WEEKLY NEWS FLASH #50

J-36 avant l’élection ! Et pour bien débuter ce mois d’octobre qui s’annonce complètement fou, voici la cinquantième édition du Weekly News Flash

LE DÉBAT DE LA SEMAINE

La semaine a commencé par le premier débat présidentiel opposant Hillary Clinton à Donald Trump. Vous pouvez en lire le compte-rendu ici.

LA FEMME DE LA SEMAINE

Alicia Machado, ex-Miss Venezuela (1995) et Miss Univers (1996).

Photo publiée par Alicia Machado sur son compte Instagram
Photo publiée par Alicia Machado sur son compte Instagram

Pourquoi parle-t-on d’elle? Lors du débat, Hillary Clinton a évoqué le cas de cette ex-Miss Univers, accusant Donald Trump de l’avoir surnommée Miss Piggy (Miss Cochonne) et Miss Housekeeping (Miss femme de ménage). Il faut savoir que Donald Trump était à l’époque le directeur du concours Miss Univers. Hillary Clinton a ensuite ajouté que Machado avait récemment obtenu la nationalité américaine et qu’elle savait pour qui voter au mois de novembre. Au lendemain du débat, Donald Trump s’est défendu lors de plusieurs interviews, en expliquant qu’il avait de bonnes raisons de critiquer Machado à l’époque parce qu’elle avait pris du poids. Pas sûr que cet argument l’aide à gagner le cœur de l’électorat féminin, qu’il a déjà du mal à convaincre d’après les sondages. De son côté, Alicia Machado est apparue dans un spot de campagne d’Hillary Clinton ainsi que sur tous les plateaux de télévision. Elle a longuement expliqué à quel point Donald Trump l’avait malmenée. Ce dernier a fini par publier plusieurs tweets injurieux à l’encontre de l’ex-Miss, dont celui-ci.

Traduction: Est-ce qu'Hillary la malhonnête a aidé la répugnante (regardez sa sex tape et son passé) Alicia M à devenir citoyenne américaine pour pouvoir l'utiliser lors du débat?
Traduction: Est-ce qu’Hillary la malhonnête a aidé la répugnante (regardez sa sex tape et son passé) Alicia M à devenir citoyenne américaine pour pouvoir l’utiliser lors du débat?

Donald Trump traite donc Machado de « répugnante » et appelle les américains à regarder une sex tape ! Du jamais vu dans une campagne présidentielle.

LES RÉVÉLATIONS DE LA SEMAINE

Gros scoops de Newsweek et du New York Times cette semaine ! Des révélations qui pourraient faire beaucoup de tort à Donald Trump. On vous explique.

Scoop n°1 – L’une des entreprises de Donald Trump aurait violé l’embargo américain à Cuba

C’est Newsweek qui révèle cette information. En 1998, l’entreprise Trump Hotels & Casino Resorts aurait fait appel aux services d’un cabinet de gestion nommé Seven Arrows pour que ses émissaires se rendent à Cuba afin d’y faire des affaires en son nom. Ces émissaires auraient rencontré des banquiers et des membres du régime et auraient dépensé au moins 68,000$ au cours du voyage. Rien de tout cela n’était légal puisque l’embargo en vigueur interdisait à tout citoyen américain de se rendre à Cuba et à toute entreprise américaine d’y dépenser de l’argent, sauf autorisation spéciale du gouvernement américain.

Pour lire l’article de Newsweek, cliquez ici.

Scoop n°2 – Donald Trump a déclaré une perte de 916 millions de dollars en 1995, ce qui aurait pu lui permettre de ne payer aucun impôt fédéral pendant 18 ans

Le New York Times a mis la main sur des documents fiscaux appartenant à Donald Trump. Ils datent de l’année 1995. Ils montrent qu’à l’époque, Donald Trump a déclaré une perte de 916 millions de dollars. Cette perte serait en grande partie due aux difficultés financières de ses casinos à Atlantic City. D’après plusieurs experts interrogés par le New York Times, une telle perte aurait pu permettre à Trump de ne pas payer d’impôt fédéral pendant 18 ans. Attention ! Précisons qu’il n’y aurait a priori rien d’illégal dans tout cela. Donald Trump aurait tout simplement profité habilement des failles d’un système fiscal extrêmement complexe. C’est d’ailleurs la ligne de défense adoptée par Rudy Giuliani, chargé de le défendre sur les plateaux télé ce week-end, et qui l’a présenté comme « un génie ». Et la réponse de Trump lui-même?

Traduction: Je connais nos lois fiscales complexes mieux que quiconque ayant jamais été candidat à la présidence et je suis le seul qui puisse les améliorer.
Traduction: Je connais nos lois fiscales complexes mieux que quiconque ayant jamais été candidat à la présidence et je suis le seul qui puisse les améliorer.

Dans un communiqué officiel, Donald Trump a également accusé le New York Times de faire campagne pour Hillary Clinton, comme l’ensemble des médias. Il affirme aussi qu’il est de sa responsabilité, envers sa famille et ses entreprises, de ne pas payer plus d’impôts que ce qui est « légalement obligatoire ».

4

Même s’il ne le confirme pas, il est intéressant de constater que Donald Trump ne nie pas non plus ne pas avoir payé d’impôt fédéral pendant 18 ans.

Une dernière question se pose. Qui a fourni les documents de 1995 au New York Times? Ils ont été envoyés par la poste à la journaliste Susanne Craig, qui avait déjà écrit plusieurs articles sur les finances de Donald Trump. Le cachet de la poste indique qu’ils ont été postés à New York et l’adresse de l’expéditeur au dos de l’enveloppe indique…. Trump Tower ! Y aurait-il un traître au sein de l’équipe de campagne de Donald Trump? Ou au sein de sa famille? Le scénario serait digne d’un film hollywoodien.

Pour lire l’article du New York Times, cliquez ici.

LE MEETING DE LA SEMAINE

Samedi soir, au moment où le New York Times publiait son fameux article, Donald Trump était en meeting en Pennsylvanie. Un meeting totalement surréaliste, d’après de nombreux journalistes présents sur place. Le candidat républicain s’est éloigné du discours affiché sur son prompteur pendant plus de vingt minutes pour affirmer, entre autres, ceci :

– En apportant son soutien à Hillary Clinton, Crazy Bernie (c’est-à-dire Bernie Sanders) a « fait un pacte avec le diable ».

– Hillary Clinton n’a pas le tempérament nécessaire pour être présidente. Elle pourrait même être folle. « She could be crazy. She could actually be crazy » (Elle pourrait être folle. Elle pourrait vraiment être folle).

– Hillary Clinton devrait être en prison après avoir utilisé un serveur privé pour ses e-mails lorsqu’elle était Secrétaire d’Etat.

– Hillary Clinton est protégée par l’ensemble des médias. « She’s being totally protected by the New York Times and the Washington Post and all of the media and CNN, Clinton News Network, which nobody is watching anyways so what difference does it make? » (Elle est totalement protégée par le New York Times et le Washington Post et tous les médias et CNN, le Clinton News Network, que personne ne regarde de toute façon donc quelle différence cela peut-il faire?)

– Hillary Clinton sera incapable de négocier de nouveaux traités commerciaux avantageux pour les Etats-Unis ou de tenir tête à Vladimir Poutine car « elle est incapable de faire cinq mètres jusqu’à sa voiture ». Référence évidemment au malaise de Clinton lors de la cérémonie du 11 septembre. Et Donald Trump est même allé jusqu’à imiter Hillary Clinton. Cliquez ici pour voir la vidéo.

– Enfin, Hillary Clinton aurait trompé son mari. « Hillary Clinton’s only loyalty is to her financial contributors and to herself. I don’t even think she’s loyal to Bill, if you want to know the truth. And really, folks, really, why should she be? » (Hillary Clinton n’est loyale qu’envers ses donateurs et elle-même. Je ne pense même pas qu’elle soit fidèle à Bill, si vous voulez savoir la vérité. Et vraiment, les amis, vraiment, pourquoi devrait-elle l’être?)

L’ÉDITORIAL DE LA SEMAINE

Le quotidien USA Today, l’un des plus lus aux Etats-Unis et l’un des rares à paraître dans les cinquante états, a pris position contre Donald Trump. En 34 ans d’existence, le journal n’avait pourtant jamais donné de consigne de vote à ses lecteurs. Dans un éditorial, Trump est présenté comme « inapte à exercer la présidence ». Plusieurs raisons sont avancées.

– Trump est imprévisible. Il a changé d’opinion à plusieurs reprises sur plusieurs sujets importants, à tel point qu’on ignore où il se situe réellement.

– Trump n’est pas apte à être commandant-en-chef. D’après le journal, ses positions concernant la politique étrangère sont ignorantes et/ou incohérentes.

– Trump a construit sa campagne sur les préjugés et la xénophobie, à l’encontre des mexicains et des musulmans notamment. Le journal rappelle aussi qu’il a défendu la thèse du birtherism pendant de nombreuses années.

– Trump n’a pas une carrière de businessman aussi brillante qu’il ne le dit. Il a plusieurs fois fait faillite et surtout, il a escroqué de nombreuses personnes. Le journal fait avant tout référence aux factures que Trump n’a jamais payées, ainsi qu’à la Trump University.

– Trump refuse de publier ses déclarations de revenus.

– Trump s’exprime imprudemment, sans penser aux conséquences que pourraient avoir ses paroles.

– Trump ne supporte pas la critique et risquerait d’abuser de son pouvoir pour faire taire ceux qui s’opposent à lui.

– Trump est un « menteur en série ».

Le journal explique enfin qu’il a décidé de ne pas apporter son soutien à Hillary Clinton parce que celle-ci ne fait pas l’unanimité au sein de la rédaction. Le journal suggère donc à ses lecteurs de décider par eux-mêmes pour qui voter, que ce soit Clinton ou un autre candidat.

Whatever you do, however, resist the siren song of a dangerous demagogue. By all means vote, just not for Donald Trump. (Quoi que vous fassiez, cependant, résistez au chant des sirènes d’un dangereux démagogue. Votez absolument, simplement pas pour Donald Trump)

USA Today a aussi réalisé une vidéo pour expliquer sa décision d’appeler à voter contre Trump. Elle mérite d’être vue.

Notons que, jusqu’à présent, AUCUNE rédaction n’a apporté son soutien à Donald Trump ! De nombreuses publications habituellement républicaines ont même appelé à voter en faveur d’Hillary Clinton. Ce fut notamment le cas du Dallas Morning News récemment. Cette semaine, c’est aussi le choix qu’a fait le Arizona Republic. En 126 ans d’existence (depuis 1890!), ce journal avait toujours apporté son soutien au candidat républicain à la présidence. D’autres journaux qui appellent traditionnellement à voter républicain ont fait un autre choix. Celui d’apporter leur soutien à Gary Johnson, le candidat du Parti Libertarien. Ce fut encore le cas cette semaine du Chicago Tribune et du Detroit News. Gary Johnson a donc jusqu’ici obtenu davantage de soutien de la part de la presse que Donald Trump, ce qui prouve encore une fois que cette année électorale est tout à fait unique.

LA BOURDE DE LA SEMAINE

Puisque l’on parle de Gary Johnson, sachez qu’il a été l’auteur d’une nouvelle bourde cette semaine. Vous vous souvenez certainement de cette interview lors de laquelle il avait demandé « Qu’est-ce qu’Alep? » alors qu’on lui posait une question sur la ville syrienne. Cette fois-ci, il participait à une émission en compagnie de son colistier Bill Weld. Le présentateur lui a demandé de donner le nom d’un leader étranger qu’il respectait et admirait. Et Johnson a été incapable de répondre. Il a finalement parlé de l’ « ancien président du Mexique », sans parvenir à se souvenir de son nom.

On ignore s’il s’agit d’humour au troisième degré, mais 24 heures plus tard, Gary Johnson publiait le tweet suivant.

Traduction: Cela fait presque 24 heures... et je n'arrive toujours pas à trouver un leader étranger que j'admire.
Traduction: Cela fait presque 24 heures… et je n’arrive toujours pas à trouver un leader étranger que j’admire.

DES NOUVELLES DE JEB BUSH

Figurez-vous que Jeb Bush donne désormais des cours à Harvard ! Certains journalistes qui avaient suivi sa campagne étaient présents lors de sa première intervention. Il leur a répété qu’il ne voterait ni pour Donald Trump ni pour Hillary Clinton et qu’il ne savait pas encore s’il voterait en faveur d’un autre candidat. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il se passerait si tous les électeurs rejetaient comme lui les deux principaux candidats, voici ce que Jeb Bush a répondu :

Well, if everybody didn’t vote, that would be a pretty powerful political statement, wouldn’t it? (Et bien, si personne n’allait voter, ce serait une déclaration politique plutôt puissante, n’est-ce pas?)

Jeb Bush a aussi été interrogé sur la décision de son père de voter en faveur d’Hillary Clinton. Son seul commentaire? Il a affirmé qu’il avait trouvé indécent qu’une personne – Kathleen Kennedy Townsend – révèle la teneur d’une conversation privée qu’elle avait eue avec l’ancien président sur son compte Facebook.

BARBARA BUSH SOUTIENT-ELLE AUSSI HILLARY CLINTON ?

On ne parle pas ici de l’ex-Première Dame, mais de l’une des filles de George W. Bush, qui porte le même prénom. Elle a assisté à une soirée visant à récolter des fonds pour la campagne d’Hillary Clinton à Paris ! Des photos publiées par d’autres invités sur les réseaux sociaux en témoignent. La famille Bush n’a pas souhaité réagir.

LA PHRASE DE LA SEMAINE

I think I’ll be in Gitmo. (Je crois que je serai à Guantanamo)

Jeff Flake, sénateur de l’Arizona, répondant à une question au sujet d’une éventuelle présidence Trump. Flake est l’un des sénateurs républicains ayant régulièrement critiqué le candidat de son propre parti et affirmé qu’il ne voterait pas en sa faveur (ni en faveur d’Hillary Clinton).

LA BELLE HISTOIRE DE LA SEMAINE

L’élection présidentielle est fixée au 8 novembre mais, en réalité, les américains qui le souhaitent peuvent déjà voter dans certains états. Cela s’appelle le early voting. Hillary Clinton s’est rendue cette semaine en Iowa pour l’ouverture des bureaux de vote. Elle y a salué Ruline Steininger, une dame de 103 ans qui s’est déplacée pour voter en sa faveur.

Cette même dame avait déjà adressé une lettre à Hillary Clinton il y a plusieurs mois. Voici ce qu’elle écrivait :

In my first century of life, I’ve seen many incredible things. A pandemic, two worldwide depressions, a cure for polio, the first Catholic president, a man on the moon, the end of smallpox, an attack on American soil, and a black president. In my second century, I look forward to seeing a woman president. // Durant le premier siècle de ma vie, j’ai vu beaucoup de choses incroyables. Une pandémie, deux dépressions mondiales, un remède pour la polio, le premier président catholique, un homme sur la lune, la fin de la variole, une attaque sur le sol américain, et un président noir. Durant mon second siècle, je suis impatiente de voir une femme présidente.

LE VOTE DE LA SEMAINE

Nous vous parlions la semaine dernière du veto de Barack Obama au JASTA (Justice Against Sponsors of Terrorism Act), une loi votée par le Congrès et qui devait autoriser les citoyens américains à porter plainte contre des états étrangers suspectés d’être impliqués dans le financement ou l’organisation d’attaques terroristes. Cette loi est tout de même entrée en vigueur cette semaine. Elle permettra notamment aux familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001 de porter plainte contre l’Arabie Saoudite. Pourquoi la loi est-elle tout de même entrée en vigueur? Parce que le Congrès a voté pour outrepasser le veto du Président Obama. Un tel vote exige une majorité des 2/3 dans chacune des deux chambres. Au Sénat, 97 sénateurs ont voté pour outrepasser le veto du président. 1 seul sénateur a voté contre, le Démocrate Harry Reid. À la Chambre des Représentants, le vote a donné le résultat suivant: 348 voix pour et 77 voix contre. C’était la première fois que le Congrès outrepassait un veto du président Obama depuis son arrivée au pouvoir ! Le dernier président en date à n’avoir jamais connu un tel affront reste donc John F. Kennedy.

Barack Obama a regretté que le Congrès ait choisi d’outrepasser son veto, accusant les députés et sénateurs d’avoir choisi la facilité pour des raisons avant tout électorales.

It’s an example of why sometimes you have to do what’s hard. And, frankly, I wish Congress here had done what’s hard. If you’re perceived as voting against 9/11 families right before an election, not surprisingly, that’s a hard vote for people to take. But it would have been the right thing to do. (C’est un exemple qui montre pourquoi il faut parfois faire ce qui est difficile. Et, franchement, je regrette que le Congrès n’ait pas fait ce qui était difficile. Si vous êtes perçus comme votant contre les familles des victimes du 11 septembre juste avant une élection, ce n’est pas surprenant, c’est un vote difficile. Mais cela aurait été la bonne chose à faire)

Notez que Donald Trump et Hillary Clinton se sont tous les deux prononcés en faveur du JASTA et ont salué le vote du Congrès.

LES FUNÉRAILLES DE LA SEMAINE

L’ex-premier ministre et président d’Israël, Shimon Peres, s’est éteint cette semaine à l’âge de 93 ans. Il avait reçu le prix Nobel de la paix en 1994. Ses funérailles ont eu lieu à Jérusalem en présence de nombreux chefs d’état étrangers. On y a même vu Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas se serrer la main. Côté américain, Barack Obama et Bill Clinton avaient fait le déplacement. Ce n’était pas le cas de leurs épouses, Michelle et Hillary. Le président et l’ex-président ont tous les deux pris la parole lors de la cérémonie. Barack Obama a salué la présence de Mahmoud Abbas et a rappelé que Shimon Peres souhaitait la création d’un état palestinien aux côtés de celui d’Israël. Il a regretté qu’il n’ait jamais pu voir son rêve de paix se réaliser. Bill Clinton a quant à lui prononcé un discours émouvant. Il a notamment affirmé que Shimon Peres « a commencé sa vie comme l’étudiant le plus brillant d’Israël, est devenu son meilleur professeur, et a fini par être son plus grand rêveur ».

LE BUZZ DE LA SEMAINE

C’est la vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux cette semaine. Après les funérailles de Shimon Peres, Barack Obama et Bill Clinton devaient rentrer ensemble aux Etats-Unis à bord d’Air Force One. Alors que Barack était déjà à bord et semble-t-il impatient de décoller, Bill ne semblait pas décidé à cesser sa conversation sur le tarmac.

LES BEAUX GESTES DE LA SEMAINE

Cette semaine, nous voudrions saluer quatre membres du Congrès pour leurs très bonnes réactions en situation d’urgence. Il s’agit de Marco Rubio, sénateur que vous connaissez désormais bien, ainsi que de trois autres députés républicains: Tim Murphy, Michael Burgess et Joe Heck.

Tim Murphy & Michael Burgess sauvent la vie d’un homme victime d’un arrêt cardiaque au Capitole

Tim Murphy attendait l’ascenseur avec des membres de son staff. Lorsque la porte de l’ascenseur s’est ouverte, ils ont découvert un homme inanimé sur le sol. Il ne respirait plus. Pendant que ses collaborateurs partaient chercher les secours, Murphy, qui avait récemment passé des examens de secourisme, a prodigué un massage cardiaque à la victime. Michael Burgess, autre député et médecin de formation, est venu lui apporter son aide. Ils ont réussi à ranimer l’homme avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital. Autrement dit, ils lui ont vraisemblablement sauvé la vie.

Marco Rubio et Joe Heck viennent en aide aux victimes d’un accident de la route

Marco Rubio et Joe Heck roulaient en voiture lorsqu’un grave accident s’est produit sous leurs yeux. Un camion roulant en sens inverse est passé par-dessus la berne centrale et est venu violemment percuter les trois voitures situées juste devant eux. Rubio et Heck se sont précipités au secours des victimes, aidant notamment une personne à s’extraire de son véhicule. Ils sont restés auprès des blessés en attendant l’arrivée des secours. Malheureusement, ils ont aussi dû constater que l’une des victimes du crash était décédée.

LA PHOTO DE LA SEMAINE

Pour les amateurs de politique américaine et de tennis. Arnold Schwarzenegger était à l’Oktoberfest en compagnie de Tommy Haas cette semaine (photo publiée par ce dernier sur son compte Instagram).12

LES TWEETS DE LA SEMAINE

Voici deux tweets qui ont retenu notre attention cette semaine.

1. L’ex-président mexicain Vicente Fox, qui a souvent critiqué Donald Trump, semble recevoir régulièrement des e-mails l’incitant à contribuer financièrement à la campagne du candidat républicain. Et cela ne lui plaît pas du tout. Dans ce tweet, il s’adresse directement à Donald Trump.

Traduction: Vous n'avez honte de rien, je viens de recevoir un autre e-mail demandant de l'aide. Dites-moi, cela fait quoi de perdre? Ayez un peu de dignité!
Traduction: Vous n’avez honte de rien, je viens de recevoir un autre e-mail demandant de l’aide. Dites-moi, cela fait quoi de perdre? Ayez un peu de dignité!

2. La journaliste de Fox News Megyn Kelly s’est quant à elle adressée directement à Hillary Clinton, après que celle-ci ait accordé un entretien à la chanteuse Mary J. Blidge.

Traduction: Oui, Hillary Clinton, faites une interview de 30 minutes avec Mary J. Blidge, & peut-être qu'ensuite vous m'en accorderez enfin une, au lieu de juste utiliser mon nom pour attaquer Donald Trump
Traduction: Oui, Hillary Clinton, faites une interview de 30 minutes avec Mary J. Blidge, & peut-être qu’ensuite vous m’en accorderez enfin une, au lieu de juste utiliser mon nom pour attaquer Donald Trump.

Et parce que nous sommes certains que vous n’avez pas encore assez entendu parler de Donald Trump, deux petits bonus ci-dessous.

LA COVER DE LA SEMAINE

Voici la couverture du prochain numéro du magazine mexicain Letras Libres. Pas besoin de traduction.

9

LE SITE WEB DE LA SEMAINE

Un internaute a créé un site web pour présenter les « 25 raisons logiques de voter pour Donald Trump ». Cliquez et vous verrez, il y a une surprise.

25logicalreasonstovotefordonaldtrump.com

Une réflexion sur “WEEKLY NEWS FLASH #50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.