WEEKLY NEWS FLASH #112

La décision du président Trump de mettre en place des taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium, le débat sur les armes à feu et la démission de Hope Hicks ont dominé l’actualité politique de la semaine. Ces sept derniers jours ont aussi révélé les tensions existantes entre Donald Trump et bon nombre d’élus membres de son propre parti. Suivez le guide !

BIENTÔT LA GUERRE COMMERCIALE?

Donald Trump a annoncé qu’il allait mettre en place une taxe de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur les importations d’aluminium. Pour justifier sa décision, le président américain s’appuie sur un rapport du Département du Commerce, selon lequel les volumes importants d’importation d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis menacent la survie des producteurs américains et donc la sécurité nationale.

Cette décision inquiète les marchés financiers. Ils redoutent que cette mesure protectionniste déclenche une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Cette dernière n’est toutefois pas le pays qui sera le plus touché par la mise en place de ces nouvelles taxes à l’importation. Elles vont nuire à bien d’autres pays alliés des Etats-Unis, comme vous pourrez le constater au vu des chiffres ci-dessous.

Importations d’acier aux Etats-Unis en 2017

Union Européenne – 9,2 milliards $

Canada – 5,1 milliards $

Corée du Sud – 2,8 milliards $

Mexique – 2,5 milliards $

Japon – 1,6 milliard $

Russie – 1,4 milliard $

Chine – 976 millions $

Importations d’aluminium aux Etats-Unis en 2017

Canada – 7,3 milliards $

Russie – 1,6 milliard $

Emirats Arabes Unis – 1,4 milliard $

Chine – 1,3 milliard $

Argentine – 582 millions $

Donald Trump avait semble-t-il l’intention de mettre en place ces taxes à l’importation depuis longtemps, mais bon nombre de ses conseillers et de ses ministres y étaient opposés et ont réussi à l’en dissuader pendant un certain temps. Le principal conseiller économique du président, Gary Cohn, est ainsi opposé à cette mesure, tout comme le Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, le Secrétaire d’Etat Rex Tillerson ou encore le Secrétaire à la Défense James Mattis. Seul le Secrétaire au Commerce Wilbur Ross et le Représentant au Commerce Peter Navarro auraient véritablement encouragé le président à suivre son instinct et à mettre en place ces mesures protectionnistes.

La majorité des élus républicains du Congrès sont eux aussi opposés à la décision du président. Il faut dire que le Parti Républicain est traditionnellement très favorable au libre-échange et défavorable à la mise en place de mesures protectionnistes. Il a ainsi été assez fascinant de voir de nombreux élus républicains critiquer la décision du président pendant que plusieurs élus démocrates, une fois n’est pas coutume, la saluaient.

Les élus républicains qui critiquent la décision du président avancent surtout l’argument selon lequel ces taxes à l’importation vont avoir pour effet d’augmenter le prix de certains biens de consommation et donc, au final, pénaliser le consommateur américain. Ils craignent aussi que les pays concernés par ces taxes à l’importation ne prennent à leur tour des mesures semblables pour taxer des produits américains, notamment agricoles, ce qui serait une catastrophe pour les entreprises américaines et risquerait de déclencher une guerre commerciale. Guerre commerciale qui pourrait à son tour déclencher une grave crise économique à l’échelle mondiale.

La critique républicaine la plus virulente fut peut-être celle du sénateur Ben Sasse, fréquent critique du président Trump, qui, dans un communiqué, indiquait que:

Let’s be clear: The President is proposing a massive tax increase on American families. Protectionism is weak, not strong. You’d expect a policy this bad from a leftist administration, not a supposedly Republican one. (Soyons clairs: le Président propose une augmentation massive des taxes payées par les familles américaines. Le protectionnisme est faible, pas fort. On s’attendrait à une aussi mauvaise politique de la part d’une administration gauchiste, mais pas de la part d’une administration soi-disant Républicaine.

En réponse aux nombreuses critiques émanant de son propre camp, Donald Trump a rédigé un tweet dans lequel il affirme que « les guerres commerciales sont une bonne chose, et faciles à gagner ». Ce tweet a suscité la consternation.

5
Traduction: Lorsqu’un pays (les Etats-Unis) perd des milliards de dollars en matière commerciale avec quasiment chaque pays avec lequel il fait du business, les guerres commerciales sont une bonne chose, et faciles à gagner. Par exemple, lorsque nous sommes en déficit de 100 milliards de dollars avec un pays et qu’ils deviennent malins, plus de commerce – et nous gagnons. C’est facile!

Ben Sasse a encore répondu au président, affirmant que:

Trade wars are never won. Trade wars are lost by both sides. (Les guerres commerciales ne sont jamais gagnées. Les guerres commerciales ne font que des perdants)

Les agriculteurs américains ne sont pas contents non plus. Plusieurs associations de défense des agriculteurs estiment que l’administration Trump privilégie ici une industrie déjà largement protégée au détriment du secteur agricole, qui risque de souffrir grandement en cas de représailles de la part de la Chine et/ou d’autres pays. En effet, la Chine est l’un des principaux acheteurs de produits agricoles américains, notamment de soja. Si la Chine décidait de taxer les importations de soja américaines en guise de représailles, les conséquences pourraient être terribles pour les agriculteurs américains et leur chiffre d’affaires.

L’Union européenne a quant à elle d’ores et déjà annoncé qu’elle allait taxer certains produits américains en guise de représailles: les motos Harley-Davidson, le bourbon, et les jeans Levi’s.

LE DÉBAT SUR LES ARMES À FEU CONTINUE DE FAIRE LA UNE

Depuis la fusillade de Parkland, le débat sur les armes à feu ne faiblit pas aux Etats-Unis. Comme la semaine dernière, nous vous résumons ci-dessous les épisodes les plus importants de la semaine à ce sujet.

  • Donald Trump affirme qu’il serait entré dans le lycée de Parkland pour secourir les élèves même s’il n’avait pas été armé

Le président a fait cette déclaration alors qu’il critiquait l’officier de police qui a attendu quatre minutes avant de pénétrer dans l’établissement où avait lieu la fusillade. Il s’exprimait devant les gouverneurs des différents états américains, réunis à la Maison Blanche pour évoquer la question de la sécurité dans les écoles. Lors de cette réunion, Donald Trump a aussi déclaré qu’il interdirait la vente des bump stocks par décret présidentiel si le Congrès n’agissait pas. Il a également plaidé une nouvelle fois en faveur de son idée d’armer les enseignants. Plusieurs gouverneurs ont fait savoir au président qu’ils n’étaient pas favorables à cette idée, tout comme la majorité des Américains. Le gouverneur démocrate de l’état de Washington, Jay Inslee, a aussi dit à Donald Trump:

I just suggest we need a little less tweeting and a little more listening. (Je pense que nous avons besoin d’un peu moins de tweets et d’un peu plus d’écoute)

  • Melania Trump salue les efforts des lycéens de Parkland

Pendant que le président recevait les gouverneurs, la First Lady s’exprimait devant leurs épouses. Et Melania Trump a salué les efforts des lycéens de Parkland qui se mobilisent depuis quinze jours et militent, pour la plupart d’entre eux, en faveur d’un durcissement de la législation sur les armes à feu. Ces lycéens étant très critiques à l’encontre de l’administration Trump et des Républicains, les paroles de Melania Trump avaient de quoi surprendre.

I have been heartened to see children across this country using their voices to speak out and try to create change. They are our future and they deserve a voice. (Cela m’a donné du courage de voir des enfants partout dans le pays s’exprimer et essayer de créer le changement. Ils sont notre futur et méritent d’être entendus)

  • Donald Trump crée le malaise chez les Républicains

Quelques jours après sa réunion avec les gouverneurs, Donald Trump organisait une autre réunion sur le thème des armes à feu à la Maison Blanche. Il y avait invité une délégation de députés et sénateurs républicains et démocrates. L’objectif était de discuter des mesures qui pourraient être prises par le Congrès. La réunion avait la particularité d’être ouverte à la presse et retransmise en direct sur les chaînes d’info. Et le moins que l’on puisse dire est que le spectacle fut au rendez-vous…

∗ « Take the guns first, go through due process second » (Confisquer les armes d’abord, et aller devant le juge ensuite)

C’est la déclaration qui a suscité la colère de bon nombre d’élus républicains. Donald Trump a affirmé que la police aurait dû confisquer ses armes au tueur de Parkland, même si elle n’en avait pas le droit. Il a ensuite ajouté qu’il faudrait que la police puisse saisir les armes des citoyens suspectés d’être dangereux sans attendre l’avis d’un juge. Cette proposition va évidemment à l’encontre de toutes les idées défendues par les Républicains depuis des années. Il s’agirait de priver arbitrairement un citoyen de son droit constitutionnel à détenir des armes, sans même qu’une décision de justice ait été rendue. Ben Sasse, décidément très en forme cette semaine, fut encore une fois le Républicain à réagir avec le plus de véhémence aux propos du président, affirmant dans un communiqué:

We’re not ditching any Constitutional protections simply because the last person the president talked to today doesn’t like them. (Nous n’abandonnerons aucune protection constitutionnelle simplement parce que la dernière personne ayant parlé au président ne l’apprécie pas)

« You know why? Because you’re afraid of the NRA » (Tu sais pourquoi? Parce que tu as peur de la NRA)

C’est ce que le président a lancé au sénateur républicain Pat Toomey après que celui-ci lui ait confirmé que sa proposition de loi introduite il y a plusieurs années au Congrès (et qui n’a jamais été adoptée) ne prévoit pas de faire passer l’âge légal pour acheter une arme de 18 à 21 ans. Il s’agit d’une proposition de loi visant à renforcer le système des background checks. L’affirmation du président était quelque peu étrange puisque Pat Toomey a introduit cette proposition de loi en 2012 et a plaidé plusieurs fois pour qu’elle soit adoptée, alors que la NRA s’y opposait.

∗ Lors de cette réunion, Donald Trump a aussi évoqué l’impact négatif des images violentes omniprésentes dans les films et les jeux vidéos

The video games, the movies, the internet stuff, is so violent. I have a very young son, I look at some of the things he’s watching and I say, « How is that possible? ». (Les jeux vidéos, les films, tout ce qu’il y a sur Internet, c’est tellement violent. J’ai un très jeune fils, je vois certaines des choses qu’il regarde et je me dis, « Comment est-ce possible? »)

  • Jeff Flake et Dianne Feinstein introduisent une proposition de loi pour faire passer l’âge légal pour acheter une arme de 18 à 21 ans

Le sénateur républicain Jeff Flake et la sénatrice démocrate Dianne Feinstein ont introduit une proposition de loi bipartisane visant à interdire la vente d’armes aux personnes âgées de moins de 21 ans. Il s’agit de modifier la législation actuelle qui permet aux Américains d’acheter certaines armes à partir de 18 ans.

Cette carte blanche a été publiée dans le New York Times. Elle a été rédigée par Brian Mast, député de Floride à la Chambre des Représentants. Brian Mast a vécu à Parkland et connaissait l’une des victimes de la fusillade, un entraîneur de football qui a été assassiné en tentant de protéger ses élèves. Mast, 37 ans, est aussi un vétéran. Il a perdu ses deux jambes en Afghanistan après avoir marché sur un engin explosif. Brian Mast connaît bien les armes de guerre de type AR-15 puisqu’il s’en est servi au combat. Et il se prononce en faveur d’une interdiction de la vente libre de ces armes aux civils, une prise de position rare pour un élu républicain.

My rifle was very similar to the AR-15-style semiautomatic weapon used to kill students, teachers and a coach I knew at Marjory Stoneman Douglas High School in Parkland, Fla., where I once lived. I have fired tens of thousands of rounds through that rifle, many in combat. We used it because it was the most lethal – the best for killing our enemies. And I know that my community, our schools and public gathering places are not made safer by any person having access to the best killing tool the Army could put in my hands. I cannot support the primary weapon I used to defend our people being used to kill children I swore to defend. (Mon fusil était très similaire à l’arme semi-automatique AR-15 utilisée pour tuer des étudiants, des professeurs et un entraîneur que je connaissais à la Marjory Stoneman Douglas High School à Parkland, Floride, où j’ai vécu par le passé. J’ai tiré des milliers de fois avec cette arme, la plupart du temps au combat. Nous l’utilisions parce que c’était la plus létale – la meilleure pour tuer nos ennemis. Et je sais que ma communauté, nos écoles et nos lieux publics ne sont pas rendus plus sûrs parce que n’importe qui a accès au meilleur outil pour tuer que l’armée ait pu mettre entre mes mains. Je ne peux pas accepter que l’arme que j’ai utilisée pour défendre notre peuple soit utilisée pour tuer des enfants que j’ai juré de défendre)

La prise de position de Brian Mast est d’autant plus remarquable qu’il précise qu’il est membre de la NRA depuis son plus jeune âge et qu’il possède un pistolet classique pour défendre sa famille en cas de besoin. Il reste donc un fervent défenseur du droit des Américains à détenir des armes, mais estime que des armes classiques sont suffisantes pour se protéger dans la vie de tous les jours et qu’il est temps d’interdire la vente libre des armes de guerre.

  • Le lieutenant-gouverneur de Géorgie en guerre contre Delta

Casey Cagle, lieutenant-gouverneur républicain de Géorgie, a annoncé que son état allait sanctionner la compagnie aérienne Delta après que celle-ci ait mis fin à son partenariat avec la NRA (ndlr: les membres de la NRA pouvaient obtenir des réductions sur leurs billets). Le lieutenant-gouverneur a ainsi annoncé qu’il bloquerait toute nouvelle législation accordant des avantages fiscaux à la compagnie, basée à Atlanta. Une loi qui aurait réduit les impôts de la compagnie était en préparation. PS: Cagle est actuellement lieutenant-gouverneur mais sera candidat au poste de gouverneur aux prochaines élections.

2
Traduction: Je ferai en sorte qu’aucune loi fiscale bénéficiant à Delta n’entre en vigueur à moins que la compagnie rectifie sa position et rétablisse pleinement sa relation avec la NRA. Les entreprises ne peuvent pas attaquer les conservateurs et penser que nous n’allons pas nous battre.

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

I don’t think we need more gun control. I think we need better idiot control. (Je ne pense pas que nous ayons besoin de davantage de contrôle en matière d’armes. Je pense que nous avons besoin d’un meilleur contrôle des idiots)

Déclaration du sénateur républicain de Louisiane John Kennedy lors d’une interview accordée à CNN.

LE PROGRAMME DACA NE PRENDRA FINALEMENT PAS FIN CE LUNDI 5 MARS

Les bénéficiaires du DACA peuvent pousser un soupir de soulagement et remercier la Cour Suprême. Celle-ci a en effet refusé de se saisir du dossier DACA tant que tous les autres recours judiciaires n’auront pas été épuisés. Concrètement, cela signifie que les décisions rendues par des tribunaux inférieurs ayant déclaré que mettre fin au programme serait illégal restent pour le moment valables.

En septembre dernier, Donald Trump avait annoncé que le DACA prendrait fin le 5 mars et avait confié au Congrès la mission de légiférer pour trouver une solution de rechange pour éviter que les Dreamers, ces personnes arrivées illégalement aux Etats-Unis lorsqu’elles étaient mineures, ne soient expulsés du territoire. Or, le Congrès a échoué à se mettre d’accord et à passer toute nouvelle loi sur l’immigration. De leur côté, les tribunaux ont tranché en faveur des Dreamers, affirmant que l’administration Trump n’avait pas le droit de mettre fin au programme DACA et de les expulser. Ces décisions de justice sont très controversées. Leurs détracteurs estiment que les juges les ayant prises sont avant tout des activistes politiques qui ne respectent pas la séparation des pouvoirs. D’après eux, le président devrait pouvoir décider de la politique d’immigration du pays. C’est pourquoi l’administration Trump avait demandé à la Cour Suprême de se saisir de la question.

En bref, ce qu’il faut retenir, c’est que les décisions prises par plusieurs tribunaux restent pour l’instant valables et empêchent l’administration Trump de mettre fin au DACA ce 5 mars comme prévu. Le combat judiciaire va se poursuivre et pourrait encore durer de longs mois. Ce qui donnera peut-être le temps au Congrès de trouver une solution…

Meanwhile… De nouvelles casquettes sont en vente sur le site web de Donald Trump. De couleur bleue, elles arborent fièrement le slogan AMERICAN DREAMER. Donald Trump a affirmé à plusieurs reprises que les travailleurs américains étaient eux aussi des Dreamers et qu’il avait été élu pour défendre leurs intérêts (sous-entendu: pas ceux des immigrés arrivés illégalement dans le pays).

3

LA DÉMISSION DE LA SEMAINE

Nouvelle semaine quelque peu chaotique à la Maison Blanche. La directrice de la communication, Hope Hicks, a annoncé qu’elle quitterait son poste dans les prochaines semaines.

La mystérieuse Hope Hicks s’est toujours montrée extrêmement discrète, n’accordant jamais aucune interview aux médias et n’ayant pas de compte Twitter. En coulisses, elle était cependant un personnage important. L’une des seules personnes à qui le président Trump ferait entièrement confiance et qu’il considérerait presque comme sa propre fille.

Ancien mannequin, Hope Hicks a d’abord travaillé pour Donald Trump à la Trump Organization. Elle a ensuite été membre de son équipe de campagne puis membre de son équipe à la Maison Blanche. Après plusieurs remaniements, elle avait été promue au poste de directrice de la communication l’été dernier. Le président Trump a affirmé que Hope Hicks allait lui manquer mais qu’il respectait sa décision.

I will miss having her by my side but when she approached me about pursuing other opportunities, I totally understood. I am sure we will work together again in the future. (Cela va me manquer de ne plus l’avoir à mes côtés mais lorsqu’elle m’a parlé de sa volonté de poursuivre d’autres opportunités, j’ai totalement compris. Je suis sûr que nous travaillerons à nouveau ensemble dans le futur)

Le départ de Hope Hicks nous rappelle aussi qu’il semble être très compliqué d’assurer le poste de directeur de la communication de la Maison Blanche sous Donald Trump. Quatre personnes ont déjà occupé ce poste en l’espace de 15 mois (Mike Dubke, Sean Spicer, Anthony Scaramucci et Hope Hicks) ! Hope Hicks est celle qui aura tenu le plus longtemps: 196 jours. On ignore qui acceptera de lui succéder.

LA PLAISANTERIE DE LA SEMAINE

The last thing I wanted to do was walk away from one of the great honors of my life, being the Secretary of Homeland Security, but I did something wrong and God punished me I guess. (La dernière chose que je souhaitais était de renoncer à l’un des plus grands honneurs de ma vie, occuper le poste de Ministre de la Sécurité Intérieure, mais je suppose que j’ai fait quelque chose de mal et que Dieu m’a puni)

John Kelly, évoquant son départ du ministère de la Sécurité Intérieure pour devenir chef de cabinet à la Maison Blanche l’été dernier. Était-ce seulement une plaisanterie?

L’HOMME DE LA SEMAINE

Brad Parscale. Le président Trump a d’ores et déjà annoncé que ce dernier serait son directeur de campagne en 2020 ! Parscale était déjà membre de l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016. Auparavant, il avait travaillé pendant plusieurs années pour la Trump Organization, où il s’occupait de la stratégie digitale. Il n’avait jamais travaillé dans le monde de la politique. Depuis l’élection de Donald Trump, il dirige un groupe nommé America First, qui réalise notamment des campagnes de communication visant à promouvoir l’action du président.

LE BRAS DE FER DE LA SEMAINE

C’est encore et toujours la guerre entre Donald Trump et son ministre de la Justice, Jeff Sessions. Petit rappel: Jeff Sessions fut le premier membre du Congrès à apporter son soutien à Donald Trump, bien avant qu’il n’ait remporté les primaires républicaines. Il a aussi été l’un de ses conseillers pendant la campagne électorale. Donald Trump l’a ensuite choisi comme Attorney General. Mais la relation entre les deux hommes s’est fortement détériorée depuis que Sessions a choisi de se récuser de l’enquête sur la Russie et ses agissements lors de la campagne électorale de 2016. Il a estimé, à juste titre, qu’il ne pouvait pas être à la tête de cette enquête menée par son ministère alors qu’il avait fait partie de l’équipe de campagne de Donald Trump. C’est pourquoi son premier adjoint, Rod Rosenstein, supervise l’enquête au ministère de la Justice. Et c’est Rosenstein qui a pris la décision de nommer le procureur spécial Robert Mueller. Une décision qui n’a pas plu à Donald Trump. Depuis lors, le président reproche à Jeff Sessions de s’être récusé, pensant sans doute qu’à la place de Rosenstein, il n’aurait jamais pris la décision de nommer un procureur spécial.

Donald Trump n’a donc jamais pardonné sa décision à Jeff Sessions et le critique désormais fréquemment sur Twitter ou dans ses discours. Certains observateurs parlent même d’humiliation publique permanente. L’été dernier, alors que la tension était à son comble, la presse avait annoncé que Donald Trump n’allait pas tarder à licencier Sessions. Et pourtant, celui-ci est toujours bel et bien là. La plupart du temps, il ne réplique pas aux attaques du président. Cette semaine, il est toutefois exceptionnellement sorti de son mutisme après que Donald Trump ait publié le tweet suivant, critiquant l’une des décisions qu’il venait de prendre en interne.

6
Traduction: Pourquoi le ministre de la Justice Jeff Sessions demande-t-il à l’Inspecteur Général d’enquêter sur un éventuel abus du FISA? Cela va prendre beaucoup de temps, il n’a pas le pouvoir d’un procureur et il est déjà tard avec les rapports de Comey etc. L’Inspecteur Général n’est-il pas un gars d’Obama? Pourquoi ne pas utiliser les avocats du Département de la Justice? SCANDALEUX!

Réponse de Jeff Sessions par communiqué:

As long as I am the Attorney General, I will continue to discharge my duties with integrity and honor, and this Department will continue to do its work in a fair and impartial manner according to the law and Constitution. (Tant que je serai ministre de la Justice, je continuerai à exercer mes fonctions avec intégrité et honneur, et ce Département continuera à faire son travail d’une manière juste et impartiale tel que prévu par la loi et la Constitution)

Wow.

LA VIDÉO DE LA SEMAINE

Lors de son discours annuel devant le parlement russe, Vladimir Poutine a vanté la puissance militaire de la Russie. Le président russe a notamment affirmé que son pays disposait de nouvelles technologies capables de percer les mécanismes de défense de l’OTAN et a diffusé une vidéo montrant un nouveau missile nucléaire « invincible ». Dans cette vidéo, on peut voir des missiles s’abattre sur un morceau de territoire ressemblant étrangement à la Floride. #ToutVaBien

14

L’HOMMAGE DE LA SEMAINE

En parlant de la Russie… La mairie de Washington, D.C. a officiellement renommé un morceau de rue situé devant l’ambassade russe « Boris Nemtsov Plaza », en hommage à cet opposant à Vladimir Poutine assassiné il y a trois ans. L’idée de renommer la portion de rue située devant l’ambassade russe pour rendre hommage à Nemtsov avait été lancée en février 2017 par le sénateur Marco Rubio. Ce dernier avait rapidement réussi à convaincre plusieurs de ses collègues au Congrès de soutenir sa proposition. Cependant, le Congrès ayant un agenda chargé et d’autres priorités, le dossier semblait s’enliser et avoir peu de chances d’aboutir rapidement. Marco Rubio s’est alors tourné vers le conseil municipal de la ville de Washington, lui aussi apte à décider d’un changement de nom de rue. Rubio a convaincu plusieurs membres du conseil municipal de s’engager sur ce dossier et le conseil a rapidement voté en faveur du changement de nom. Cette semaine, la plaque de la « Boris Nemtsov Plaza » a été dévoilée devant l’ambassade russe. Marco Rubio a prononcé un petit discours lors de la cérémonie organisée pour l’occasion, affirmant qu’il s’agissait avant tout de rappeler à Vladimir Poutine qu’il était inacceptable d’assassiner ses opposants politiques et que de tels actes ne suffiraient pas à faire taire toute opposition en Russie.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

1,986 ou le nombre d’actes antisémites recensés aux Etats-Unis en 2017 par l’Anti-Defamation League, la plus grande association juive du pays. Cela représente une hausse de 60% par rapport à l’année précédente. Les actes antisémites recensés vont du harcèlement à l’agression physique, en passant par les actes de vandalisme. Plusieurs cimetières juifs ont été profanés l’an dernier, une inscription affirmant que l’Holocauste est une « fake history » a été inscrite sur le mur d’une synagogue à Seattle, etc.

1

Tous les états américains sont touchés par cette recrudescence de l’antisémitisme puisqu’au moins un incident antisémite a été recensé dans chaque état (pour la première fois depuis 2010). Certains états sont toutefois bien plus concernés que d’autres. Voici la liste des cinq états où le plus grand nombre d’actes antisémites ont été recensés en 2017:

1. New York (380)

2. Californie (268)

3. New Jersey (208)

4. Massachusetts (177)

5. Floride (98)

MEANWHILE, IN WEST VIRGINIA…

Toutes les écoles publiques de l’état de Virginie Occidentale sont restées fermées pendant quatre jours cette semaine. En cause? Une grève générale des enseignants. Ils réclament une hausse des salaires et de meilleures conditions de travail. La Virginie Occidentale est l’un des états où les enseignants sont les moins bien payés. Le gouverneur de l’état, Jim Justice, a finalement cédé, s’engageant à accorder une hausse des salaires de 5% aux enseignants. La décision doit cependant encore être approuvée par le parlement de l’état. Si elle ne l’était pas, les enseignants pourraient reconduire le mouvement de grève.

ROAD TO THE MIDTERMS

  • Bientôt un autre Sanders au Congrès?

Le fils de Bernie Sanders est candidat aux élections de mi-mandat dans le New Hampshire ! Il se présente pour devenir député à la Chambre des Représentants. Son père, ex-candidat à l’élection présidentielle, siège quant à lui au Sénat. Pour être officiellement candidat en novembre, Levi Sanders devra d’abord remporter une primaire démocrate lors de laquelle pas moins de huit candidats vont s’affronter.

  • Le gouverneur du Texas veut continuer à séduire les électeurs hispaniques

Greg Abbott, le gouverneur républicain du Texas, qui briguera un nouveau mandat en novembre, a fait une déclaration intéressante cette semaine. Il a déclaré que les électeurs hispaniques n’étaient pas forcément acquis au Parti Démocrate et que le Parti Républicain pouvait les convaincre de voter en sa faveur, même en défendant des positions strictes en matière de lutte contre l’immigration illégale, à condition de ne pas faire preuve de mépris à leur égard.

Everybody deserves to be respected, and I think that the same goals that the president [Trump] is seeking to achieve can be achieved with a tone of respect and dignity. (Tout le monde mérite d’être respecté, et je pense que les objectifs que le président [Trump] essaye d’atteindre peuvent être atteints tout en utilisant un ton respectueux et digne)

Greg Abbott sait de quoi il parle puisqu’il a remporté les voix de 44% des électeurs hispaniques de son état lorsqu’il a été élu gouverneur en 2014. Un chiffre très élevé et assez inhabituel pour un candidat républicain. Le gouverneur a indiqué que son équipe de campagne serait très présente dans les comtés à forte population hispanique durant la campagne électorale. Il semble donc penser être en mesure de gagner à nouveau la confiance de nombreux électeurs hispaniques, en dépit de l’impopularité du président Trump auprès de cette communauté.

LA POLÉMIQUE DE LA SEMAINE

Chuck Schumer, leader des Démocrates au Sénat, a déclaré cette semaine qu’il voterait contre la confirmation d’un juge nommé par Donald Trump parce qu’il est de race blanche. (Rappel: Les juges fédéraux sont nommés par le Président des Etats-Unis mais leur nomination doit être confirmée par le Sénat). Les arguments de Chuck Schumer ont suscité la colère des Républicains. Le sénateur de New York a indiqué qu’il ne souhaitait pas voter en faveur de la nomination de Marvin Quattlebaum parce qu’elle reflétait le « manque de diversité » des juges sélectionnés par Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche. Jusqu’ici, 83% des personnes nommées à des postes de juges par Donald Trump sont des hommes et 92% sont des personnes de race blanche. Donald Trump nomme donc moins de juges issus des minorités ethniques que ses prédécesseurs. D’après Schumer, ce n’est pas acceptable. Selon plusieurs élus républicains qui ont violemment réagi, il n’est pas acceptable non plus de pénaliser un homme qualifié pour le poste auquel il a été nommé en raison de sa couleur de peau. Le député républicain Trey Gowdy a ainsi déclaré ironiquement qu’il espérait que Chuck Schumer serait à l’avenir capable de prendre en compte des « facteurs inhabituels tels que les qualifications d’un candidat » avant de se prononcer sur une nomination. Et voici comment a réagi Tim Scott, seul sénateur républicain afro-américain.

10
Traduction: Peut-être que les Démocrates du Sénat devraient s’inquiéter davantage du manque de diversité au sein de leur propre staff avant d’attaquer un nominé très qualifié du grand état de Caroline du Sud.

LA PHOTO DE LA SEMAINE

13

Un jeune homme a réalisé son rêve et publié une photo sur son compte Instagram pour le prouver. La pancarte dit: « But de ma vie: obtenir une photo avec Dubya en portant ce marcel Dubya ». Dubya est un surnom affectueux donné par ses supporters texans au président Bush. Il est déjà assez drôle que Bush ait accepté de poser avec le jeune homme pour la photo mais il est peut-être encore plus étonnant qu’il ait ensuite pris le temps de  laisser un commentaire humoristique sur Instagram: « Cela s’écrit W. ». (PS: Pour ceux qui se poseraient la question, George W. Bush a un compte Facebook et un compte Instagram mais n’a pas de compte Twitter).

OSCARS ET POLITIQUE

Dimanche soir, c’était la Cérémonie des Oscars à Los Angeles. The Shape of Water a remporté l’Oscar du meilleur film. La soirée fut aussi marquée par quelques allusions à la politique. Plusieurs célébrités avaient ainsi décidé de porter un badge orange distribué par une association qui milite pour un durcissement de la législation sur les armes à feu. Le présentateur de la soirée, l’humoriste Jimmy Kimmel, a fait plusieurs allusions critiques au président Trump lors de ses prises de parole. Il a également déclaré au sujet du film Call Me By Your Name, qui évoque une histoire d’amour entre deux hommes et qui n’a pas rencontré un très grand succès dans les salles américaines,

We don’t make films like Call Me By Your Name for money. We make them to upset Mike Pence. (On ne fait pas des films comme Call Me By Your Name pour l’argent. On le fait pour mettre Mike Pence en colère)

LE TWEET DE LA SEMAINE

En réalité, il s’agit d’un tweet datant du 30 janvier 2016 mais nous n’avons pas pu résister à le faire remonter à la surface après que Ben Sasse ait violemment critiqué le président Trump à plusieurs reprises cette semaine, comme il l’avait déjà fait lors de la campagne électorale. Ce qui n’avait à l’époque pas du tout plu au candidat Trump.

11
Traduction: Ben Sasse ressemble davantage à un rat de salle de sport qu’à un sénateur des Etats-Unis. Comment a-t-il pu réussir à se faire élire?

PS: À VOS AGENDAS

Le premier dîner d’état de la présidence Trump sera enfin organisé le 24 avril prochain. L’invité d’honneur sera le président français Emmanuel Macron. Donald Trump est le seul président américain qui n’a organisé aucun dîner d’état lors de sa première année passée à la Maison Blanche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.