WEEKLY NEWS FLASH #189

Cette semaine fut celle à l’issue de laquelle nous pensons pouvoir définitivement affirmer que la réalité a dépassé la fiction. What a time to be alive.

L’ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE

1

Le sommet du G7 à Biarritz. Il a débuté samedi et n’est pas encore terminé. Les chefs d’état discutent beaucoup mais aucune mesure concrète n’a été annoncée pour l’instant.

Mentionnons tout de même l’initiative assez osée du président français Emmanuel Macron, qui a organisé une visite surprise du ministre iranien des Affaires Étrangères sans en informer au préalable ses homologues. Si l’objectif de la manœuvre était de provoquer une rencontre entre Mohamed Javad Zarif et le président Trump, cela n’a pas fonctionné. Zarif est resté quelques heures à Biarritz et s’est entretenu avec Macron, le ministre français des Affaires Étrangères Jean-Yves Le Drian et des membres des délégations allemandes et britanniques. Donald Trump a déclaré qu’il ne pouvait pas empêcher ses homologues de parler avec qui bon leur semblait. « S’ils veulent discuter, ils peuvent discuter », a-t-il déclaré.

Les Américains n’auront sans doute guère apprécié l’initiative d’Emmanuel Macron. L’ancienne ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Nikki Haley, a qualifié l’attitude du président français de « totalement irrespectueuse » dans un tweet.

2
Traduction: Ceci est totalement irrespectueux envers Donald Trump et les autres leaders du G7. L’Iran soutient le terrorisme à la moindre occasion et continue de poursuivre sa politique du « Mort à l’Amérique ». C’est manipulateur de la part de Macron d’agir ainsi et pas du tout sincère. Ce n’est pas la manière dont un ami se comporte.

LE TWEET DE LA SEMAINE

D’après Donald Trump, ses homologues du G7 ne cessent de lui demander pourquoi les médias américains souhaitent l’échec des Etats-Unis. Est-ce vrai? Nous avons quelques doutes…

3
Traduction: La question que les autres leaders mondiaux, qui pensent que les Etats-Unis se portent très bien et sont plus forts que jamais, m’ont le plus souvent posée aujourd’hui est, « Mr. le Président, pourquoi les médias américains haïssent tant votre pays? Pourquoi espèrent-ils son échec? »

Venons-en maintenant à tout ce que Donald Trump avait déjà dit et fait AVANT d’arriver au G7. Inspirez un bon coup avant de lire ce qui suit.

DONALD TRUMP ANNULE UN DÉPLACEMENT AU DANEMARK PARCE QUE LA PREMIÈRE MINISTRE DANOISE ESTIME QUE SON IDÉE D’ACHETER LE GROENLAND EST « ABSURDE »

La semaine dernière, nous vous parlions du scoop du Wall Street Journal selon lequel le président Trump aurait évoqué lors de plusieurs réunions la possibilité pour les Etats-Unis d’acheter le Groenland. Nous vous expliquions aussi que cette idée était loin d’être absurde stratégiquement parlant, mais qu’elle semblait toutefois irréalisable dans le monde actuel puisque les grandes puissances n’ont plus guère l’occasion de s’échanger des territoires sans demander l’avis des populations locales. De plus, le gouvernement autonome du Groenland avait rapidement annoncé que l’île n’était pas à vendre.

Cette semaine, le président Trump a d’abord confirmé qu’il était intéressé par l’achat du Groenland, tout en ajoutant qu’il ne s’agissait pas de sa « priorité n°1 ». Il a ensuite publié cette photo sur son compte Twitter, accompagnée du texte suivant: « Je promets de ne pas faire cela au Groenland! ».

4

Pendant ce temps-là, interrogée par la presse de son pays, la première ministre danoise Mette Frederiksen déclarait que le Danemark n’avait aucune intention de vendre le Groenland et que l’idée de Donald Trump d’acheter l’île était « absurde ».

Le président Trump a ensuite annoncé à la surprise générale qu’il annulait une visite au Danemark, prévue pour le week-end du 1er septembre.

5
Traduction: Le Danemark est un pays très spécial avec des habitants incroyables, mais à cause des commentaires de la première ministre Mette Frederiksen, selon lesquels elle n’est pas intéressée par des discussions au sujet de l’achat du Groenland, je vais reporter notre rencontre prévue dans deux semaines à une autre fois…

La première ministre danoise a déclaré qu’elle avait été surprise par l’annulation de la visite et qu’elle la regrettait. Face à des journalistes, Donald Trump s’est justifié en affirmant que Mette Frederiksen avait manqué de respect aux Etats-Unis en qualifiant son idée d’acheter le Groenland d’ « absurde ».

She shouldn’t treat the United States that way. She said « absurd ». That’s not the right word to use. (Elle ne devrait pas traiter les Etats-Unis ainsi. Elle a dit « absurde ». Ce n’est pas un mot adéquat)

Flashback (juste pour le fun). Toute cette histoire nous a rappelé cette déclaration de Ted Cruz lors de la campagne pour les primaires républicaines, en février 2016.

I don’t know anyone who would be comfortable with someone who behaves this way having his finger on the button. I mean, we’re liable to wake up one morning and Donald, if he were president, would have nuked Denmark. (Je ne comprends pas comment quiconque peut se sentir à l’aise à l’idée que quelqu’un qui se comporte de cette façon puisse avoir le bouton nucléaire à portée de main. Je veux dire, nous sommes susceptibles de nous réveiller un matin et Donald, s’il était président, aurait envoyé une bombe nucléaire sur le Danemark)

DONALD TRUMP « ORDONNE » AUX ENTREPRISES AMÉRICAINES D’ARRÊTER DE PRODUIRE EN CHINE ET SE DEMANDE SI LE PRÉSIDENT DE LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE N’EST PAS UN PIRE ENNEMI QUE XI JINPING

Vendredi, la Chine a annoncé qu’elle allait mettre en place de nouvelles taxes sur un certain nombre de produits américains, notamment les voitures américaines. En guise de réplique, Donald Trump a publié une série de tweets dans laquelle il écrivait ceci: « J’ordonne par la présente à nos grandes entreprises américaines de commencer immédiatement à trouver une alternative à la Chine, y compris rapatrier vos entreprises À LA MAISON et fabriquer vos produits aux Etats-Unis ». Autrement dit, le président américain a ordonné aux entreprises américaines de cesser toute activité de production en Chine, alors qu’il ne dispose évidemment pas d’un tel pouvoir. Ses paroles ont semé le trouble sur les marchés financiers. Le Dow Jones a rapidement chuté de 600 points. Et on n’ose imaginer comment le Parti Républicain aurait réagi si un président démocrate s’était permis de donner des ordres à des entreprises privées…

Un peu plus tôt, le président Trump avait déjà critiqué le patron de la banque centrale américaine, Jay Powell, qui avait indiqué que l’incertitude engendrée par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine était en partie responsable de l’inquiétude récente sur les marchés financiers. Donald Trump n’a pas hésité à se demander à haute voix sur Twitter si Powell n’était pas un pire ennemi que Xi Jinping pour les Etats-Unis.

6
Traduction: Ma seule question est, qui est notre plus grand ennemi, Jay Powell ou le Président Xi?

Donald Trump a également annoncé que les taxes déjà existantes sur certains produits chinois passeraient de 25% à 30% à partir du 1er octobre, alors que celles qui doivent être mises en place sur d’autres produits à partir du 15 décembre seraient de 15% au lieu des 10% initialement annoncés.

PS: Parce qu’il devient très difficile de s’y retrouver dans cette guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine, voici un tableau récapitulatif bien utile de toutes les mesures déjà prises par les deux pays. Merci GZERO Media 👍

900

DONALD TRUMP AFFIRME QUE LES JUIFS QUI VOTENT POUR LE PARTI DÉMOCRATE SONT SOIT INCULTES SOIT DÉLOYAUX

Le président a critiqué les Juifs américains qui votent pour le Parti Démocrate (c’est-à-dire la grande majorité d’entre eux), affirmant qu’ils font ainsi preuve « d’un manque total de connaissances ou d’une grande déloyauté ». L’Anti-Defamation League, principale organisation de défense des Juifs aux Etats-Unis, a appelé le président à s’excuser.

DONALD TRUMP DÉCLARE QU’IL EST L’ÉLU EN REGARDANT VERS LE CIEL

Alors qu’il évoquait la guerre commerciale en cours avec la Chine face à des journalistes sur la pelouse de la Maison Blanche, le président a déclaré que cette guerre était nécessaire et qu’il ne faisait que faire ce que ses prédécesseurs auraient dû faire depuis longtemps. Il a alors brièvement regardé le ciel et déclaré:

Somebody had to do it. I am the chosen one. (Quelqu’un devait le faire. Je suis l’élu)

D’APRÈS AXIOS, DONALD TRUMP AURAIT SUGGÉRÉ LORS DE PLUSIEURS RÉUNIONS D’UTILISER LA BOMBE ATOMIQUE POUR EMPÊCHER LES OURAGANS D’ATTEINDRE LES ETATS-UNIS

Axios affirme que le président Trump aurait suggéré au cours de plusieurs réunions d’utiliser la bombe atomique pour stopper les ouragans avant qu’ils n’atteignent les côtes américaines. Ces réunions rassemblant des membres du Conseil à la Sécurité Nationale du président et des membres du Département de la Sécurité Intérieure se seraient déroulées début 2018. Les interlocuteurs du président auraient été « stupéfaits » par ses remarques. Celles-ci n’auraient – ce qui n’est guère étonnant – débouché sur aucune mesure concrète.

D’après l’une des sources bien informées ayant parlé à Axios sous couvert d’anonymat, le président Trump aurait notamment déclaré quelque chose ressemblant à ceci lors d’un briefing:

I got it. I got it. Why don’t we nuke them? They start forming off the coast of Africa, as they’re moving across the Atlantic, we drop a bomb inside the eye of the hurricane and it disrupts it. Why can’t we do that? (Je comprends. Je comprends. Pourquoi n’utilisons-nous pas la bombe atomique? Ils se forment au large de la côte de l’Afrique, pendant qu’ils bougent au-dessus de l’Atlantique, on lâche une bombe à l’intérieur de l’œil de l’ouragan et cela le perturbe. Pourquoi ne pouvons-nous pas faire cela?)

Donald Trump a qualifié l’article d’Axios de fake news.

L’AFFICHE DE LA SEMAINE

9

Cette affiche est apparue dans le People’s Daily, le journal du Parti Communiste chinois. Elle imite le look mondialement connu du magazine américain TIME. On y reconnaît les photos de plusieurs politiciens américains qui ont apporté leur soutien aux manifestants de Hong Kong, comme le vice-président Mike Pence, le Secrétaire d’Etat Mike Pompeo, la Speaker Nancy Pelosi et les sénateurs Mitt Romney, Marco Rubio et Tom Cotton. Les photos sont barrées du titre « Stop the noise » (Cessez de faire du bruit), en anglais. Curieusement, la photo de Donald Trump n’apparaît pas sur l’affiche. Comme nous vous l’indiquions la semaine dernière, le président américain n’a pas apporté de réel soutien aux manifestants hongkongais, contrairement à l’immense majorité de la classe politique américaine.

ROAD TO 2020

Cette semaine, deux candidats démocrates à la présidence se sont retirés de la course et Joe Walsh a annoncé qu’il était candidat aux primaires républicaines.

  • Jay Inslee et Seth Moulton mettent un terme à leurs campagnes pour l’élection présidentielle

Le gouverneur de l’état de Washington Jay Inslee et le député Seth Moulton ne sont plus candidats à l’élection présidentielle.

Jay Inslee, qui avait axé sa campagne autour de l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique, a annoncé qu’il jetait l’éponge malgré les nombreux dons récoltés depuis sa bonne performance lors du dernier débat. Ces dons lui ont permis d’atteindre les 130,000 donateurs nécessaires pour se qualifier au prochain débat, mais il n’aurait pas réussi à remplir le second critère de qualification, à savoir être crédité d’au moins 2% des voix dans quatre sondages différents. Inslee a annoncé qu’il n’avait pas l’intention d’apporter son soutien à l’un de ses anciens adversaires pour l’instant. Il a aussi annoncé qu’il serait candidat à sa réélection au poste de gouverneur lors des prochaines élections.

Seth Moulton n’avait quant à lui pas réussi à se qualifier aux deux premiers débats. Sa campagne n’avait jamais décollé.

  • John Hickenlooper annonce sa candidature au Sénat

L’ancien gouverneur du Colorado avait annoncé la fin de sa campagne pour l’élection présidentielle la semaine dernière. Cette semaine, il a annoncé qu’il allait désormais faire campagne pour le Sénat. S’il remporte la primaire démocrate (ce qui ne devrait pas poser problème), il sera opposé au sénateur républicain sortant Cory Gardner.

  • Joe Walsh défie Donald Trump

Donald Trump n’avait jusqu’ici qu’un seul adversaire déclaré aux primaires républicaines: Bill Weld. Il en a désormais un deuxième: Joe Walsh. Et peut-être bientôt un troisième puisque l’ex-gouverneur de Caroline du Sud Mark Sanford a déclaré qu’il envisageait également de se présenter.

Joe Walsh est un ancien député de l’Illinois à la Chambre des Représentants. Il avait été élu à ce poste en 2010, lors de la vague de mobilisation du mouvement conservateur du Tea Party. Il avait échoué à se faire réélire en 2012.

Joe Walsh est une figure controversée puisqu’il fut l’auteur de plusieurs déclarations polémiques au cours de son mandat. Il avait notamment défendu la thèse totalement infondée selon laquelle Barack Obama était musulman. Joe Walsh s’est depuis excusé et assure qu’il regrette. Bien qu’il ait voté pour Donald Trump en 2016, il ne cesse de le critiquer sur Twitter depuis le sommet d’Helsinki (lors duquel le président Trump avait déclaré qu’il croyait Vladimir Poutine lorsque celui-ci affirmait que la Russie n’avait pas mené de campagne d’ingérence lors de la campagne électorale américaine).

Joe Walsh affirme aujourd’hui qu’il faut à tout prix empêcher la réélection de Donald Trump. Il a annoncé sa candidature aux primaires républicaines ce dimanche, affirmant sur un plateau télé que Donald Trump est « inapte » à exercer la fonction de président.

  • Le sondage de la semaine

D’après un sondage NBC News/Wall Street Journal, seulement 36% des Américains ont apprécié la façon dont le président Trump a réagi aux récentes fusillades de masse d’El Paso et de Dayton.

10

  • La vidéo de la semaine

Voici la toute première publicité électorale de Joe Biden. Elle sera notamment diffusée en Iowa.

  • Marianne Williamson veut créer un « Ministère de la Paix »

La candidate à la présidence a dévoilé une proposition consistant à créer un nouveau Département de la Paix. À lire sur son site web pour ceux que cela intéresse: https://www.marianne2020.com/issues/us-department-of-peace-plan

11

  • Qui se souvient de Lincoln Chafee?

Vous souvenez-vous de Lincoln Chafee, le candidat aux primaires démocrates de 2016 qui voulait notamment que les Etats-Unis adoptent le système métrique?

Après avoir été successivement membre du Parti Républicain, puis Indépendant, puis membre du Parti Démocrate, Chafee est désormais membre du Parti Libertarien. Un article du Daily Beast nous apprend qu’il a rejoint ce parti depuis qu’il a déménagé dans le Wyoming et qu’il serait même prêt à accepter d’être le candidat libertarien à l’élection présidentielle de 2020, si les adhérents du parti veulent bien lui accorder leur confiance. Il faut savoir que le Parti Libertarien désigne son candidat à la présidence lors d’une convention et non via des primaires comme le Parti Démocrate et le Parti Républicain. Cette convention aura lieu l’été prochain.

EN BREF…

L’ex-porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders rejoint Fox News. Elle interviendra notamment régulièrement lors de l’émission matinale Fox & Friends, l’une des émissions favorites du président Trump.

L’autre ancien porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, va quant à lui participer à la prochaine saison de l’émission Dancing with the Stars.

LE DÉCÈS DE LA SEMAINE

Le milliardaire David Koch est décédé. Il avait 79 ans. David et son frère Charles ont fait fortune à la tête du conglomérat industriel Koch Industries. Au mois de mars, ils étaient classés à la onzième place du classement des hommes les plus riches du monde du magazine Forbes. Leur fortune s’élèverait à plus de 50 milliards de dollars.

Les frères Koch sont aussi connus pour leur activisme politique et leurs dons réguliers et très importants au Parti Républicain et à de nombreux candidats républicains aux élections. En 2016, ils avaient toutefois refusé d’apporter leur soutien à Donald Trump.

David Koch avait lui-même été candidat à l’élection présidentielle de 1980, sous les couleurs du Parti Libertarien. Il avait recueilli 1% des voix.

L’HOMMAGE DE LA SEMAINE

John McCain nous a quittés il y a exactement 1 an. Joe Biden fait partie de ceux qui lui ont rendu hommage sur Twitter.

12
Traduction: Il y a un an, nous avons perdu un véritable patriote, un héros, et pour moi – un ami. Le caractère, le courage et l’honneur de John McCain ont fait de lui un géant. Sa croyance profonde et inébranlable en l’âme de l’Amérique et en nos valeurs nous a tous inspirés et a donné de l’espoir au monde. Il me manque chaque jour.

[MESSAGE DE SERVICE]

Nous allons bientôt prendre quelques jours de vacances et nous ne publierons donc pas de Weekly News Flash lundi prochain. Rendez-vous le 9 septembre pour un récap’ de 15 jours.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.