chaîne n’aurait pas obtenus sans lui soient reversés à des associations de son choix.

Photo de la lettre envoyée par Donald Trump au président de CNN et publiée par le candidat républicain sur son compte Twitter
Photo de la lettre envoyée par Donald Trump au président de CNN et publiée par le candidat républicain sur son compte Twitter

L’AFFAIRE KIM DAVIS, SUITE

Nous vous parlions la semaine dernière de l’affaire Kim Davis, du nom de cette fonctionnaire du Kentucky placée en détention pour avoir refusé de délivrer des certificats de mariage à des couples homosexuels. Et bien, elle a été libérée mardi dernier, après cinq jours passés sous les verrous. Néanmoins, le juge ayant ordonné sa libération lui a intimé de ne pas empêcher ses adjoints de délivrer les certificats. Si elle ne respecte pas cette injonction, elle pourrait retourner en prison. Davis a été accueillie à sa sortie du centre pénitentiaire par une foule d’admirateurs qui s’étaient rassemblés pour lui démontrer leur soutien. Mike Huckabee était présent lors de ce rassemblement. Il a rejoint Davis, son mari et son avocate sur le podium installé pour l’occasion et a prononcé un bref discours, allant jusqu’à dire qu’il était prêt à aller en prison à la place de Kim Davis si nécessaire ! Quelques heures auparavant, il avait déjà rendu visite à Kim Davis dans sa cellule et publié une photo de la rencontre sur son compte Twitter.

De gauche à droite: Mike Huckabee, l'avocate de Kim Davis, Kim Davis et son mari. (Source: Twitter)
De gauche à droite: Mike Huckabee, l’avocate de Kim Davis, Kim Davis et son mari. (Source: Twitter)

Avec Huckabee, Ted Cruz est le seul autre candidat à avoir fait le déplacement dans le Kentucky pour rencontrer Kim Davis en prison mais il n’était pas présent lors du rassemblement à sa sortie.

LA MANIFESTATION DE LA SEMAINE

Mercredi, une manifestation d’opposition à l’Iran Deal était organisée devant le Capitole, à Washington. Elle a rassemblé plusieurs centaines de personnes. Les candidats républicains à la présidence Donald Trump et Ted Cruz y ont participé, ainsi que l’ex-candidate à la vice-présidence Sarah Palin. Au même moment, Hillary Clinton prononçait elle aussi un discours sur le sujet. Elle a dit être favorable à l’Iran Deal mais a aussi rappelé qu’il ne s’agissait pas d’une normalisation complète des relations avec l’Iran. En cas d’élection, elle dit vouloir appliquer le mot d’ordre Distrust and verify (Se méfier et vérifier). Autrement dit, ne pas faire une confiance aveugle aux leaders iraniens et vérifier qu’ils respectent bien les termes de l’accord. Elle a aussi beaucoup insisté dans son discours sur son engagement à garantir la sécurité d’Israël.

LE POLITICAL AD DE LA SEMAINE

Lors des campagnes électorales américaines, tous les candidats réalisent des vidéos qui sont diffusées sur les chaînes de télévision comme de véritables spots publicitaires. Ces vidéos portent d’ailleurs le nom de political ads (que l’on peut traduire par publicités politiques). Ces spots se terminent toujours par la phrase I am (nom du candidat) and I approve this message prononcée par le candidat et qui garantit qu’il s’agit bien d’une publicité officielle. Ces spots peuvent mettre en valeur le candidat mais peuvent aussi viser un adversaire de manière très négative. C’est une tendance qu’on ne connaît pas vraiment en Europe mais qui fait partie intégrante des campagnes électorales américaines.

Cette semaine, Jeb Bush a lancé le premier political ad de sa campagne. Il ne dure que 30 secondes et met en scène l’ex-gouverneur de Floride dans une usine, avec des travailleurs en arrière-plan. Bush se présente comme un candidat ayant des idées et surtout, un bon bilan en tant que gouverneur. Il rappelle qu’en Floride, il a diminué les impôts et les dépenses de l’état, équilibré le budget et créé des emplois. Il termine par la phrase Anybody can talk, I’ve delivered (Tout le monde peut parler, j’ai tenu parole).

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

Look at that face ! Would anyone vote for that? Can you imagine that, the face of our next president? (Regardez ce visage ! Quelqu’un voterait pour ça? Pouvez-vous imaginer ça, le visage de notre prochain président?

C’est ce que Donald Trump aurait déclaré alors qu’il regardait Carly Fiorina à la télévision lors d’un déplacement à bord de son avion. Les propos ont été rapportés dans un article par un journaliste présent à ses côtés à ce moment-là. Trump n’a pas démenti avoir tenu ces propos mais vu la réprobation suscitée, il a assuré qu’il ne faisait pas référence à l’apparence physique de Carly Fiorina mais à sa « personne ».

LE DISCOURS DE LA SEMAINE

Le gouverneur de Louisiane et candidat républicain à la présidence Bobby Jindal semble avoir décidé de se faire remarquer cette semaine. Et quoi de mieux pour cela que de s’en prendre à la star du moment, Donald Trump? Après Bush contre Trump ces deux dernières semaines, on a donc eu droit à Jindal contre Trump cette semaine. Et là où Bush dénonçait tant bien que mal les prises de position politiques de Trump, Jindal s’est avant tout attaqué à la personnalité de celui-ci, le décrivant comme narcissique et égocentrique. Extraits du discours de la semaine :

Donald Trump is for Donald Trump. He believes in nothing other than himself. He’s not a liberal, he’s not a moderate, and he’s not a conservative. He’s not a Republican, Democrat, or Independent. He’s not for anything or against anything. Issues and policies and ideals are not important to him. He’s for Donald. (Donald Trump est pour Donald Trump. Il ne croit en rien d’autre qu’en lui-même. Il n’est pas un libéral, il n’est pas un modéré, et il n’est pas un conservateur. Il n’est pas un Républicain, Démocrate, ou Indépendant. Il n’est pour rien ou contre rien. Les problèmes et les politiques et les idéaux ne sont pas importants pour lui. Il est pour Donald)

Like all narcissists, Donald Trump is insecure and weak, and afraid of being exposed. And that’s why he is constantly telling us how big and how rich and how great he is, and how insignificant everyone else is. We’ve all met people like Trump, and we know that only a very weak and small person needs to constantly tell us how strong and powerful he is. (Comme tous les narcissiques, Donald Trump manque de confiance en lui et est faible, et a peur d’être exposé. Et c’est pourquoi il est constamment en train de nous dire à quel point il est riche et grand, et à quel point tous les autres sont insignifiants. Nous avons tous rencontré des gens comme Trump, et nous savons que seule une personne faible et petite a besoin de constamment nous dire à quel point elle est forte et puissante)

You may have recently seen that after Trump said the Bible is his favorite book, he couldn’t name a single Bible verse or passage that meant something to him. And we all know why, because it’s all just a show, and he hasn’t ever read the Bible. But you know why he hasn’t read the Bible? Because he’s not in it. (Vous avez peut-être vu récemment qu’après avoir dit que la Bible était son livre favori, Trump n’a pas pu citer un seul verset ou passage signifiant quelque chose pour lui. Et nous savons tous pourquoi, parce que c’est juste un show, et qu’il n’a jamais lu la Bible. Mais vous savez pourquoi il n’a pas lu la Bible ? Parce qu’il n’est pas dedans)

Outre ce discours, Jindal a également publié plusieurs tweets contenant des vidéos se moquant de Trump. Par exemple, une vidéo où l’on voit Trump déclarer à de nombreuses reprises que les gens l’aiment (les Hispaniques, les chrétiens évangéliques etc.), avec pour fond sonore la chanson des Beatles All you need is love.

Et Jindal ne s’est pas contenté de s’en prendre à Trump. Il a également publié ce tweet à l’occasion de l’anniversaire du candidat démocrate Bernie Sanders.

Traduction: Joyeux anniversaire Bernie Sanders. Petite question: à une fête d'anniversaire socialiste est-ce que tout le monde reçoit un cadeau, et si c'est le cas qui paye pour ?
Traduction: Joyeux anniversaire Bernie Sanders. Petite question: à une fête d’anniversaire socialiste est-ce que tout le monde reçoit un cadeau, et si c’est le cas qui paye pour ?

LE TWEET DE LA SEMAINE

Pas de doute, Bobby Jindal était en forme cette semaine ! Mais malgré tous ses efforts, la rédaction décerne le titre de tweet de la semaine à ce tweet de Rand Paul. Un tweet publié après que Rick Perry ait annoncé sa décision de se retirer de la course à la Maison Blanche.

Traduction: Qu'est-ce que cela dit à propos du GOP (Parti Républicain) lorsqu'un gouverneur pendant 3 mandats et demi avec un bilan brillant dans la création d'emplois se retire alors qu'une star de la téléréalité est en tête dans les sondages?
Traduction: Qu’est-ce que cela dit à propos du GOP (Parti Républicain) lorsqu’un gouverneur pendant 3 mandats et demi avec un bilan brillant dans la création d’emplois se retire alors qu’une star de la téléréalité est en tête dans les sondages?

Le tweet a déjà été partagé plus de 2,000 fois. Et Donald Trump n’a apparemment pas apprécié puisqu’il a répliqué de la manière suivante.

Traduction: Je comprenais parfaitement l'attrait de Ron Paul, mais son fils, Rand Paul, n'a pas reçu le bon gène.
Traduction: Je comprenais parfaitement l’attrait de Ron Paul, mais son fils, Rand Paul, n’a pas reçu le bon gène.
Traduction: Trop de personnes sur scène pour le débat. Rand Paul à la 11ème place, avec 2% dans le sondage de RealClearNews, ne devrait pas être autorisé à participer.
Traduction: Trop de personnes sur scène pour le débat. Rand Paul à la 11ème place, avec 2% dans le sondage de RealClearNews, ne devrait pas être autorisé à participer.

Et Rand Paul a d’ores et déjà dit qu’il regrettait de ne pas avoir attaqué davantage Donald Trump lors du premier débat. Il risque d’y avoir de l’ambiance mercredi…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s