WEEKLY NEWS FLASH #186

La semaine qui vient de s’achever était celle du deuxième débat démocrate. Elle fut aussi malheureusement sanglante puisque deux fusillades de masse ont fait 29 morts ce week-end à El Paso et Dayton…

1 WEEK-END. 13 HEURES. 2 FUSILLADES DE MASSE. 29 MORTS.

Samedi matin, un homme a ouvert le feu dans un supermarché Walmart d’El Paso, au Texas. 20 personnes sont mortes, ce qui fait de cette fusillade la huitième fusillade la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis. Son bilan pourrait encore s’alourdir puisque 26 autres personnes ont été blessées, dont certaines grièvement. L’assaillant s’est rendu lors de l’arrivée de la police sur les lieux. Il a été arrêté.

À peine treize heures plus tard, un autre tireur ouvrait le feu dans une rue animée de Dayton, en Ohio. En moins d’une minute, il tuait 9 personnes – dont sa propre sœur – et en blessait 31 autres. Il était équipé d’une arme automatique à laquelle était relié un chargeur capable de stocker jusqu’à 100 munitions (voir photo ci-dessous).

1

Des officiers de police qui patrouillaient non loin de là sont heureusement intervenus très rapidement et l’ont abattu. On ose à peine imaginer le nombre de personnes qui auraient pu être assassinées si la police avait mis plus de temps à arriver sur les lieux….

Ces deux massacres survenus à quelques heures d’intervalle ont suscité beaucoup d’émotion aux Etats-Unis et ont relancé une nouvelle fois le débat autour des armes à feu. Ils ont aussi fait naître un débat autour de la progression du terrorisme d’extrême droite aux Etats-Unis. Peu avant de passer à l’action, le tireur d’El Paso avait en effet publié un manifeste politique sur Internet, dans lequel il déclarait vouloir lutter contre l’ « invasion hispanique du Texas ». Ce n’est donc pas par hasard s’il a parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour perpétrer son massacre à El Paso, ville texane située tout près de la frontière avec le Mexique et dont la majorité de la population est hispanique. Il faut se souvenir que le tireur qui avait abattu des juifs dans une synagogue de Pittsburgh l’an dernier appartenait à cette même mouvance extrémiste défendant l’idéologie de la suprématie blanche, tout comme le tireur qui a récemment abattu des musulmans dans une mosquée de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Le FBI a d’ailleurs récemment indiqué que la montée en puissance de cette idéologie représentait une menace pour la sécurité intérieure des Etats-Unis. (NB: Rien n’indique pour l’instant que le tireur de Dayton ait eu des motivations politiques semblables).

La plupart des candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020 ont rapidement accusé le président Trump d’être en partie responsable de la tuerie raciste d’El Paso. Ils estiment que le langage qu’utilise régulièrement le président lorsqu’il évoque le sujet de l’immigration est proche de celui des suprémacistes blancs. Donald Trump a notamment utilisé à plusieurs reprises le terme « invasion » pour décrire la situation à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Un terme utilisé par le tireur d’El Paso dans son manifeste. D’après les Démocrates, Donald Trump créerait donc un climat encourageant les suprémacistes blancs à passer à l’action.

Le président Trump devrait s’adresser à la nation aujourd’hui.

LA DÉCLARATION DE LA SEMAINE

What do you think? You know the shit he’s been saying. He’s been calling Mexican immigrants rapists and criminals. I don’t know, like, members of the press, what the fuck? It’s these questions that you know the answers to. I mean, connect the dots about what he’s been doing in this country. He’s not tolerating racism, he’s promoting racism. (Qu’en pensez-vous? Vous savez très bien la merde qu’il a dite depuis le début. Il a qualifié les immigrants mexicains de violeurs et de criminels. Je ne sais pas, les membres de la presse, c’est quoi ce bordel? Vous connaissez la réponse à ces questions. Je veux dire, faites les connexions entre tout ce qu’il fait dans ce pays. Il ne tolère pas le racisme, il encourage le racisme)

Beto O’Rourke, passablement énervé à l’issue d’une cérémonie d’hommage aux victimes de la tuerie d’El Paso, en réponse à un journaliste lui demandant ce que le président Trump pourrait faire pour améliorer la situation.

Il faut savoir que Beto O’Rourke, l’un des candidats démocrates à l’élection présidentielle, est né et vit toujours à El Paso. Il se trouvait à Las Vegas au moment où la fusillade a éclaté. Il a rapidement pris la décision de suspendre temporairement sa campagne électorale et de rentrer chez lui.

JOHN RATCLIFFE RETIRE SA CANDIDATURE AU POSTE DE DIRECTEUR DU RENSEIGNEMENT NATIONAL

La semaine dernière, nous vous annoncions la démission de Dan Coats, le directeur du renseignement national américain. Il quittera effectivement son poste le 15 août. Le président Trump avait annoncé dimanche dernier qu’il avait l’intention de nommer le député républicain John Ratcliffe pour le remplacer. À peine cinq jours plus tard, ce dernier retirait toutefois déjà sa candidature ! Il faut dire que les Républicains du Sénat ne semblaient pas enchantés à l’idée de le confirmer à ce poste crucial, notamment en raison de son manque d’expérience.

Pour rappel, le directeur du renseignement national est le grand patron des services de renseignement américains. Il supervise l’ensemble des agences de renseignement, qui ont chacune leur propre directeur (CIA, FBI, NSA,…). Il est notamment en charge d’informer le président sur les questions de sécurité nationale. La fonction a été créée en 2004 dans le but de mieux coordonner le travail des différentes agences de renseignement après les attentats du 11 septembre 2001. La première personne qui a occupé le poste est John Negroponte, qui avait été auparavant ambassadeur dans plusieurs pays et à l’ONU et qui avait aussi travaillé à la NSA et au sein du Département d’Etat.

La presse américaine n’a pas manqué de souligner que les cinq individus ayant occupé le poste depuis sa création avaient tous beaucoup plus d’expérience que John Ratcliffe. Les interrogations sur les qualifications de ce dernier étaient donc nombreuses. Ratcliffe est député au Congrès depuis 2014 et vient seulement d’obtenir récemment une position au sein du comité du renseignement de la Chambre des Représentants. Auparavant, il a été maire d’une petite ville du Texas et a travaillé comme procureur fédéral dans ce même état. Il s’est chargé de plusieurs affaires en lien avec le terrorisme, ce qui était mis en avant par la Maison Blanche pour promouvoir sa candidature. Mais, en comparaison avec toutes les personnalités ayant occupé le poste de directeur du renseignement national jusqu’à présent, le CV de Ratcliffe semblait tout de même bien maigre, comme le montre cette infographie du Washington Post.

2

John Ratcliffe étant désormais hors jeu, nous ignorons qui succédera à Dan Coats le 15 août. Le président Trump n’a pas annoncé de nouvelle nomination pour l’instant.

LA CONFIRMATION DE LA SEMAINE

Les Etats-Unis ont enfin un nouvel ambassadeur auprès des Nations Unies. Le Sénat a en effet confirmé cette semaine la nomination de Kelly Knight Craft à ce poste (56-34). Le poste était vacant depuis la démission de Nikki Haley.

Kelly Knight Craft était jusqu’ici ambassadrice des Etats-Unis au Canada. Lors de son audition devant le Sénat, plusieurs sénateurs démocrates ont noté qu’elle avait passé plus de 300 jours ailleurs qu’au Canada depuis qu’elle avait été nommée au poste d’ambassadrice en octobre 2017. Ces nombreuses absences expliquent largement pourquoi de nombreux sénateurs démocrates ont voté contre sa nomination au poste d’ambassadrice à l’ONU. Elles n’ont en revanche pas découragé les sénateurs républicains. Craft a indiqué qu’elle se trouvait souvent à Washington pour participer aux négociations relatives à un nouveau traité commercial entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

LES SANCTIONS DE LA SEMAINE

Les Etats-Unis ont mis en place des sanctions contre le ministre iranien des Affaires Étrangères, Javad Zarif. Celui-ci a déclaré que ces sanctions ne l’affecteraient pas puisqu’il ne possède aucun avoir aux Etats-Unis.

LA NOUVELLE TAXE DE LA SEMAINE

La guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis et la Chine n’est pas prête de prendre fin…

Le président Trump a annoncé que les Etats-Unis allaient mettre en place une nouvelle taxe de 10% sur un grand nombre de produits chinois qui n’étaient pas concernés jusqu’ici, comme les téléphones ou les jouets. Le consommateur américain sera donc directement concerné. Cette nouvelle taxe entrera en vigueur le 1er septembre prochain. Les taxes déjà existantes sur d’autres produits – et qui sont fixées à 25% – resteront inchangées.

Le président Trump affirme qu’il réagit à la mauvaise volonté affichée par les Chinois lors des négociations. Ceux-ci auraient notamment pris certains engagements qu’ils n’auraient ensuite pas tenus. Les négociations vont tout de même se poursuivre.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

7,000 ou le nombre de Syriens qui vont être autorisés à séjourner aux Etats-Unis durant 18 mois supplémentaires (jusqu’en mars 2021). Ces Syriens bénéficient d’un temporary protected status (TPS) dont la durée initiale vient d’être prolongée par l’administration Trump.

3

Le TPS est un mécanisme créé en 1990 et qui permet au gouvernement américain d’accorder un titre de séjour temporaire aux citoyens de certains pays confrontés à des situations de guerre ou touchés par une catastrophe naturelle de grande ampleur. Le TPS leur permet de séjourner légalement aux Etats-Unis pour une durée déterminée. Lorsque leur TPS expire, les personnes en bénéficiant sont supposées rentrer dans leur pays.

LA PHOTO DE LA SEMAINE

4

Nancy Pelosi lors d’une visite au Ghana. La Speaker et plusieurs députés démocrates afro-américains ont effectué un voyage de plusieurs jours dans ce pays d’Afrique à l’occasion de la commémoration des 400 ans de l’arrivée des premiers esclaves noirs aux Etats-Unis. La délégation parlementaire a notamment visité le château de Cape Coast, l’un des lieux d’où partaient les bateaux remplis d’esclaves. Melania Trump avait visité ce lieu lors de sa tournée en Afrique en octobre dernier. Barack Obama s’y était également rendu en 2009. À Accra, Nancy Pelosi a aussi prononcé un discours devant le parlement ghanéen. Les élus américains se sont entretenus avec le président du Ghana, des parlementaires locaux et des membres de la société civile.

LE VOTE DE LA SEMAINE

Le Sénat a voté en faveur d’un accord budgétaire prévoyant d’augmenter le budget fédéral américain de 320 milliards de dollars pour les deux prochaines années et de suspendre le plafond de la dette jusqu’en juillet 2021 (67-28). La Chambre des Représentants avait déjà voté en faveur de cet accord soutenu par la Maison Blanche. Bien que le président Trump ait appelé tous les sénateurs républicains à voter en faveur de l’accord, 23 s’y sont tout de même opposés:

Marsha Blackburn

Mike Braun

Bill Cassidy

Tom Cotton

Ted Cruz

Steve Daines

Mike Enzi

Deb Fischer

Cory Gardner

Josh Hawley

Ron Johnson

John Kennedy

James Lankford

Mike Lee

Rand Paul

James Risch

Mitt Romney

Marco Rubio

Ben Sasse

Rick Scott

Tim Scott

Thom Tillis

Pat Toomey

Certains élus républicains semblent donc encore accorder une certaine importance au principe de responsabilité fiscale longtemps défendu par leur parti.

Pour présenter les choses sous un autre angle, voici les résultats du vote au Sénat par parti:

Démocrates: 37 ✅ / 5 ❌

Républicains: 30 ✅ / 23 ❌

LE RETWEET DE LA SEMAINE

La députée démocrate Ilhan Omar a retweeté un tweet de l’acteur Tom Arnold dans lequel ce dernier affirme qu’il est compréhensible que le voisin du sénateur républicain Rand Paul l’ait agressé. Pour rappel, Rand Paul a été violemment agressé par son voisin en 2017. Une agression lors de laquelle il a eu plusieurs côtes cassées et qui l’a laissé avec un problème d’écoulement au niveau du poumon.

5

ROAD TO 2020

  • L’événement de la semaine

Le deuxième débat démocrate a eu lieu cette semaine à Detroit. Vous pouvez lire nos compte-rendus en cliquant sur les liens ci-dessous.

Compte-rendu du deuxième débat démocrate, partie 1

Compte-rendu du deuxième débat démocrate, partie 2

  • Le tweet de la semaine

Ceux qui ont suivi le débat de Detroit savent que John Delaney y a fortement critiqué Bernie Sanders et Elizabeth Warren, notamment au sujet du Medicare for All. Ceux-ci l’ont accusé de mettre en avant des « arguments républicains ». Plusieurs jours après le débat, John Delaney en parlait encore sur Twitter.

6
Traduction: Soyons clairs, quand la seule réponse à une question légitime concernant leurs politiques extrêmes que la sénatrice Warren et le sénateur Sanders sont capables de trouver est que « c’est un argument républicain », ce qu’ils sont vraiment en train de dire est « Je suis incapable de défendre mes politiques sur le fond ». Cela devrait effrayer les Démocrates.
  • Qui se qualifiera pour le prochain débat?

Le prochain débat démocrate aura lieu au mois de septembre à Houston. Il sera co-organisé par ABC et Univision. Les candidats qui participeront à ce troisième débat seront très probablement moins nombreux que lors des deux premiers débats. Le Parti Démocrate a en effet durci ses critères de qualification.

Pour être admis au troisième débat, les candidats devront avoir rempli les deux critères suivants avant le 28 août: être crédité d’au moins 2% des intentions de vote dans minimum quatre sondages différents et avoir reçu des dons d’au moins 130,000 citoyens résidant dans au moins vingt états différents.

Pour le moment, sept candidats seulement ont déjà rempli ces critères et sont donc assurés de participer au prochain débat: Joe Biden, Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Kamala Harris, Pete Buttigieg, Beto O’Rourke et Cory Booker. Il reste un peu moins d’un mois aux autres candidats pour se qualifier.

  • Les cartes de la semaine

Le New York Times a publié cette semaine un article contenant des cartes absolument fascinantes. Elle concernent les dons reçus par les candidats démocrates à l’élection présidentielle de 2020 pour financer leur campagne électorale.

Detailed Maps of the Donors Powering the 2020 Democratic Campaigns

La carte ci-dessous montre que Bernie Sanders est le candidat démocrate ayant récolté le plus grand nombre de dons quasiment partout aux Etats-Unis. (Attention! On parle bien ici du nombre de personnes ayant fait un don à la campagne du candidat et non du montant récolté).

7

Les seuls endroits où Bernie Sanders n’arrive pas en tête? Le Texas (Beto O’Rourke), le Montana (Steve Bullock, qui n’est autre que le gouverneur de l’état), le Minnesota (Amy Klobuchar, sénatrice de l’état), l’Indiana (Pete Buttigieg) et le Delaware (Joe Biden). Ce qui démontre aussi que l’ancrage local semble avoir encore un certain poids aux Etats-Unis. On le voit d’ailleurs très bien sur les cartes individuelles de certains candidats qui ont du mal à trouver du soutien ailleurs que dans leur fief. Exemples ci-dessous avec la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar et le gouverneur de l’état de Washington Jay Inslee, dont la majorité des donateurs sont issus de leur état et des alentours.

8

Les six candidats qui ont de nombreux donateurs partout dans le pays sont Joe Biden, Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Pete Buttigieg, Kamala Harris et Beto O’Rourke (bien que ce dernier recueille beaucoup plus d’argent dans son état du Texas qu’ailleurs). Bernie Sanders et Elizabeth Warren ont un fort soutien à peu près partout, à l’exception du Texas. C’est à peu près pareil pour Pete Buttigieg, bien qu’il soit soutenu plus fortement encore dans son état de l’Indiana qu’ailleurs. Kamala Harris dispose d’un plus fort soutien dans son état de Californie, sur la côte Ouest et dans le Sud. Joe Biden est davantage soutenu sur la côte Est, dans le Sud et dans le Midwest que dans l’Ouest.

9

On retrouve aussi dans l’article du New York Times les cartes de certaines grandes villes américaines. Bernie Sanders est le candidat qui a le plus grand nombre de donateurs à Chicago, San Francisco ou New York. Il semble moins soutenu à Washington, D.C. Dans la capitale américaine, Pete Buttigieg, Elizabeth Warren et Kamala Harris arrivent en tête en fonction des quartiers.

10

  • Will Hurd quittera le Congrès en janvier 2021

11

Le député républicain du Texas Will Hurd a annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa réélection en novembre 2020. Il ira toutefois au bout de son mandat. Autrement dit, il quittera le Congrès en janvier 2021.

Si ce départ est assez remarqué, c’est parce que Will Hurd est le seul député républicain afro-américain à la Chambre des Représentants. Il est aussi l’un des députés républicains qui prend le plus régulièrement ses distances vis-à-vis de Donald Trump. Il est considéré par beaucoup d’observateurs et de collègues comme l’un des députés les plus instruits et sérieux du Congrès. Avant d’être élu au Congrès, il travaillait pour la CIA. Il a indiqué vouloir poursuivre sa carrière en travaillant en dehors du Congrès sur des questions en lien avec la technologie et la sécurité nationale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.