WEEKLY NEWS FLASH #170

Les Etats-Unis considèrent désormais le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran comme une organisation terroriste. C’est sans doute l’information la plus importante de la semaine. Mais nous vous parlerons aussi de l’arrestation de Julian Assange, du Venezuela, de Cuba et de baseball, sans oublier la candidature historique de Pete Buttigieg à la Maison Blanche. Bonne lecture !

LES ETATS-UNIS DÉSIGNENT LE CORPS DES GARDIENS DE LA RÉVOLUTION ISLAMIQUE COMME UNE ORGANISATION TERRORISTE

Le ton monte entre les Etats-Unis et l’Iran. Cette semaine, le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé que les Etats-Unis avaient décidé de désigner officiellement le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique – une unité d’élite de l’armée iranienne – comme une organisation terroriste.

1

C’est la première fois que les Etats-Unis ajoutent une branche des forces armées d’un autre pays à la liste des organisations qu’ils considèrent comme terroristes. Cette décision fait partie intégrante de la stratégie de « pression maximale » de l’administration Trump vis-à-vis de l’Iran. L’objectif est d’exercer une forte pression économique et politique sur le régime de Téhéran jusqu’à ce que celui-ci modifie son comportement, c’est-à-dire cesse de soutenir divers mouvements terroristes au Moyen-Orient. « Cette action envoie un message clair à Téhéran. Le soutien du régime iranien au terrorisme a de sérieuses conséquences », a déclaré Donald Trump.

L’Iran s’est empressé de répliquer en qualifiant à son tour l’armée américaine d’organisation terroriste.

NB: Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique rejoint une longue liste d’organisations considérées comme terroristes par les Etats-Unis d’Amérique. Depuis 1997, 76 organisations ont été ajoutées à cette liste, dont 28 au Moyen-Orient, 23 en Asie, 12 en Afrique, 7 en Europe et 6 en Amérique du Sud.

2
Les organisations désignées comme terroristes par les Etats-Unis depuis 1997 (Source: Axios)

Apporter une aide quelconque à l’une de ces organisations est considéré comme un crime fédéral passible de 20 ans de prison aux Etats-Unis.

LE TWEET DE LA SEMAINE

3
Traduction: Des drapeaux Trump ont été brandis lors de la célébration de la VICTOIRE de Bibi Netanyahu la nuit dernière !

Nous n’analyserons pas ici le résultat des élections législatives en Israël. Sachez simplement que Benjamin Netanyahu est quasiment assuré d’être reconduit au poste de premier ministre, qu’il occupe depuis déjà dix ans. Donald Trump s’est réjoui de ce résultat et du fait que des supporters de Netanyahu aient brandi des drapeaux de sa campagne électorale de 2016 alors qu’ils fêtaient la victoire de leur candidat.

L’ARRESTATION DE LA SEMAINE

Cela ne vous aura probablement pas échappé. Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a été arrêté à Londres après que l’Équateur l’ait forcé à quitter son ambassade, dans laquelle il résidait depuis plusieurs années. Le Département de la Justice américain devrait réclamer l’extradition d’Assange. Ce dernier est accusé d’avoir aidé le soldat Chelsea Manning à pirater un ordinateur du Pentagone en 2010, afin d’obtenir et de publier sur WikiLeaks des documents classés secret défense relatifs aux guerres d’Afghanistan et d’Irak.

LA VIDÉO DE LA SEMAINE 🇻🇪

Le vice-président américain s’est rendu à New York cette semaine pour représenter son pays lors d’une réunion spéciale du Conseil de Sécurité des Nations Unies consacrée à la situation au Venezuela. Mike Pence a reproché à l’ONU de ne pas réagir face à la souffrance des Vénézuéliens. Il a aussi déclaré que l’organisation devrait retirer son accréditation à l’ambassadeur vénézuélien actuellement en poste et laisser Juan Guaidó en nommer un autre. Mike Pence a tenu ces propos alors même que l’ambassadeur vénézuélien représentant le régime de Nicolas Maduro était présent dans la salle. Il s’est ensuite adressé directement à lui.

With all due respect, Mr. Ambassador, you shouldn’t be here. You should return to Venezuela and tell Nicolas Maduro that his time is up. It’s time for him to go. (Avec tout le respect que je vous dois, Mr. l’Ambassadeur, vous ne devriez pas être là. Vous devriez rentrer au Venezuela et dire à Nicolas Maduro que son heure est venue. Il est temps pour lui de partir)

On vous laisse apprécier la réaction de l’ambassadeur vénézuélien en vidéo.

Par ailleurs, le sénateur de Floride Rick Scott a également prononcé un discours sur le Venezuela cette semaine, dans lequel il a suggéré qu’il était temps d’envisager d’impliquer l’armée américaine dans la livraison d’aide humanitaire au peuple vénézuélien.

There is only one option left to get aid to the people of Venezuela (…) It is becoming clear that we will have to consider the use of American military assets to deliver aid. (Il n’y a plus qu’une seule option pour faire parvenir l’aide humanitaire au peuple du Venezuela (…) Il est de plus en plus clair que nous allons devoir envisager le recours à l’armée américaine pour délivrer l’aide)

Rick Scott n’a pas précisé ce qu’il entendait exactement par là. Comment l’armée américaine s’y prendrait-elle concrètement pour délivrer l’aide humanitaire au Venezuela? En la larguant par avion? Ou bien des camions militaires américains devraient-ils pénétrer sur le territoire vénézuélien pour distribuer les colis à la population? Que se passerait-il si ces convois américains étaient attaqués par l’armée vénézuélienne? Interrogé à ce sujet, Rick Scott a simplement déclaré qu’il fallait faire confiance à l’armée.

You tell them what the mission is and they figure out what they need to do. (Vous leur dites quelle est la mission et ils sauront comment faire)

Notons que, d’après un rapport de l’ONU obtenu par Foreign Policy, de plus en plus de Vénézuéliens manquent de nourriture et n’ont plus accès à l’eau potable, à l’électricité et aux soins de santé. En 2018, seulement 29% des foyers vénézuéliens avaient encore accès à l’eau potable. Le rapport estime que 7 millions de Vénézuéliens (sur une population de 28,8 millions) auraient un besoin urgent d’assistance humanitaire. Le rapport estime également qu’environ 2 millions de Vénézuéliens devraient fuir leur pays en 2019. Un chiffre qui viendra s’ajouter aux 3,4 millions de réfugiés vénézuéliens ayant déjà quitté leur pays ces dernières années.

L’ANNULATION DE LA SEMAINE

L’administration Trump a décidé d’annuler un accord qui avait été passé entre la Ligue de baseball américaine (MLB) et la Fédération cubaine de baseball en décembre dernier. Cet accord prévoyait d’autoriser des joueurs de baseball cubains à venir faire carrière aux Etats-Unis sans avoir à fuir clandestinement leur pays.

Quelques explications s’imposent. Jusqu’ici, un joueur de baseball cubain n’avait pas le droit de signer dans un club américain. La Fédération cubaine le lui interdisait. Les joueurs cubains voulant faire carrière aux Etats-Unis n’avaient ainsi pour seule option que de fuir clandestinement leur pays ou de faire défection lors d’un déplacement à l’étranger. Certains joueurs cubains évoluant aujourd’hui en MLB sont ainsi parvenus aux Etats-Unis en prenant tous les risques et en ayant parfois recours à des passeurs. En fuyant ainsi aux Etats-Unis, ils ont perdu leur résidence à Cuba. Ils ne peuvent pas rentrer pour rendre visite à leur famille et n’auront jamais le droit de rejouer au baseball dans leur pays.

En décembre dernier, la Fédération cubaine, après de longues négociations, avait finalement accepté de signer un accord avec la MLB pour permettre aux joueurs de baseball cubains de pouvoir être transférés dans des clubs américains. Grâce à cet accord, les Cubains voulant jouer aux Etats-Unis n’auraient donc plus été contraints de prendre des risques parfois inconsidérés pour s’y rendre. Toutefois, selon ce même accord, chaque club américain recrutant un joueur cubain aurait dû reverser 25% du montant du transfert à la Fédération cubaine de baseball. Inacceptable pour l’administration Trump. La Maison Blanche – sans doute influencée par plusieurs députés et sénateurs qui critiquaient vivement l’accord depuis sa signature (comme, par exemple, Marco Rubio) – estime que l’argent reversé par les clubs américains à la Fédération cubaine de baseball aurait au final atterri dans les poches du gouvernement cubain. Celui-ci contrôle en effet la Fédération de baseball. La Maison Blanche a donc annoncé que l’accord n’entrerait finalement pas en vigueur.

LA CONFIRMATION DE LA SEMAINE

Les Etats-Unis ont enfin un ambassadeur en Arabie Saoudite. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le poste était vacant depuis le début du mandat de Donald Trump. John Abizaid y a été confirmé par le Sénat (92-7). Il s’agit d’un général expérimenté, ancien commandant du US Central Command.

L’AUTRE CONFIRMATION DE LA SEMAINE

Le Sénat a également confirmé la nomination de David Bernhardt au poste de Secrétaire à l’Intérieur (56-41). Il succède à Ryan Zinke.

LA POLÉMIQUE DE LA SEMAINE

Alors que le nombre de migrants interpellés à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis ne cesse d’augmenter, le Washington Post a rapporté que l’administration Trump envisageait de regrouper les migrants arrêtés dans des bus pour les emmener dans des villes sanctuaires* dirigées par des élus démocrates, notamment San Francisco, fief de la Speaker Nancy Pelosi. Le tollé fut général à la suite de la publication de l’article. L’idée semble totalement absurde. Ne s’agit-il pas de transférer des êtres humains comme du bétail dans le simple but de nuire à des opposants politiques?

*Les villes sanctuaires (sanctuary cities) sont des municipalités qui ont pour politique de ne pas dénoncer les immigrants en situation irrégulière aux services fédéraux de l’immigration.

La Maison Blanche a rapidement démenti. Elle a affirmé dans un communiqué officiel que l’idée avait simplement été évoquée mais très vite abandonnée. Et pourtant, le lendemain, le président Trump affirmait sur Twitter qu’en réalité, il envisageait toujours bel et bien de mettre ce plan quelque peu farfelu à exécution.

4
Traduction: En raison du fait que les Démocrates ne veulent pas changer nos lois très dangereuses relatives à l’immigration, nous sommes en effet, comme cela a été rapporté, en train d’envisager sérieusement de placer des immigrants illégaux uniquement dans les villes sanctuaires… La gauche radicale semble toujours avoir des frontières ouvertes, une politique des bras ouverts – donc ceci devrait les rendre très heureux !

…..

LE SONDAGE DE LA SEMAINE

Pour comprendre pourquoi Donald Trump pourrait être réélu en 2020, il suffit de regarder le résultat du sondage ci-dessous (Tarrance Group/Lake Research). It’s the economy, stupid.

5

Près de 60% des Américains sont satisfaits du bilan de Donald Trump en termes d’économie et d’emploi. La politique du président dans d’autres domaines est jugée moins convaincante, tout comme sa personnalité et certains de ses comportements. Mais combien d’électeurs américains seront-ils prêts à le réélire s’ils estiment que la situation économique du pays et/ou leur situation économique personnelle s’est améliorée au cours de son mandat? L’économie et l’emploi ont un impact direct sur la vie de tous les citoyens, y compris de ceux qui ne suivent pas la politique de près et ne sont pas forcément au courant de tout ce qu’il se passe à Washington. Bref, si Donald Trump fait campagne sur la bonne santé économique du pays, il semble avoir toutes ses chances d’être réélu.

LE RAPPORT MUELLER ARRIVE…

Préparez-vous. Lors d’une audition au Congrès, le ministre de la Justice William Barr a indiqué que le rapport Mueller serait rendu public « d’ici une semaine ». Il s’agira d’une version expurgée, accessible aussi bien aux membres du Congrès qu’au grand public. Certaines parties du texte seront illisibles, soit pour des raisons légales (informations recueillies devant un grand jury et ne pouvant légalement pas être divulguées), soit pour des raisons de sécurité nationale (informations classifiées) ou encore dans le cas d’informations liées à des enquêtes toujours en cours.

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

Lors de l’audition de William Barr, le sénateur républicain Lindsey Graham a déclaré ceci au sujet du président Trump et du rapport Mueller:

You cannot possibly be surprised that President Trump would claim exoneration without having read anything. (Il est impossible que vous soyez surpris que le Président Trump ait crié à l’exonération totale sans avoir encore rien lu)

Incroyable.

ROAD TO 2020

Cette semaine, Pete Buttigieg est devenu le premier homme ouvertement gay de l’histoire à annoncer sa candidature à l’élection présidentielle américaine. Eric Swalwell a également rejoint la liste des candidats déclarés.

  • Pete Buttigieg est officiellement candidat à l’élection présidentielle de 2020

6

Pete Buttigieg est un vétéran de la guerre en Afghanistan et est aujourd’hui maire de la ville de South Bend, en Indiana. Il avait déjà annoncé la création d’un comité exploratoire. Cette semaine, il est passé à l’étape suivante en annonçant officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2020. Buttigieg devient ainsi le premier homme ouvertement gay à briguer la présidence des Etats-Unis. Une candidature historique !

  • Eric Swalwell est candidat à l’élection présidentielle de 2020

Eric Swalwell, député de Californie, a également annoncé sa candidature à la présidence. Il a indiqué qu’il avait l’intention de mettre la réforme de la législation sur les armes à feu au cœur de sa campagne électorale.

  • Le chiffre de la semaine

18. Il y a désormais 18 candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020. Les Démocrates battent ainsi le record historique de 17 candidats à la présidence, précédemment établi par les Républicains en 2016. Et ce n’est probablement pas fini. Joe Biden n’a par exemple pas encore annoncé officiellement sa candidature.

✅John Delaney

✅Andrew Yang

✅Tulsi Gabbard

✅Julián Castro

✅Kamala Harris

✅Marianne Williamson

✅Cory Booker

✅Elizabeth Warren

✅Amy Klobuchar

✅Bernie Sanders

✅Jay Inslee

✅John Hickenlooper

✅Beto O’Rourke

✅Kirsten Gillibrand

✅Wayne Messam

✅Tim Ryan

✅Eric Swalwell

✅Pete Buttigieg

  • Les activistes démocrates les plus actifs sur Twitter ne sont pas représentatifs de l’ensemble de l’électorat démocrate

C’est la conclusion fondamentale d’un article du New York Times (à consulter ici). À ne pas oublier lorsque l’on passe beaucoup de temps sur Twitter. Ce réseau social est certes un outil formidable pour s’informer, mais il faut garder à l’esprit que tous les Américains sont loin de l’utiliser et surtout, que ce sont les personnes les plus engagées qui ont tendance à beaucoup s’y exprimer. Ainsi, par exemple, 29% seulement des Démocrates actifs sur Twitter se déclarent modérés ou conservateurs, alors que 53% des autres Démocrates se décrivent ainsi.

  • ❓❓❓

En parlant de Twitter… Terry McAuliffe, ex-gouverneur démocrate de Virginie, y a partagé cette photo cette semaine. Si quelqu’un a une explication, qu’il nous contacte.

7

  • Joe Manchin apporte son soutien à Susan Collins

Le sénateur démocrate Joe Manchin a apporté son soutien cette semaine à sa collègue républicaine Susan Collins, qui jouera sa réélection en 2020. Il a même déclaré qu’il serait prêt à faire campagne pour elle !

MEANWHILE, IN OHIO…

Une loi interdisant l’avortement à partir du moment où les battements de cœur du fœtus peuvent être détectés par un médecin va entrer en vigueur en Ohio. Il faut savoir que les battements de cœur du fœtus peuvent généralement être détectés dès la sixième semaine de grossesse. Certaines femmes ignorent alors encore qu’elles sont enceintes. Pour les détracteurs de cette loi, il s’agit donc d’une restriction très importante et inacceptable du droit à l’avortement. L’ancien gouverneur républicain de l’Ohio, John Kasich, avait d’ailleurs opposé son veto à cette loi à deux reprises après qu’elle ait été adoptée par le parlement de l’état. Mais le nouveau gouverneur, Mike DeWine, lui aussi républicain, a accepté de la signer.

Des lois semblables, surnommées heartbeat bills, devraient bientôt être adoptées dans d’autres états américains, notamment en Géorgie et au Mississippi. Elles seront certainement contestées devant les tribunaux par des plaignants estimant qu’elles ne sont pas compatibles avec le droit à l’avortement tel qu’il a été reconnu par la Cour Suprême des Etats-Unis en 1973 (arrêt Roe v. Wade). Au final, l’affaire pourrait de nouveau parvenir jusqu’à la Cour Suprême. Les activistes anti-avortement ne cachent pas qu’ils espèrent que la plus haute juridiction du pays reviendrait dans ce cas sur son arrêt Roe v. Wade.

LE CARNET ROSE DE LA SEMAINE

Terminons par le carnet rose de la semaine. Donald Trump sera bientôt grand-père pour la dixième fois ! Son fils Eric Trump a en effet annoncé que son épouse attendait leur deuxième enfant. La naissance est prévue au mois d’août.

8

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.