PETE BUTTIGIEG, UN NOUVEAU DÉPART POUR L’AMÉRIQUE?

Pete Buttigieg (prononcez Boot-edge-edge) est le benjamin des nombreux candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020. Portrait d’un surdoué qui pourrait devenir à la fois le plus jeune président des Etats-Unis jamais élu et le premier homosexuel à accéder à la Maison Blanche.

SA CARRIÈRE POLITIQUE EN UN COUP D’OEIL

Maire de South Bend, Indiana (depuis 2012)

SON PARCOURS

Peter Paul Montgomery Buttigieg est né le 19 janvier 1982 à South Bend, une ville d’un peu plus de 100,000 habitants située dans le nord de l’Indiana. Il est fils unique. Son père est originaire de Malte. Après avoir émigré aux Etats-Unis, il est devenu professeur de littérature à l’Université Notre Dame, dont le campus est situé tout près de South Bend. Il transmettra à son fils son amour pour la littérature. La mère de Pete est également enseignante.

Les parents de Pete sont catholiques. Le jeune homme est donc élevé dans la foi catholique et fréquente des écoles catholiques. Il se convertira au protestantisme lorsqu’il étudiera à l’Université d’Oxford. Aujourd’hui épiscopalien, il affirme que sa foi chrétienne joue un rôle important dans sa vie et n’hésite pas à critiquer les politiciens républicains qui utilisent l’argument de la foi chrétienne pour justifier leur opposition au mariage entre personnes de même sexe. Pete Buttigieg rappelle régulièrement que son homosexualité n’est pas un choix. D’après lui, si les homosexuels existent, c’est que Dieu l’a voulu. Lors d’un récent discours qui n’est pas passé inaperçu, le maire de South Bend a d’ailleurs fait référence au vice-président Mike Pence – dont l’opposition au mariage homosexuel est bien connue –  et a affirmé que:

If you have a problem with who I am, your problem is not with me. Your quarrel, sir, is with my creator. (Si vous avez un problème avec ce que je suis, ce n’est pas avec moi que vous avez un problème. C’est avec mon créateur, Monsieur, que vous avez un problème)

À l’école, le jeune Pete est un élève particulièrement brillant. Il participe par exemple à un concours pour lycéens organisé par la JFK Library. Les lycéens de tout le pays sont appelés à écrire une rédaction présentant une personnalité dont ils admirent le courage. Pete rédige un texte consacré au courage politique et à l’intégrité d’un certain Bernie Sanders, à l’époque député du Vermont à la Chambre des Représentants et l’un des deux seuls élus indépendants du Congrès. Pete remporte le premier prix du concours pour sa rédaction. Il se rend à Boston pour recevoir sa récompense. Il a l’honneur de rencontrer à cette occasion plusieurs membres de la famille du président Kennedy.

Plus tard, Pete étudie l’histoire et la littérature à Harvard. Il est diplômé en 2004, avec grande distinction. Il est ensuite sélectionné pour un Rhodes Scholarship* et prend donc la direction de l’Université d’Oxford, en Angleterre, où il étudie la philosophie, la science politique et l’économie.

*Le Rhodes Scholarship est un prestigieux programme international organisé par l’Université d’Oxford, en Angleterre. Depuis 1902, il permet à des étudiants étrangers particulièrement brillants et triés sur le volet de venir compléter leur cursus universitaire à Oxford.

Il est sans doute pertinent de noter ici que Pete Buttigieg parle huit langues. Outre l’anglais, il est capable de s’exprimer en français, en espagnol, en italien, en maltais (Malte étant le pays d’origine de son père), en norvégien (langue qu’il a décidé d’étudier parce que son écrivain préféré est norvégien et qu’il voulait être capable de lire ses ouvrages en version originale!), en arabe et en dari (une variation du persan parlée essentiellement en Afghanistan). Pete Buttigieg joue également très bien du piano.

En 2007, après avoir obtenu son diplôme d’Oxford, Pete Buttigieg rentre aux Etats-Unis. Il est embauché par l’entreprise McKinsey&Company. Il fait aussi quelques heures supplémentaires en tant que bénévole au sein de l’équipe de campagne de Barack Obama, alors candidat démocrate à l’élection présidentielle de 2008. Mais son emploi confortable d’homme d’affaires chez McKinsey ne semble pas vraiment plaire à Pete. Désireux de servir son pays, il change rapidement radicalement de voie en s’engageant dans l’armée. Il intègre la U.S. Navy en 2009. Il en restera membre jusqu’en 2017. Il sera déployé pour une mission de sept mois en Afghanistan en 2014.

2
Pete Buttigieg en Afghanistan, 2014

En 2011, Pete Buttigieg est élu au poste de maire de sa ville natale, South Bend. Il n’a que 29 ans. Toujours membre de l’armée, il est déployé en Afghanistan en 2014. Son adjoint exercera les fonctions de maire durant son absence.

En juin 2015, quelques mois après son retour d’Afghanistan – et alors que son premier mandat de maire touche à sa fin -, Pete Buttigieg décide de faire son coming out dans une carte blanche publiée par le quotidien de sa ville, le South Bend Tribune. Dans ce texte, le maire révèle non seulement son homosexualité à ses administrés, mais il avoue également qu’il a longtemps eu du mal à l’accepter.

It took years of struggle and growth for me to recognize that it’s just a fact of life, like having brown hair, and part of who I am. (Il m’a fallu des années de lutte et d’évolution pour reconnaître que ceci est juste un fait de la vie, comme avoir les cheveux bruns, et que cela fait partie de mon identité)

La révélation de son homosexualité n’empêchera pas Pete Buttigieg d’être largement réélu au poste de maire quelques mois plus tard. Il remporte alors 80% des voix.

En janvier 2017, Pete Buttigieg annonce qu’il est candidat au poste de président du Parti Démocrate. Les adhérents du parti doivent en effet élire le successeur de Debbie Wasserman-Schultz, qui a été très critiquée au cours de la campagne électorale pour la présidentielle de 2016. Ses détracteurs l’accusent notamment d’avoir tout fait pour favoriser Hillary Clinton durant le processus des primaires. Pete Buttigieg n’est alors que le maire inconnu d’une ville de l’Indiana. Il fait donc figure d’outsider face aux deux autres candidats à la succession de Wasserman-Schultz: Tom Perez, ancien ministre du Travail de Barack Obama – qui finira par l’emporter – et Keith Ellison, député à la Chambre des Représentants. Il reçoit toutefois le soutien de l’ancien gouverneur du Maryland et candidat à l’élection présidentielle de 2016 Martin O’Malley*, de l’ancien président du Parti Démocrate Howard Dean et de plusieurs élus du Congrès. Même s’il ne remporte pas cette élection au poste de président du Parti Démocrate, sa candidature permet à Pete Buttigieg de se faire connaître au niveau national. C’est à ce moment-là que la presse américaine commence à s’intéresser à lui et à le présenter comme l’un des grands espoirs de son parti.

*Bien qu’il ait soutenu Pete Buttigieg lors de sa campagne pour devenir président du Parti Démocrate, Martin O’Malley a choisi d’apporter son soutien à Beto O’Rourke pour l’élection présidentielle de 2020.

En décembre 2017, le maire de South Bend annonce qu’il a trouvé l’amour et qu’il est désormais fiancé à Chasten Glezman, un enseignant de huit ans son cadet. Les deux hommes se sont rencontrés en août 2015 via l’application de rencontres en ligne Hinge. L’histoire est assez cocasse. En tant que maire, Pete Buttigieg semblait vouloir éviter de se faire draguer par des habitants de sa ville sur un site de rencontres. Il s’était donc inscrit sur Hinge en tant que personne cherchant à faire des rencontres dans la région de Chicago (ndlr: Chicago est située à environ 150 kilomètres de South Bend). Et cela a fonctionné. Après avoir eu un coup de cœur pour Pete Buttigieg sur l’application Hinge et avoir parlé à plusieurs reprises avec lui au téléphone, Chasten Glezman s’est déplacé jusqu’à South Bend pour le rencontrer en personne. Les deux hommes ne se sont plus quittés.

3

Pete et Chasten se sont mariés en juin 2018 et Chasten Glezman se fait désormais appeler Chasten Buttigieg. Il a mis sa carrière d’enseignant entre parenthèses pour faire campagne aux côtés de son époux.

Dans un portrait qui lui a été consacré par le Washington Post, on apprend que Chasten Buttigieg a été victime de harcèlement durant toute son enfance parce qu’il était « différent » et n’avait pas les mêmes centres d’intérêt que les autres garçons de son âge. Il a ensuite été rejeté par les membres de sa propre famille lorsqu’il leur a révélé son homosexualité à l’âge de 18 ans. Contraint de quitter le domicile familial, il a passé de nombreuses nuits dans sa voiture sur le parking du campus de son université. Au bout de quelques mois, sa mère l’a finalement recontacté pour lui demander de rentrer à la maison. Les choses se sont depuis arrangées entre Chasten et ses parents, qui ont fini par accepter son homosexualité. Ils ont même assisté à son mariage. Chasten affirme toutefois que ses relations avec ses deux frères sont beaucoup plus compliquées. L’un d’entre eux est pasteur dans une église du Michigan. Il affirme qu’il aime son frère mais qu’il ne peut pas « approuver le style de vie gay ».

Depuis le début de sa campagne électorale, Pete Buttigieg répète qu’il ne veut pas être réduit à l’étiquette de « candidat homosexuel » ou de « potentiel premier président gay des Etats-Unis ». Même s’il évoque parfois le thème de l’homosexualité, il est loin de le placer au cœur de tous ses discours. Difficile cependant d’ignorer l’avancée historique que représente sa candidature pour de nombreux homosexuels américains. L’image d’un baiser échangé par Pete Buttigieg et son mari à la fin d’un meeting a notamment été qualifiée de « tournant historique » dans la presse.

4

Cette image pourrait presque être considérée comme le symbole de l’évolution phénoménale des mentalités aux Etats-Unis au cours des quinze dernières années. Rappelons qu’en 2008, tous les candidats à l’élection présidentielle, y compris Barack Obama, se disaient encore opposés au mariage entre personnes de même sexe. D’après les chiffres du Pew Research Center, 60% des Américains étaient opposés au mariage homosexuel en 2004. Aujourd’hui, en 2019, 61% des Américains s’y disent favorables, alors que seulement 31% d’entre eux s’y déclarent encore opposés. Le mariage homosexuel a été rendu légal au niveau fédéral aux Etats-Unis par un arrêt de la Cour Suprême de juin 2015 (ndlr: il était déjà légal depuis plusieurs années dans certains états).

Pete Buttigieg n’ignore pas l’impact symbolique important de sa candidature et l’espoir qu’elle suscite au sein de la communauté homosexuelle. Il a d’ailleurs reconnu avoir reçu des messages émouvants de la part de nombreux citoyens qui n’auraient jamais cru voir un jour un homosexuel faire campagne pour la présidence sans que cela ne suscite un grand nombre de réactions hostiles.

We’re conscious, of course, of what it means. You can see it in some of the people who come to our events, either for an LGBT kid who’s trying to figure out where to fit in or a lot of older gay people who just never could have imagined that it would be possible to run, let alone to have a shot. (Nous sommes bien sûr conscients de ce que cela représente. Nous le voyons avec certaines des personnes qui viennent assister à nos meetings, que ce soit un enfant LGBT qui essaye de comprendre comment s’intégrer ou que ce soient de nombreux homosexuels plus âgés qui n’auraient tout simplement jamais imaginé qu’il serait un jour possible pour un homosexuel d’être candidat à la présidence, et encore moins d’avoir une chance de l’emporter)

Pete Buttigieg et son mari ont malheureusement aussi reçu plusieurs lettres de menaces au caractère homophobe. Quelques personnes ont également perturbé l’un des meetings du maire de South Bend en hurlant qu’il devrait se repentir. Cependant, globalement, la candidature de Buttigieg ne suscite guère l’hostilité et elle n’a pour l’instant pas provoqué de grand débat national pour savoir s’il serait acceptable d’élire un homosexuel à la Maison Blanche. Comme si, pour la majorité des Américains, la question n’avait même plus besoin d’être posée.

En février 2019, peu avant d’annoncer sa candidature à la présidence, Pete Buttigieg a publié son autobiographie, intitulée Shortest Way Home. Le livre s’est classé dans la liste des bestsellers du New York Times.

Fun fact. Pete et Chasten Buttigieg ont adopté deux chiens dans un refuge. L’un d’entre eux était semble-t-il battu par ses anciens propriétaires et est borgne. Les deux chiens se nomment Truman et Buddy.

5

L’ANNONCE DE SA CANDIDATURE

Pete Buttigieg a annoncé sa candidature à la présidence le 14 avril 2019.

Logo de campagne

6

Slogan de campagne

A Fresh Start for America (Un nouveau départ pour l’Amérique)

Site web officiel

www.peteforamerica.com

Compte Twitter

@PeteButtigieg

SON IDÉE ORIGINALE

(Note aux lecteurs: Dans nos portraits des candidats à l’élection présidentielle de 2016, nous avions résumé le programme électoral de chaque candidat. Cette année, nous avons décidé de ne pas en faire autant. Vu le nombre très élevé de candidats, cela nous prendrait tout simplement beaucoup trop de temps. Nous comptons sur votre compréhension et nous vous rappelons que, si un candidat vous paraît particulièrement intéressant, il n’est pas très compliqué de vous rendre vous-mêmes sur son site web pour en savoir plus sur son programme. D’autre part, si vous désirez comparer les positions des différents candidats démocrates sur un thème bien précis, nous vous recommandons de consulter le guide de Politico en cliquant sur le lien suivant: 2020 candidates views on the issues. De notre côté, nous avons décidé, pour chaque candidat, de nous attarder sur une idée originale qu’il défend et qui le distingue des autres)

Pete Buttigieg présente un certain nombre d’idées sur son site web de campagne, dont celle d’un nouvel « appel au service national ».

Tout part d’un simple constat. Pete Buttigieg affirme que ses années de service au sein de l’armée américaine ont été déterminantes et lui ont permis de rencontrer des personnes issues de toutes les régions des Etats-Unis et de tous les milieux sociaux, y compris des personnes qu’il n’aurait jamais fréquentées autrement. « Nous n’avions rien en commun si ce n’est le fait d’être Américains », écrit-il sur son site web. « Mais les hommes et les femmes qui partageaient mon véhicule se fichaient de savoir si j’étais Démocrate, Républicain ou Indépendant. Ils voulaient seulement rentrer sains et saufs à la maison, tout comme moi ».

Pete Buttigieg est convaincu que les citoyens qui se mettent au service de leur pays ou de leur communauté sont amenés, afin d’atteindre un objectif commun, à collaborer avec des personnes issues d’un milieu différent et/ou ayant des opinions politiques différentes. D’après lui, ce type de collaboration est l’un des remèdes qui permettra de recréer des liens au sein d’une société américaine de plus en plus divisée. C’est pourquoi il souhaiterait qu’un plus grand nombre de jeunes Américains effectuent un « service national », sans pour autant devoir passer par la case du service militaire. Deux autres options existent actuellement: le service au sein du programme fédéral AmeriCorps et le service au sein de l’agence Peace Corps. Mais les places sont limitées. Seulement 13% des candidatures annuelles reçues par l’AmeriCorps et 25% des candidatures annuelles reçues par le Peace Corps sont acceptées. De même, le taux d’admission au sein de l’armée américaine n’est que de 20%. Pete Buttigieg cite ces chiffres sur son site web pour démontrer que les jeunes Américains sont en réalité avides de service national, mais que ce sont les opportunités qui manquent.

Il propose donc d’augmenter dans un premier temps le nombre de missions de service national rémunérées au sein des programmes existants, de 75,000 à 250,000. Pete Buttigieg voudrait ensuite créer de nouveaux programmes: un Climate Corps proposant des missions de service liées à la protection de l’environnement, un Community Health Corps proposant des missions liées à l’aide aux personnes droguées ou souffrant de maladies mentales et un Intergenerational Service Corps proposant des missions liées à l’aide aux personnes âgées et au renforcement des liens entre générations. L’objectif est qu’un million de missions de service national soient offertes aux jeunes Américains à travers ces différents programmes à partir de 2026.

SES ATOUTS ET SES POINTS FAIBLES

La candidature de Pete Buttigieg est atypique à plus d’un titre. Tout d’abord, le maire de South Bend est extrêmement jeune. S’il remportait l’élection présidentielle de 2020, il deviendrait, à 38 ans, le plus jeune président des Etats-Unis jamais élu. Et le premier président élu avant d’avoir atteint l’âge de 40 ans. (Le record du président le plus jeune est jusqu’ici détenu par Theodore Roosevelt, qui avait 42 ans lorsqu’il est entré à la Maison Blanche. John F. Kennedy occupe la deuxième place du classement, suivi de Bill Clinton, Ulysses Grant et Barack Obama). La jeunesse de Pete Buttigieg semble pouvoir constituer à la fois un atout et une faiblesse. Cela peut être un atout dans un monde qui semble être en train de changer profondément et qui est confronté à de nouveaux défis, comme celui du changement climatique. Pete Buttigieg répète d’ailleurs régulièrement qu’il est temps de laisser les membres de sa génération – ceux qui avaient moins de 20 ans au moment de la première fusillade de masse dans un lycée, à Columbine, et des attentats du 11 septembre 2001 – prendre la direction des opérations. Ce n’est pas pour rien s’il a choisi A Fresh Start for America pour slogan de campagne. Ce message de renouveau pourrait évidemment résonner auprès de certains électeurs. D’un autre côté, jeunesse est aussi synonyme d’inexpérience. La seule expérience politique de Pete Buttigieg jusqu’à présent est celle d’être le maire d’une ville de 100,000 habitants dans le Midwest. Certains électeurs pourraient trouver cela un peu léger.

Le statut de vétéran de Pete Buttigieg constitue probablement un atout. On sait que les Américains nourrissent une affection particulière envers ceux qui ont le courage de se porter volontaires pour servir dans les forces armées.

À l’inverse, si l’on en croit les sondages réalisés jusqu’à présent, Pete Buttigieg semble avoir beaucoup de mal à séduire les électeurs afro-américains. Ceux-ci constituent pourtant une part importante de l’électorat démocrate. Le maire de South Bend a été critiqué à plusieurs reprises pour le manque de diversité au sein des forces de police de sa ville, qui ne s’est pas résorbé depuis le début de son mandat. Pete Buttigieg a aussi été contraint de suspendre brièvement sa campagne il y a quelques mois après qu’un policier blanc ait abattu un afro-américain à South Bend.

CONCLUSION

La carrière politique de Pete Buttigieg ne fait que commencer. Il pourrait marquer l’histoire en devenant le premier président homosexuel des Etats-Unis en 2020. Et, si ce n’est pas le cas, bien d’autres opportunités politiques se présenteront très certainement à lui dans les années à venir. Un nom à retenir, quoi qu’il arrive.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.