WEEKLY NEWS FLASH #58

C’est encore une semaine à l’actualité très chargée qui vient de s’écouler ! On vous raconte tout 😉

THE TRUMP TRANSITION STORY

Donald Trump a désigné cinq nouveaux membres de son futur Cabinet.

  • JAMES MATTIS (66 ans) → Secretary of Defense / Ministre de la Défense

46

Qui est-il? James Mattis est un général à la retraite. Il a été membre des Marines de 1969 à 2013. Il a notamment combattu durant la première guerre du Golfe, en Afghanistan et en Irak. Il a été décoré à de nombreuses reprises. Entre 2010 et 2013, il était à la tête du commandement central des Etats-Unis (United States Central Command).

Après avoir nommé Michael Flynn comme conseiller à la sécurité nationale, Donald Trump choisit donc un autre ancien militaire pour le poste de Secrétaire à la Défense. Comme Flynn, Mattis a critiqué le rapprochement initié par l’administration Obama avec l’Iran. Mais contrairement à Flynn et à Trump lui-même, Mattis est plutôt hostile vis-à-vis de la Russie et défend l’OTAN. Au mois de juillet, il avait critiqué les propos tenus par Donald Trump à l’encontre de cette organisation qui serait devenue « obsolète ». Mattis est aussi opposé à l’usage du waterboarding ou simulation de noyade. Donald Trump, qui avait déclaré vouloir rétablir la pratique pendant sa campagne, a expliqué avoir été surpris lorsque Mattis lui a expliqué y être opposé lors de l’un de leurs entretiens. D’après Trump, Mattis lui aurait dit :

I’ve never found it to be useful. I’ve always found, give me a pack of cigarettes and a couple of beers and I do better with that than I do with torture. (Je n’ai jamais trouvé cette pratique utile. J’ai toujours pensé, donnez-moi un paquet de cigarettes et quelques bières et je ferai mieux avec cela qu’avec la torture)

Insolite. James Mattis est surnommé Mad Dog (chien fou). Il doit en grande partie ce surnom à sa passion pour son métier de militaire et à ses déclarations sans langue de bois. Certaines ont parfois suscité la controverse. La plus célèbre est la suivante :

Be polite, be professional, but have a plan to kill everybody you meet. (Soyez polis, soyez professionnels, mais ayez un plan pour tuer tous ceux que vous rencontrez)

Cette phrase a même été reprise dans un jeu vidéo !

Voici deux autres déclarations célèbres et controversées de James Mattis :

You go into Afghanistan, you got guys who slap around women for five years because they didn’t wear a veil. You know, guys like that ain’t got no manhood left anyway, so it’s a hell of a lot of fun to shoot them. (Vous allez en Afghanistan, vous avez des gars qui battent des femmes depuis cinq ans parce qu’elles ne portaient pas de voiles. Vous savez, ces gars-là ne sont déjà plus des hommes, donc c’est très agréable de leur tirer dessus)

The first time you blow someone away is not an insignificant event. That said, there are some assholes in the world that just need to be shot. (La première fois que vous abattez quelqu’un n’est pas un événement insignifiant. Ceci étant dit, il y a quelques trous du cul dans le monde qui méritent d’être tués)

James Mattis ne serait cependant pas une brute sanguinaire sans cervelle. Si l’on en croit ses ex-collègues, c’est un intellectuel comme il y en a peu au sein de l’armée. Il a en effet fait des études universitaires et possède une bibliothèque contenant des milliers d’ouvrages, y compris des ouvrages philosophiques. Ses collègues déclarent qu’il emportait toujours de la lecture lorsqu’il partait en mission. Il aurait aussi incité ses troupes à apprendre les rudiments de la langue et de la culture arabe avant leur déploiement en Irak en 2003.

Sa nomination devra-t-elle être confirmée par le Sénat? Oui et il faudra également que le Sénat ET la Chambre des Représentants votent en faveur d’une dispense lui permettant de devenir Secrétaire à la Défense. Pour quelles raisons? En principe, un militaire doit être à la retraite depuis plus de sept ans pour pouvoir accéder au poste de Secrétaire à la Défense. Or, Mattis n’est à la retraite que depuis trois ans. Le Congrès devra donc rédiger une dispense dans lequel il affirmera accepter de faire une exception pour Mattis. Un tel scénario s’est déjà produit une fois dans l’histoire, pour George Marshall. Mais le Congrès, après avoir autorisé la nomination de Marshall, avait précisé qu’il faudrait que cela reste une exception et que le poste de Secrétaire à la Défense n’avait pas vocation à être occupé par des militaires. Le Congrès votera-t-il la dispense permettant à James Mattis de devenir Secrétaire à la Défense? C’est fort probable puisque l’immense majorité des élus républicains s’est réjouie de la nomination de Mattis. Celui-ci peut notamment compter sur le soutien de John McCain, qui l’a décrit comme l’un des meilleurs officiers de sa génération. Et Mattis a même peut-être obtenu un soutien de poids inattendu. Celui de l’actuel Ministre de la Défense de Barack Obama, Ash Carter. Ce dernier a déclaré qu’il était prêt à préparer la transition au Pentagone.

I’ve worked with Jim for many years. He’s a friend and I hold him in the highest regard. (J’ai travaillé avec Jim pendant des années. C’est un ami et j’ai beaucoup d’estime pour lui)

  • STEVEN MNUCHIN (53 ans) → Secretary of the Treasury / Secrétaire au Trésor, équivalent de notre Ministre des Finances

101

Qui est-il? Steven Mnuchin est un banquier reconnu dans son milieu mais n’ayant aucune expérience politique à son actif. Il a travaillé pendant 17 ans chez Goldman Sachs, qu’il a quittée en 2002. Après son départ de Goldman Sachs, il a notamment créé son propre hedge fund en 2004. Il faisait partie de l’équipe de campagne de Donald Trump, dont il contrôlait les finances.

Insolite. Ces dernières années, Mnuchin s’est introduit dans le milieu du cinéma, en tant que producteur. Il a entre autres produit des films comme American Sniper et Mad Max: Fury Road.

Sa nomination devra-t-elle être confirmée par le Sénat? Oui.

  • WILBUR ROSS (79 ans) → Secretary of Commerce / Secrétaire au Commerce, équivalent de notre Ministre de l’Economie

102

Qui est-il? Wilbur Ross est un milliardaire spécialiste du sauvetage d’entreprises au bord de la faillite. Il est notamment actif dans le secteur du charbon et de l’acier. Le magazine Forbes évalue sa fortune à 3 milliards de dollars. Il fait partie des comités de direction d’Arcelor Mittal, de la Banque de Chypre ou encore de Exco Resources, une compagnie active dans le secteur pétrolier.

Insolite. Wilbur Ross a consacré une partie de sa fortune à la constitution d’une collection d’œuvres d’art dont la valeur est estimée à 150 millions de dollars. Il posséderait notamment 25 tableaux de René Magritte.

Sa nomination devra-t-elle être confirmée par le Sénat? Oui.

  • TOM PRICE (62 ans) → Secretary of Health and Human Services / Ministre de la Santé

100

Qui est-il? Tom Price connaît le milieu de la santé puisqu’il a été chirurgien-orthopédiste pendant vingt ans. Il a ensuite décidé de faire de la politique. En 2004, il a été élu à la Chambre des Représentants, où il représente la Géorgie. Depuis 2015, il est le président du House Budget Committee, le comité parlementaire chargé du budget. Il est connu pour son opposition farouche à l’Obamacare. En le nommant à la santé, Donald Trump confirme donc sa volonté de revenir sur cette loi phare de la présidence Obama. Tom Price est également opposé à l’avortement.

Sa nomination devra-t-elle être confirmée par le Sénat? Oui.

  • ELAINE CHAO (63 ans) → Secretary of Transportation / Ministre des Transports

103

Qui est-elle? Elaine Chao fut l’unique Ministre du Travail (Secretary of Labor) de l’administration de George W. Bush (2001-2009). C’est la ministre du travail étant restée le plus longuement à son poste depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Lorsque le président Bush l’avait nommée, elle était devenue la première femme d’origine asiatique à accéder à un poste de ministre aux Etats-Unis. Elaine Chao est née à Taipei, la capitale de Taïwan. Elle est arrivée aux Etats-Unis en 1961, à l’âge de 8 ans.

Avant d’être ministre du travail de George W. Bush, Elaine Chao avait déjà travaillé dans l’administration de George H.W. Bush. Elle y était la principale adjointe du Ministre des Transports, poste qu’elle occupera désormais au sein de l’administration Trump.

Insolite. Elaine Chao n’est autre que la femme de Mitch McConnell, sénateur du Kentucky et leader de la majorité républicaine au Sénat ! Ils sont mariés depuis 1993.

Sa nomination devra-t-elle être confirmée par le Sénat? Oui. Et Mitch McConnell a déclaré qu’il avait bien l’intention de participer au vote.

  • La bataille pour le poste de Secrétaire d’Etat continue

C’est décidément LE feuilleton de cette transition. Qui sera donc Secrétaire d’Etat? Nous vous parlions la semaine dernière de la lutte à distance entre Mitt Romney et Rudy Giuliani, qui font partie des favoris. Cette semaine, Mitt Romney a dîné avec Donald Trump dans un restaurant huppé de New York, le Jean Georges (3 étoiles au Guide Michelin). Il s’agissait de leur deuxième rencontre depuis l’élection de Trump. Ils étaient accompagnés de Reince Priebus, patron du Parti Républicain et futur chief of staff de la Maison Blanche. Les trois hommes ont commandé une soupe à l’ail et des cuisses de grenouille en entrée. En guise de plat, Trump et Priebus ont opté pour un steak sirloin avec des carottes, alors que Mitt Romney a choisi des côtes d’agneau avec une sauce aux champignons. Pour le dessert, les trois hommes ont mangé du gâteau au chocolat. Après le dîner, Mitt Romney s’est brièvement exprimé face à la presse, avant tout pour complimenter Donald Trump. Ce qui est assez surprenant lorsque l’on se souvient de ce qu’il disait il y a encore quelques mois. Voici l’entièreté de la déclaration de Romney :

Source: Politico
Source: Politico

Une photo de Trump et Romney, prise pendant le dîner, a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Il est vrai que Mitt Romney n’y semble pas très à l’aise.

5

La question que tout le monde se pose désormais est la suivante : ce dîner signifie-t-il que Romney sera le choix de Trump pour le poste de Secrétaire d’Etat? Pas forcément. D’après l’équipe de Trump, il fait partie d’une liste de quatre prétendants mais rien n’est encore joué. Qui sont les trois autres membres de cette liste? L’équipe de Trump ne l’a pas précisé mais Rudy Giuliani en ferait toujours bien partie. La presse américaine évoque aussi les noms de David Petraeus, du sénateur Bob Corker, de l’ancien ambassadeur américain auprès des Nations Unies (sous George W. Bush) John Bolton, et même de l’ancien gouverneur de l’Utah Jon Huntsman. Bref, le suspense reste entier.

  • Chris Christie, futur président du Parti Républicain ?

Le gouverneur du New Jersey, qui fut l’une des premières figures importantes du Parti Républicain à soutenir Donald Trump, a récemment été écarté de son poste à la tête de l’équipe de transition du futur président. Il a été remplacé par le futur vice-président Mike Pence. Pourquoi? Aucune explication officielle n’a été fournie mais il semblerait que la confiance de Trump à l’égard de Christie se soit érodée, peut-être en raison de l’influence de Jared Kushner, le mari de sa fille Ivanka. Il faut dire que Christie a fait condamner le père de Kushner pour fraude fiscale lorsqu’il était procureur. Vous suivez toujours? Bref, il est de moins en moins probable que Christie obtienne un poste important au sein de l’administration Trump, contrairement à ce que tout le monde a longtemps pensé. Christie reste cependant en contact avec l’équipe Trump et aurait déclaré être intéressé par le poste de président du Parti Républicain. Le parti devra en effet bientôt se choisir un nouveau leader puisque Reince Priebus quittera ses fonctions en entrant à la Maison Blanche.

  • Sarah Palin, future Secrétaire aux Anciens Combattants ?

D’après la presse américaine, Donald Trump et son équipe envisageraient de nommer Sarah Palin au poste de Secretary of Veterans Affairs (Secrétaire aux Anciens Combattants). Elle ne serait cependant pas la seule candidate en lice. Et elle a peut-être compromis ses chances en critiquant Donald Trump cette semaine (voir ci-dessous).

LE DEAL DE LA SEMAINE

Une première grande victoire pour Donald Trump avant même sa prise de fonctions? Le futur président a en tout cas annoncé qu’il avait convaincu Carrier, une entreprise qui fabrique des systèmes de climatisation, de conserver 1,000 emplois dans son usine d’Indianapolis. En février, Carrier avait pourtant annoncé vouloir fermer cette usine où travaillent actuellement 1,400 personnes et délocaliser son activité au Mexique.

Traduction: Nous sommes heureux d'avoir trouvé un accord avec le président élu Trump & le vice-président élu Pence pour conserver près de 1,000 emplois à Indianapolis. Plus de détails à venir.
Traduction: Nous sommes heureux d’avoir trouvé un accord avec le président élu Trump & le vice-président élu Pence pour conserver près de 1,000 emplois à Indianapolis. Plus de détails à venir.

Que contient exactement le deal passé entre Donald Trump et Carrier? Nous ne connaissons pas tous les détails mais ce sont avant tout des avantages fiscaux accordés par l’état de l’Indiana – dont Mike Pence est toujours le gouverneur – qui auraient convaincu Carrier. Plus précisément, une réduction d’impôts de 7 millions de dollars sur une période de 10 ans.

Si certains ont salué la réussite de Trump, d’autres dénoncent un dangereux précédent. D’autres entreprises pourraient menacer de délocaliser leurs activités au Mexique et exiger du gouvernement des avantages semblables à ceux accordés à Carrier pour rester aux Etats-Unis. À la surprise générale, l’une des critiques les plus féroces est venue de Sarah Palin, qui a activement soutenu Donald Trump tout au long de sa campagne. Dans un article qu’elle a rédigé pour un site web conservateur, l’ex-gouverneure de l’Alaska dénonce l’interventionnisme étatique, même lorsqu’il s’agit de sauver des emplois.

When government steps in arbitrarily with individual subsidies, favoring one business over others, it sets inconsistent, unfair, illogical precedent. (Lorsque le gouvernement intervient de façon arbitraire avec des subventions individuelles, favorisant une entreprise au détriment des autres, cela constitue un précédent incohérent, injuste et illogique)

Palin rappelle aussi que les Républicains sont en principe favorables au libre marché et opposés aux interventions étatiques de ce type.

Republicans oppose this, remember? (Les Républicains s’opposent à cela, vous vous souvenez?)

Elle va même jusqu’à comparer le deal passé avec Carrier à de la « corruption » et du « socialisme ». Avec ce texte, Sarah Palin a-t-elle compromis ses chances d’obtenir un poste au sein de l’administration Trump? L’avenir nous le dira. Une chose est sûre, elle semble avoir décidé de conserver la liberté de parole qui la caractérise.

LE MEETING DE LA SEMAINE

Donald Trump se prend pour une rock star ! Le futur président des Etats-Unis a en effet décidé d’organiser plusieurs meetings pour célébrer sa victoire électorale. Cet ensemble de meetings a été baptisé le Thank You Tour. Un logo a même été créé pour l’occasion !

80

Le premier meeting du Thank You Tour a eu lieu cette semaine à Cincinnati, Ohio. Il nous a permis de constater que Donald Trump n’avait guère changé depuis son élection. Le futur président a critiqué les médias, s’est moqué des « experts » qui n’ont cessé de répéter qu’il n’avait aucune chance de l’emporter, s’en est pris à John Kasich et Evan McMullin, a promis de construire un mur à la frontière avec le Mexique, etc. Il a aussi affirmé :

We did have a lot of fun fighting Hillary, didn’t we? (On s’est bien amusé en se bagarrant contre Hillary, pas vrai?)

La foule a répondu en scandant une fois de plus Lock her up! Lock her up!, bien que Donald Trump ait récemment déclaré qu’il n’avait plus l’intention de nommer un procureur spécial pour enquêter sur l’ex-Première Dame.

Les prochains meetings du Thank You Tour auront lieu en Caroline du Nord, en Iowa et dans le Michigan dans les prochains jours.

LA POLÉMIQUE DE LA SEMAINE

Peut-on priver un citoyen qui brûle le drapeau américain de sa nationalité ou le condamner à une peine de prison? C’est en tout cas ce que semble souhaiter Donald Trump et il l’a fait savoir sur Twitter.

Traduction: Personne ne devrait être autorisé à brûler le drapeau américain - si quelqu'un le fait, il doit y avoir des conséquences - peut-être la perte de la nationalité ou une année en prison!
Traduction: Personne ne devrait être autorisé à brûler le drapeau américain – si quelqu’un le fait, il doit y avoir des conséquences – peut-être la perte de la nationalité ou une année en prison!

Le tweet du futur président a immédiatement suscité la polémique et l’inquiétude. Actuellement, brûler le drapeau n’est pas un délit aux Etats-Unis. La Cour Suprême a estimé à deux reprises (en 1989 et 1990) qu’on ne pouvait pas criminaliser cet acte. D’après la Cour, il s’agit en effet d’un geste protégé par le Premier Amendement de la Constitution, qui garantit le droit à la liberté d’expression. Mais Donald Trump est loin d’être le seul à remettre en cause l’interprétation de la Cour Suprême. De nombreux américains estiment que brûler le drapeau est un geste scandaleux qui ne devrait pas être autorisé. Plusieurs projets de loi visant à l’interdire ont d’ailleurs déjà été rédigés. Le dernier en date, en 2005, était entre autres soutenu par Hillary Clinton. Au sein même du camp républicain, la question divise.

LA CRISE DIPLOMATIQUE DE LA SEMAINE

Donald Trump pourrait bien avoir déclenché une crise diplomatique entre les Etats-Unis et la Chine ! Le futur président s’est en effet entretenu par téléphone avec la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, ce qui a provoqué la colère de Pékin. Pour bien comprendre, un petit rappel historique s’impose.

Retour en 1949. À cette époque, les communistes menés par Mao Zedong prennent le pouvoir en Chine après une guerre civile. Les nationalistes, dirigés par Tchang Kaï-chek, se réfugient sur l’île de Taïwan, où ils établissent leur propre gouvernement. Pendant de nombreuses années, la communauté internationale continuera à reconnaître le gouvernement de Kaï-check comme le seul gouvernement chinois légitime. En 1971, l’ONU change de cap et reconnaît le gouvernement communiste de Pékin comme le gouvernement chinois légitime. Ce n’est pas encore le cas des Etats-Unis, qui ne feront de même qu’en 1979. Dans un document officiel, les Etats-Unis reconnaissent alors qu’il n’y a qu’une seule Chine et que Taïwan en fait partie. C’est ce qu’on appelle la one China policy, ou politique de la Chine unique. Aujourd’hui, l’indépendance de Taïwan n’est donc pas reconnue, mais l’île dispose d’une certaine autonomie et de son propre gouvernement.

Depuis 1979, aucun président américain n’avait entretenu de contact officiel avec son homologue taïwanais. En s’entretenant par téléphone avec la présidente de Taïwan, Donald Trump a rompu avec cette longue tradition diplomatique et provoqué la fureur de Pékin. Le ministre des affaires étrangères chinois a d’ores et déjà déclaré :

The one China policy is the cornerstone of a healthy China-U.S. relationship. I hope this political foundation won’t be disrupted or damaged. (La politique de la Chine unique est la pierre angulaire d’une relation saine entre la Chine et les Etats-Unis. J’espère que ce fondement politique ne sera pas perturbé ou endommagé)

Autrement dit, la relation entre Donald Trump et la Chine vient de partir sur de très mauvaises bases, et ce avant même que Trump ne prête serment.

Pour se défendre, Donald Trump a affirmé que c’était la présidente de Taïwan qui avait pris l’initiative de l’appeler pour le féliciter et non l’inverse. Il a également dénoncé une certaine hypocrisie dans un tweet.

Traduction: Intéressant que les Etats-Unis vendent à Taïwan des milliards de dollars en équipement militaire mais je ne devrais pas accepter de recevoir un coup de téléphone de félicitations.
Traduction: Intéressant que les Etats-Unis vendent à Taïwan des milliards de dollars en équipement militaire mais je ne devrais pas accepter de recevoir un coup de téléphone de félicitations.

Il est vrai que, depuis 1990, les Etats-Unis ont vendu un nombre impressionnant d’armes à Taïwan, pour un montant de 46 milliards de dollars.

Le coup de téléphone de Trump risque d’avoir de lourdes conséquences. La question que tout le monde se pose désormais est la suivante: savait-il ce qu’il faisait en dialoguant ainsi avec la présidente de Taïwan? S’agissait-il d’une action délibérée et donc d’une volonté politique de modifier les rapports de force existant entre les Etats-Unis et la Chine? Ou bien ignorait-il tout simplement les conséquences diplomatiques que pourrait avoir une telle conversation?

Notons enfin que certains Républicains ont pris la défense de Donald Trump. C’est notamment le cas de Ted Cruz, qui en a profité pour glisser un petit tacle à Barack Obama.

Traduction: Je préfère que Donald Trump parle avec la présidente Tsai qu'avec le président cubain Raul Castro ou le président iranien Hasan Rouhani. C'est un progrès.
Traduction: Je préfère que Donald Trump parle avec la présidente Tsai qu’avec le président cubain Raul Castro ou le président iranien Hasan Rouhani. C’est un progrès.

LA FEMME DE LA SEMAINE

Nancy Pelosi, réélue par ses collègues à son poste de House Minority Leader, c’est-à-dire leader des Démocrates à la Chambre des Représentants.

7

Nancy Pelosi est députée à la Chambre des Représentants depuis 1987. Depuis 2003, elle est la leader des Démocrates dans cette même assemblée. Elle a été réélue cette semaine à ce poste par ses collègues, malgré la campagne assez agressive de son opposant, le jeune député de l’Ohio Tim Ryan. Celui-ci estimait qu’il était temps de faire place à un nouveau leadership après les derniers résultats électoraux catastrophiques du parti. Il a obtenu 63 voix, contre 134 en faveur de Pelosi.

Les Républicains ont accueilli la réélection de Pelosi avec enthousiasme, ne se privant pas de se moquer gentiment de leurs collègues démocrates. Le comité des Républicains du Congrès (NRCC, National Republican Congressional Committee) n’avait ainsi pas hésité à afficher sur la façade du bâtiment abritant ses bureaux une pancarte indiquant Hire Pelosi (Engagez Pelosi) pour « soutenir » la candidature de celle-ci. Après l’annonce de sa victoire, la pancarte originale a été recouverte par une seconde pancarte affichant le message Congrats Nancy! (Félicitations Nancy!).

36-1

Kellyanne Conway, l’ex-directrice de campagne et aujourd’hui proche conseillère de Donald Trump, a elle aussi réagi avec ironie sur Twitter.

Traduction: Quel soulagement. J'avais peur qu'ils n'apprennent quelque chose des élections & qu'ils puissent être à nouveau compétitifs et cohésifs.
Traduction: Quel soulagement. J’avais peur qu’ils apprennent quelque chose des élections & qu’ils puissent être à nouveau compétitifs et cohésifs.

Plus sérieusement, la réélection de Nancy Pelosi pose la question du manque de renouveau au sein du Parti Démocrate. Celui-ci manquerait-il d’une jeune génération de politiciens talentueux? En tout cas, Nancy Pelosi a 76 ans et les deux autres démocrates ayant les postes les plus importants à la Chambre des Représentants, Steny Hoyer et Jim Clyburn, ont respectivement 77 et 76 ans. À titre de comparaison, les trois Républicains occupant les postes les plus importants à la Chambre sont bien plus jeunes. Paul Ryan a 46 ans alors que Kevin McCarthy et Steve Scalise ont tous deux 51 ans. Ce fossé était aussi visible lors de l’élection présidentielle. La seule candidate véritablement soutenue par le Parti Démocrate, Hillary Clinton, avait 69 ans. Joe Biden aurait également pu se présenter mais il aurait été encore plus âgé (74 ans). Bernie Sanders a créé la surprise mais est lui aussi très âgé (75 ans). Si l’on regarde du côté républicain, il est vrai que Donald Trump, qui a finalement remporté les primaires, est âgé de 70 ans. Mais ses adversaires étaient nombreux et bon nombre d’entre eux étaient jeunes et talentueux. Marco Rubio, Ted Cruz, Scott Walker ou encore Bobby Jindal ont tous moins de 50 ans. Chris Christie et Rand Paul ont 53 ans. Pour le moment, on a donc l’impression que le Parti Démocrate a beaucoup plus de mal que le Parti Républicain à se trouver de nouvelles figures de proue.

LA CAMPAGNE POUR LE POSTE DE PRÉSIDENT DU PARTI DÉMOCRATE

Quelques mots sur la course à la présidence du Parti Démocrate, que nous avions déjà évoquée dans un article précédent. L’élection aura lieu au mois de février 2017. Cette semaine, Howard Dean, qui avait été le premier à annoncer sa candidature, a déclaré qu’il n’était finalement plus candidat ! Il reste donc trois candidats en lice :

– Keith Ellison, député du Minnesota

– Jaime Harrison, président du Parti Démocrate de Caroline du Sud

– Ray Buckley, président du Parti Démocrate du New Hampshire

D’autres candidats pourraient encore se déclarer. Le cas échéant, nous vous en tiendrons évidemment informés.

LA PHRASE DE LA SEMAINE

I’m not going to be part of a Republican Party that will take 700,000-plus young people who’ve done nothing on their own – they came here as small kids, they lived their life in America, they have no place else to go – and just ruin their lives. (Je ne ferai pas partie d’un Parti Républicain qui prendrait plus de 700,000 jeunes gens qui n’ont rien fait de mal de leur plein gré – ils sont arrivés ici lorsqu’ils étaient enfants, ils ont fait leur vie en Amérique, ils n’ont pas d’autre place où aller – et ruinerait leurs vies)

Cette phrase a été prononcée par le sénateur républicain Lindsey Graham. Il évoquait le sort de plus de 700,000 personnes qui ont bénéficié du DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) depuis 2012. Le DACA est un ordre exécutif de Barack Obama ayant permis aux personnes arrivées illégalement aux Etats-Unis lorsqu’elles étaient mineures de régulariser leur situation. Lindsey Graham estime que Barack Obama n’aurait pas dû agir sans passer par le Congrès comme il l’a fait mais qu’il serait désormais injuste d’expulser ces personnes qui ont bénéficié d’une régularisation et qui ont eu le courage de se déclarer aux autorités pour l’obtenir. Graham a annoncé qu’il préparait avec son collègue Jeff Flake un projet de loi visant à empêcher l’expulsion des personnes protégées par le DACA. Il s’agit évidemment d’un premier possible conflit avec le futur président Donald Trump, qui a déclaré vouloir expulser toutes les personnes étant entrées illégalement aux Etats-Unis et supprimer le DACA.

LA PHOTO DE LA SEMAINE

Cette photo a été partagée par Kellyanne Conway sur son compte Twitter. Notez les nouvelles casquettes de Donald Trump. Elles n’indiquent plus Make America Great Again mais USA.

3

LES TWEETS DE LA SEMAINE

1. C’est via Twitter que l’on a appris que Mike Pence s’était entretenu avec l’ex-Secrétaire d’Etat Condoleezza Rice.

33-1

2. Ceci est une information totalement inutile. Le sénateur Ben Sasse a révélé que son collègue Tim Scott mangeait ses brocolis avec de la crème glacée.

Traduction: Moi - Qu'est-ce que tu fais? Tim Scott - J'avais besoin de quelque chose pour accompagner mes brocolis. Pourquoi utiliser du beurre si la crème glacée est meilleure?
Traduction: Moi – Qu’est-ce que tu fais?
Tim Scott – J’avais besoin de quelque chose pour accompagner mes brocolis. Pourquoi utiliser du beurre si la crème glacée est meilleure?

LES DÉCORATIONS DE LA SEMAINE

Terminons avec les décorations de Noël qui ont été installées à la Maison Blanche. Plus de 70,000 objets décoratifs au total ! Parmi eux, les répliques en laine des chiens du président Obama, Bo et Sunny. (Photos: CNN & Washingtonian)

29-1

31

26-1

28-1

Plus que 2 Weekly News Flash avant Noël !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.