DOUG JONES L’EMPORTE FACE À ROY MOORE EN ALABAMA !

Le Démocrate Doug Jones a remporté l’élection spéciale organisée en Alabama ce mardi 12 décembre. Il a battu le Républicain Roy Moore, accusé d’avoir sexuellement agressé des jeunes filles mineures. Décryptage d’une élection particulière. 

UN RÉSULTAT INATTENDU

Le Démocrate Doug Jones sera donc le nouveau représentant de l’Alabama, l’un des états les plus conservateurs du pays, au Sénat américain ! Un résultat plutôt inattendu et qui n’aurait sans doute pas été le même si le candidat républicain opposé à Jones n’avait pas été aussi controversé que Roy Moore. Rappelons que ce dernier était accusé par plusieurs femmes de les avoir agressées sexuellement lorsqu’elles étaient mineures. Et même avant que ces accusations n’apparaissent à la Une des journaux pendant la campagne électorale, l’ancien juge était déjà très controversé et critiqué par certains membres de son propre parti, notamment en raison de ses déclarations sur l’homosexualité (qui devrait être illégale) ou sur les musulmans (qui ne devraient pas avoir le droit de siéger au Congrès). Rappelons également qu’en dehors de Steve Bannon et de Sarah Palin, quasiment personne au sein du Parti Républicain n’avait soutenu Roy Moore dans le cadre de la primaire républicaine devant désigner le candidat du parti qui affronterait Doug Jones. L’immense majorité des membres républicains du Congrès et le président Trump avaient apporté leur soutien à Luther Strange. Cela n’avait toutefois pas empêché Roy Moore de remporter la primaire. Après cette primaire, cinq sénateurs républicains seulement lui avaient officiellement apporté leur soutien face à Doug Jones, et quatre d’entre eux le lui ont retiré suite aux accusations d’agressions sexuelles dont il a fait l’objet. Seul Rand Paul n’a pas fait de déclaration formelle retirant son soutien à Moore. De son côté, le président Trump est d’abord resté longtemps silencieux. Mais au cours de la dernière semaine de campagne, il a finalement apporté son soutien à Roy Moore.

Malgré le cas très particulier représenté par le candidat Roy Moore, la victoire de Doug Jones reste surprenante. Il est en effet très rare de voir un Démocrate remporter une élection en Alabama, l’un des états les plus conservateurs du pays. La dernière fois qu’un Démocrate avait été élu sénateur de l’Alabama remontait à 1992. Il y a plus de ving ans ! Et pour la petite histoire, le vainqueur de l’époque, Richard Shelby, avait rejoint les rangs du Parti Républicain deux ans après son élection.

Depuis 1915, l’Alabama n’a été représenté qu’à dix reprises par deux sénateurs issus de partis politiques différents (1 Républicain / 1 Démocrate). C’est l’un des états où cela arrive le moins régulièrement, comme on peut le voir sur cette carte.

Source: Smart Politics

Doug Jones a donc déjoué tous les pronostics en remportant cette élection, même si le fait d’avoir Roy Moore pour adversaire l’a certainement beaucoup aidé. Notons que sa victoire s’est tout de même avérée serrée. Doug Jones a remporté 49,9% des voix, contre 48,4% pour Roy Moore. En outre, 1,7% des électeurs ont opté pour le vote write-in. Il s’agit de noter le nom d’un candidat de son choix dans une case réservée à cet effet sur les bulletins de vote. En Alabama, comme dans de nombreux autres états, les votes write-in sont officiellement comptabilisés.

3

Un vote write-in décisif? Au total, 22,777 personnes ont déposé un bulletin write-in dans l’urne. Or, la différence de voix séparant Doug Jones de Roy Moore n’est que de 21,311, soit inférieure au nombre de votes write-ins. Il est évidemment impossible d’affirmer avec certitude que tous les électeurs ayant choisi l’option write-in auraient voté en faveur du candidat républicain s’il ne s’était pas agi du très controversé Roy Moore. Cependant, on peut raisonnablement penser qu’un grand nombre de votes write-ins sont venus d’électeurs républicains refusant d’accorder leur voix à Roy Moore et n’étant pas prêts pour autant à voter en faveur du candidat démocrate. Le président Donald Trump a lui-même évoqué ce facteur dans son tweet de félicitations adressé à Doug Jones.

10
Traduction: Félicitations à Doug Jones pour une victoire bien méritée. Les votes write-ins ont été un facteur décisif, mais une victoire est une victoire. Les habitants de l’Alabama sont des gens bien, et les Républicains auront une nouvelle chance de remporter ce siège bientôt. Ce n’est jamais fini!

Les noms des personnalités ayant obtenu le plus grand nombre de votes write-ins confirment que ceux-ci ont été effectués par une majorité d’électeurs républicains refusant de voter pour Roy Moore. Ainsi, la personne ayant reçu le plus grand nombre de votes write-ins est Luther Strange, vaincu par Roy Moore lors de la primaire républicaine (7,800 voix). Lee Busby, un ancien soldat s’étant déclaré comme candidat indépendant à l’élection quinze jours seulement avant le scrutin, est parvenu à obtenir 5,500 voix. Jeff Sessions a quant à lui obtenu plus de 400 voix. 426 personnes ont également voté en faveur de Nick Saban, le très populaire coach de l’équipe de football de l’Université de l’Alabama ! Quelques personnes ont voté pour Jésus-Christ, Ronald Reagan, Andrew Jackson ou encore Bob l’Éponge. Enfin, certaines personnes ont choisi d’inscrire des mentions comme « Un meilleur choix » ou « Un Républicain normal, svp ».

RETOUR SUR LES SONDAGES DE SORTIE DES URNES

Comment expliquer la victoire de Doug Jones? Si l’on en croit les sondages de sortie des urnes, le facteur le plus décisif fut la mobilisation de l’électorat afro-américain. Les afro-américains représentaient 28% de l’électorat, ce qui signifie qu’ils ont été plus nombreux qu’habituellement à se rendre aux urnes. Ils étaient même légèrement plus nombreux que pour l’élection présidentielle de 2012 à laquelle Barack Obama était candidat ! Et ils ont très largement voté en faveur de Doug Jones. Cette mobilisation sans précédent pourrait s’expliquer par les commentaires très controversés de Roy Moore au sujet des minorités ethniques et de la Guerre de Sécession. De plus, Doug Jones a été procureur avant de se lancer en politique et a poursuivi et fait condamner des membres du Ku Klux Klan, notamment ceux responsables du bombardement d’une église noire en 1963.

La mobilisation afro-américaine a joué un rôle déterminant dans la victoire de Doug Jones. En effet, si les électeurs blancs avaient été les seuls à s’exprimer, Roy Moore aurait remporté l’élection. Il a remporté 72% des voix chez les hommes blancs et 63% chez les femmes blanches, malgré les accusations d’agressions sexuelles dont il a fait l’objet.

5

En réalité, les accusations d’agressions sexuelles qui ont visé Roy Moore n’ont pas été considérées comme déterminantes par la majorité des électeurs. Cela peut paraître étonnant mais 53% des électeurs déclaraient que ce n’était PAS un facteur important au moment de choisir pour qui voter. (Notons cependant que 83% des électeurs estimant qu’il s’agissait d’un facteur important ont voté en faveur de Doug Jones)

6

Peut-être plus surprenant encore, les chrétiens évangéliques sont restés fidèles à Roy Moore. 80% des électeurs se déclarant chrétiens évangéliques ont voté en sa faveur.

8

Enfin, les Républicains qui sont allés voter sont également restés fidèles à Roy Moore puisque 91% d’entre eux ont voté en sa faveur. Néanmoins, les 8% de Républicains déclarant avoir voté en faveur de Doug Jones et ceux ayant opté pour le vote write-in ont joué un rôle important dans la défaite de Roy Moore.

9

ROY MOORE REFUSE DE RECONNAÎTRE SA DÉFAITE

Roy Moore a refusé de reconnaître sa défaite après l’annonce des résultats. Il a même estimé qu’il serait nécessaire de recompter les bulletins de vote vu le faible écart le séparant de Doug Jones. S’il est vrai que l’élection a été serrée et que l’écart de voix entre les deux candidats n’est pas très élevé, la loi de l’Alabama ne prévoit de recompter les bulletins de vote que si l’écart entre les deux candidats est inférieur à 0,5%. Ce n’est pas le cas ici et le Secrétaire d’Etat de l’Alabama a donc officialisé rapidement le résultat de l’élection.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, Roy Moore n’a toutefois toujours pas officiellement reconnu sa défaite. Concrètement, cela ne change rien. Mais reconnaître sa défaite et féliciter son adversaire est une tradition démocratique habituellement respectée aux Etats-Unis.

LA GUERRE CIVILE BAT SON PLEIN AU SEIN DU PARTI RÉPUBLICAIN

Il ne faut évidemment pas oublier que la majorité des électeurs républicains de l’Alabama ont voté en faveur de Roy Moore et que la branche locale du Parti Républicain ne l’a jamais désavoué. Il ne faut pas non plus oublier qu’il a été soutenu par le président Trump. Mais de nombreuses personnalités républicaines avaient refusé de le soutenir et certaines se sont même réjouies de sa défaite. Avouez que voir des membres d’un parti politique se réjouir de la défaite de leur candidat lors d’une élection est tout de même assez rare. Le sénateur républicain du Tennessee Bob Corker a par exemple déclaré que le résultat de l’élection en Alabama était « une bonne chose pour l’Amérique ». Jeff Flake s’est lui aussi réjoui en deux mots sur son compte Twitter.

17
Traduction: La décence l’emporte

Au lendemain de l’élection, l’autre sénateur de l’Alabama, Richard Shelby, a indiqué avoir déjà contacté Doug Jones par téléphone et être impatient de travailler avec lui. Lors d’une interview accordée à CNN deux jours avant l’élection, Shelby avait indiqué avoir voté par correspondance et ne pas avoir voté pour Roy Moore. Il avait affirmé avoir noté le nom d’un autre Républicain dans la case write-in de son bulletin de vote, sans préciser de qui il s’agissait.

14
Traduction: Les habitants de l’Alabama ont parlé. Félicitations à Doug Jones. J’ai parlé avec lui ce matin, et je suis impatient que nous travaillions ensemble pour faire ce qu’il y a de mieux pour le grand état de l’Alabama.

Beaucoup d’élus républicains qui n’apprécient pas la direction populiste et nationaliste que semble emprunter leur parti ont aussi profité de la défaite de Roy Moore pour insister sur le fait que cette stratégie ne fonctionnait pas. Et ils s’en sont pris à Steve Bannon, l’ex-conseiller de Donald Trump à la Maison Blanche et dirigeant du site web Breitbart, proche de l’alt-right. Bannon a en effet fortement soutenu Roy Moore. Il a participé à ses meetings lors desquels il n’a pas hésité à parler de la « guerre » qu’il entendait mener contre l’establishment républicain de Washington qui ne représente selon lui plus la volonté du peuple. Roy Moore était donc vu par beaucoup au sein du parti comme le candidat sponsorisé par Bannon et son site Breitbart. Après avoir remporté la bataille de la primaire, ils ont échoué à remporter l’élection générale face à un Démocrate… en Alabama ! De quoi susciter les moqueries. Le député républicain de New York, Peter King, a ainsi déclaré lors d’une interview sur CNN que Steve Bannon ne représentait pas les Républicains comme lui et qu’il ressemblait à un « alcoolique débraillé » déambulant sur une scène politique nationale à laquelle il ne devrait pas avoir accès. Autre exemple, cette réaction du député républicain de Floride Carlos Curbelo.

19
Traduction: Les habitants de l’Alabama ont placé l’intérêt du pays en premier en rejetant le répugnant Roy Moore. Félicitations à l’aile Bannon du Parti Républicain pour avoir fait don d’un siège aux Démocrates dans l’un des états les plus rouges. Vous n’avez pas de futur dans la politique de notre pays.

VAINQUEURS ET PERDANTS

Qui sont les principaux vainqueurs et perdants de cette élection en Alabama?

  • Les gagnants

Doug Jones. Le grand vainqueur du jour et le premier Démocrate qui représentera l’Alabama au Sénat américain depuis plus de vingt ans.

16

Les Démocrates. La victoire de Doug Jones permet aux Démocrates de remporter un siège supplémentaire au Sénat. Le rapport de force Républicains/Démocrates au Sénat passe donc de 52-48 à 51-49. Et les Démocrates peuvent nourrir l’espoir de reprendre la majorité des sièges au Sénat lors des élections de mi-mandat en novembre 2018. Ce sera très difficile mais si un Démocrate a pu l’emporter en Alabama, rien ne semble plus totalement impossible.

Le Parti Républicain. A priori, le Parti Républicain est plutôt à classer dans la catégorie des perdants puisque son candidat a perdu une élection imperdable dans un état aussi conservateur que l’Alabama. Pourtant, à long terme, nous pensons que la défaite de Roy Moore est une bonne chose pour le Parti Républicain. Imaginez en effet comment un personnage comme Roy Moore se serait comporté au Sénat et les conséquences que cela aurait pu avoir sur l’image du parti. Probablement encore plus dramatiques que d’avoir eu Roy Moore pour candidat.

  • Les perdants

Roy Moore.

Steve Bannon. Soutenir activement un candidat républicain et le voir perdre une élection en Alabama est un sérieux coup dur pour l’ex-conseiller de Donald Trump qui semble avoir beaucoup perdu en crédibilité en une seule soirée électorale. Saura-t-il se relever ou va-t-il disparaître des radars?

Donald Trump. Le président des Etats-Unis avait largement remporté l’Alabama lors de l’élection présidentielle il y a un peu plus d’un an. Depuis, les électeurs de cet état l’ont désavoué à deux reprises. Lors de la primaire républicaine, le président avait apporté son soutien à Luther Strange mais celui-ci a été battu par Roy Moore. Ensuite, Donald Trump a apporté son soutien à Roy Moore en dépit des graves accusations portées à son encontre et Roy Moore a perdu face à Doug Jones…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s